petit-dernier-chouchou
marmots

Le petit dernier est-il vraiment le chouchou ?

En ces jours muy caliente, je te propose à toi qui me lis, et que je remercie avec effusion de l’intérêt que tu me portes, de faire encore grimper la température en apportant de l’eau au moulin (n’est-ce pas un poil contradictoire ?) de cette question hautement polémique : le petit dernier est-il le chouchou ?  J’en suis sûre, le débat risque d’être enflammé, de m’apporter plein de visites via Google, et je me frotte déjà les mains de lire vos réactions sur ce sujet ô combien clivant.

Ces dernières semaines, j’ai assisté aux traditionnels spectacles de fin d’année. Parmi eux, celui de Lapin, mon gros bébé, brillant élève de petite section. Quand il veut. Mais là, il se trouve qu’il a voulu. J’ai absolument fondu d’amour et d’admiration devant sa grâce, son génie artistique, sa compréhension aiguë des consignes, et sa rapidité d’exécution en dépit de son jeune âge, à côté de ses gros balourds de comparses – tous plus âgés mais visiblement moins vifs et moins futés que lui (et toc).

Se pourrait-il que cette fierté maternelle un poil excessive, soit liée au fait que Lapin est le petit dernier ? Serait-il mon chouchou ? Oui, clameraient sûrement les autres, si je leur posais la question. Mais non, comme je vais vous le démontrer de manière rigoureuse et argumentée.

1/ Les parents du petit dernier sont déjà bien amortis.

Comme son nom l’indique, c’est le petit dernier. Il arrive dans un contexte où les parents ont déjà le cortex attaqué par les nombreuses heures de sommeil en moins, les consignes des milliers de fois répétées,  les luttes pour parvenir à faire ingurgiter autre chose que du saucisson ou des chips, et à faire brosser les dents, (dans cet ordre, s’il vous plaît). Bref, ils ont moins la niaque, face à une meute contestataire. Cerise sur le gâteau, ils sont… moins jeunes, hé bien oui, cela tombe sous le sens. N’est pas Benjamin Button qui veut.

2/ Le petit dernier a des parents plus expérimentés.

Le plus souvent, le parent multipare est plus coulant, moins arquebouté sur ses principes qu’un nullipare. Ma pauvre Poupette, qui a fait les frais de mon inexpérience, en sait quelque chose. Et que tu dormiras dans ta chambre comme une grande à quatre semaines, et que tu ne feras pas de caprice du haut de tes trois mois, et que c’est moi la chef : quand même, le premier enfant paye les pots cassés et essuie les plâtres. Pour les suivants, le parent de famille désormais nombreuse se focalise moins sur des choses insignifiantes – comme terminer les trois petits pois dans l’assiette, être toujours bien propre et débarbouillé, avoir des chaussettes assorties. Ouais, finalement, bof, ce n’est plus si crucial. Dites-moi que je ne suis pas la seule à les laisser sortir dans un état un peu approximatif, parfois.

3/ Le petit dernier a des parents moins angoissés.

Il pleure. Donc il est encore en vie ? C’est parfait, tout va bien.

Tout ceci fait que les parents sont souvent plus cools avec leur petit dernier. Pour autant, l’aiment-ils plus ? Je ne le crois pas. Ce n’est pas en raison d’un amour plus vif qu’ils lui passent plus de choses, mais parce qu’ils ont pris confiance dans leurs capacités de parents, et qu’ils veulent également ménager leurs nerfs, et terminer leur apéro en paix. La bière, c’est sacré, et ça vaut bien une surdité temporaire, même si ça se castagne dans la chambre loin, très loin, là-bas, tout au fond de l’appartement, tellement loin que je n’entends rien, tiens d’ailleurs, la porte vient de se fermer. Le vent, sans doute.

Mais la raison principale qui fait qu’on pourrait croire que le petit dernier serait le chouchou, la voici :

4/ Le petit dernier EST le dernier.

Ça paraît bête à dire, mais après le dernier il n’y a plus d’enfant. En fait, le chouchou est l’enfant des dernières fois. Les dernières petites joues rondes et douces, le dernier petit cou moite à respirer, les derniers premiers pas, les dernières premières quenottes, la dernière fois que l’on est le centre de l’univers pour son bébé. Terminé, fini, cuit, bouilli, ovaires au repos éternel, RIP. Alors forcément, on a envie de le faire durer, ce petit dernier, comme l’ultime chocolat de la boîte que l’on savoure et dont on essaye de garder longtemps le goût délicieux et la texture crémeuse en bouche.

Parfois, je regarde Lapin, ses mollets qui s’allongent, ses sandales qui changent de pointure, les phrases qu’il fait, et j’aimerais bien le garder encore un peu bébé. Je râle du manque de sommeil, mais je trouve si doux et câlin qu’il vienne nous rejoindre dans notre lit en catimini, la nuit. Je rouspète en voyant l’état des sols, mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est la dernière fois que je me fâche pour de la compote projetée par terre. Je peste de retrouver partout des perruques de playmobils –il a la manie de les scalper tous-, mais ce que ça me manquera quand il n’y aura plus de jouets partout. Je soupire en pensant au calme, mais le temps où les petits devenus grands seront enfermés dans leur chambre n’est pas si loin. Je lui dis d’articuler, mais dans le fond, je regretterai le moment où il n’aura plus sa tototte dans la bouche. Alors je le gronde mollement, sans trop de conviction. Mon petit Lapin, j’aimerais tant te garder petit encore longtemps, pour rester jeune quelques années de plus. Et comme Lapin est finaud et a bien compris la situation, il en profite.

Je conclus donc que si le petit dernier est le chouchou, ce n’est pas pour sa personne, mais pour ce qu’il symbolise : la fin d’une époque, celle des ventres ronds et des discussions d’accouchement. Celle de la fécondité, des chaussons en pointure 15, des bodies miniatures, des petites pattes de grenouilles toutes repliées, des « maman t’es zolie, ze t’aime ». Celle des jeunes parents, que nous ne serons plus.

petit-dernier-chouchou

Prenez vos mouchoirs.

Ou filez vite sous la couette, enrayer le cours du temps en faisant un autre bébé.

petit-dernier-chouchou

Crédit photo : Ben White et Janko Ferlič on Unsplash

48 commentaires

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je vois très bien ce que cela peut donner avec Charlène pour toi ! 😉

  • Le Lutin d'Ecouves

    Bien vu… mais la vie repasse parfois les plats quand vous êtes grand-père comme moi et que vous avez la chance de vous occuper de vos petites filles chaque semaine. Alors c’est le retour de tout ce que vous décrivez sauf que vous avez tous les avantages sans la responsabilité de l’éducation. Et alors tout, même les couches pleines de caca, devient du plaisir pur.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Vous avez bien du courage ! Je ne sais pas si j’aurais la patience, une fois grand-mère, de me remettre à pouponner. Peut-être que je partirais plutôt faire des croisières et des voyages avec d’autres retraités bronzés, laissant égoïstement mes enfants se dépatouiller 😀
      Mais il est aussi probable que je fondrais d’amour devant mes petits-enfants et que je serais ravie que l’on me demande de l’aide !

  • Picou bulle

    D’un côté tu as raison, et de l’autre je me dis que le premier reste toujours aussi un peu le chouchou…celui qui t’a fait découvrir la maternité, celui avec lequel tu as fait tes armes, et celui sans doute que tu connais le mieux, parce que tu le côtoie depuis plus longtemps… au final je crois surtout qu’on a pas tellement de Chouchou qu’on aime nos enfants autant mais d’une manière tout à fait différente pour chacun.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Bien sûr, le lien avec le premier est spécial aussi,tu as tout à fait raison… Je le vois avec Poupette. Et le lien avec le deuxième également, et le troisième… Tant de choses rentrent en compte dans le lien avec un enfant, le sexe également, l’écart d’âge, les circonstances de sa naissance… Et peut-être que ton opinion évoluera encore quand ton petit troisième sera arrivé !

  • Grm

    Avec 2 enfants, la dernière n’est peut-être pas la dernière…🤔😉
    Mais j’ai vécu avec elle une relation d’une rare intensité… et… j’ai dû apprendre à la laisser voiler de ses propres ailes !! Maintenant c’est fait et très bien fait 👍👏🥰
    Devant grand-maman, c’est un immense cadeau de garder mes petits-enfants et de créer avec eux une relation très forte, mais là aussi, il faut savoir les laisser « aller » ! 💖💖

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Tu soulèves une autre question, qui est celle de la nature de la relation avec ses enfants. Je crois en effet qu’on a plus ou moins d’affinités avec certains enfants. Ce n’est pas qu’on les aime plus que d’autres, mais qu’avec eux, c’est plus intuitif. Chacun a sa personnalité ! Peut-être aussi que les aînés sont plus contraints et moins spontanés car on était novices avec eux ?

  • Maman Lempicka

    Je te rejoins de bout en bout, mais excuse-moi, je trouve ton article gentillet. Car tous les aînés savent que c’est APRÈS qu’il est prouvé que le petit dernier devient le chouchou: il a le droit de faire anglais première langue alors que tu t’es tapé allemand, par exemple. N’est-ce pas une preuve irréfutable? En 6ème, les bodies sont loin, nan?

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      tu as l’intention d’obliger ta grande à faire allemand première langue ? Vilaine va ! Mais tu n’as pas tort : je ne sais pas si je pourrai, vu son caractère, obliger Lapin à faire quoi que ce soit, fusse moldave ou woolof première langue.

    • Maman Lempicka

      Non, j’évoquais un souvenir traumatique personnel d’aînée. Les parents se relâchent grave avec le dernier. Je te parle même pas des premières relations et de la contraception.

  • Quatre enfants

    Analyse très pertinente ! Et cette plume ….
    Savoir que chaque moment à vivre avec son bébé sera le dernier change complètement notre perception des choses ! Là, j’en suis déjà à me demander comment rester digne vendredi sachant que ce sera le dernier jour de mes twins en moyenne section et que plus jamais il n’y aura dans ma vie de moyenne section. Tu vois le truc. Le coté positif de cette nostalgie perverse, c’est la prise de recul sur les petits pois à finir. L’équilibre est différent avec un dernier enfant, très clairement ! Et merci pour la citation 😉

    • maman délire

      ah ! et moi je viens de vivre la dernière kermesse de primaire… en septembre, tout le monde au collège !!! gniii ( voilà ce qui se passe quand on en fait que 2 :-))) ) allez, hautes les coeurs !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Et puis ils grandissent tellement au collège, c’est effrayant ! il faut que je fasse un article sur ma grande qui rentre en troisième, ça y est, elle est autonome, c’est terrible 🙂

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      M’en parle pas. Mon Lapin passe en moyenne section et il est donc censé apprendre les lettres l’année qui vient. Là il est devant moi et fait le clown en mangeant ses petits-suisses, je veux pas qu’il grandisse, je veux pas qu’il grandisse… Force et honneur pour vendredi ! Prévois les lunettes de soleil et quelques kleenex 😉

  • famillecathoecolo

    J’adhère totalement ! Moi aussi je craque sur les mimiques de mon petit dernier. Mais en tant qu’ainée, je pense que les parents passent plus de choses au petit dernier, et ça, c’est assez frustrant…

    • Marcounet

      Si je compte bien… Tu es aussi la petite dernière ???! Donc, que penses-tu de ton propre article ?
      Je me trouve, en vérité, fort embêté pour te répondre. En tant qu’avant dernier, j’ai gardé le souvenir d’avoir toujours eu tort contre mon petit frère dès lors qu’intervenait l’arbitrage paternel mais je sais aussi combien notre famille et mon père pouvaient être atypiques.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @Marcounet je pense que mon article est très juste et reflète tout-à-fait la réalité ! Je ne me suis jamais sentie favorisée par rapport aux autres, en terme de discipline. Mais je ne suis pas sûre que ce ressenti soit partagé !
      J’essaye avec les deux petits de ne pas donner toujours tort au même pour qu’un sentiment de justice règne à peu près. De toute façon, ils se battent comme des chiffonniers pour des choses sans importance comme la possession d’un playmobil. Alors j’alterne.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je suis une dernière pour ma part… et je n’ai pas eu le sentiment d’être favorisée. Je pense vraiment que c’est plus une question de disponibilité parentale. Mais être aînée n’est certes pas une place facile ! Chargée de beaucoup d’attentes. Et certainement, notre place dans la fratrie doit influer sur notre propre rapport à chacun de nos enfants 🙂

  • Pascale

    A y est, z’ai pris mon mouchoir et versé une rivière de petites larmouchettes!
    Merci pour ce partage de MON ressenti, (ah bon? On est plusieurs à vivre les mêmes choses ?!) tellement bien écrit,
    Et cet humour !
    Fan fan du mix autodérision, émotion, relativ…isation!
    CQFD : félicitations !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Pascale ! <3
      Tu verrais donc les choses comme moi ? Ouf, je ne suis donc pas folle !

  • 3 enfants en 3ans

    Tiens j’ai dans mes brouillon un article qui fait écho au tien… va falloir que je me tape les fesses et que je le publie un de ces 4…
    Merci pour ce magnifique texte, je suis 100% d’accord avec toi. J’ajouterai aussi que l’on n’a pas les même relation avec chacun de ses enfants et c’est normal vu qu’ils ne sont pas clones les uns des autres ! Chacun a ses qualités, ces choses si particulières qui le rende unique dans sa personnalité comme dans les liens qu’il tissent avec nous. Le petit dernier c’est celui qui soit grandit trop vite à la poursuite des ainés, soit reste plus longtemps petit pour faire plaisir à ses parents… parfois il oscille entre les deux. Souvent même

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Mais j’attends avec impatience de le lire !
      Oui bien sûr, au-delà de la place, il y a le sexe, l’écart entre les enfants, les conditions de sa venue, l’âge des parents, mille facteurs qui font que chaque relation est unique et que les cartes sont à chaque fois rebattues. Ta dernière phrase résume très bien le statut du petit dernier.

  • GToch

    Je n’ai qu’un seul chouchou : MON Hamster nain !
    D’ailleurs j’ai fait une tripotée de bambins uniquement pour qu’ils vénèrent ce Hamster.

    Donc outre mon hamster, je ne pense pas avoir réellement de chouchou chez les Pilous. Mais je suis persuadée que le numéro et également le sexe jouent malgré nous sur la manière dont on se comporte avec eux.

    Avec quatre on laisse tomber le futile, l’importe est qu’ils soient beaux, tout le monde le sait 😉

    Pour le plan B **le plan couette** ça sent un peu le roussi, puisque ça fait presque un an que je réclame un autre petit dernier mais que visiblement il va falloir que j’achète un deuxième hamster !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Mais tu es increvable ! Aussi il faut dire, quand les enfants sont gentils, beaux, en bonne santé, comment peut-on avoir envie de s’arrêter ? Surtout qu’un enfant, c’est quand même plus sympa qu’un hamster (c’est con un hamster, j’en ai eu et c’est vraiment stupide, en plus de faire un raffut pas possible la nuit)

  • Pachamama

    C’est un sujet très intéressant !! Je ne sais pas si le dernier est toujours le chouchou mais la place du milieu c’est vraiment la pire 😹 !! Ma petite sœur (donc la dernière) a été trop protégée, alors pour mon expérience je vais dire oui mais je pense bien que ce n’est pas pareil pour tout le monde.
    Et puis je reviens rejoins tellement, c’est une relation particulière qu’on a avec un dernier enfant, c’est le plus petit et on est tjrs gaga, on a du mal se faire à l’idée qu’il n’y en aura pas un autre derrière pour s’extasier devant ses joues joufflues et ses gazouillis, puis ses premiers mots ses premières réussites… bref chaque relation est très particulière !
    Pour ma part je ne pense pas tout de suite à voir un second enfant pour plusieurs raisons, j’ai envie de profiter de mon fils comme si c’était lui le dernier, et j’ai aussi besoin d’avoir une situation plus stable avant d’avoir pour projet une nouvelle grossesse (et retrouver mon corps d’avant svp 😹…)
    🤗

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oui la place du dernier est spéciale aussi. Moi je ne peux pas trop juger car il y a un très grand écart d’âge entre ma grande et mon deuxième, donc le deuxième est comme un second premier en quelque sorte. Mais enfant du milieu, pour en voir autour de moi, ce n’est pas chose aisée.
      Profite de ton fiston, profite, tu as bien le temps 🙂

  • mamanchambouletout

    Je trouve ton texte très vrai, je pense en effet qu’il ne s’agit pas d’aimer plus les derniers mais de se rendre compte que, justement ceux sont les derniers. Ton billet m’en a inspiré un autre, tu le découvriras dans la semaine !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Amélie, j’attends ton article avec gourmandise et délectation !

  • Ariane

    J’ai beaucoup aimé ton article, car de fait, c’est vraiment tout ce qu’on projette sur cet enfant qui fait qu’on en vient à croire qu’il y a une préférence. En tant qu’aînée, je fais tout pour rétablir l’impitoyable injustice : mais force est de constater que je suis comme tout le monde… La petite deuxième, dotée en prime d’un caractère explosif (mais je crois que c’est le lot de tous les derniers, puisqu’ils ont de facto plus de liberté), obtient facilement des droits que je n’aurais pas accordé à sa soeur au même âge… Non pas parce qu’elle s’y prend mieux pour nous faire céder, mais en effet, parce que nous avons plus confiance en nous et aussi parce qu’on a appris à céder un peu plus de terrain juste pour avoir la paix plus rapidement ! Faibles parents que nous sommes… L’aînée aura de quoi nous taper plus tard. Je m’auto-flagelle !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Que veux-tu, c’est forcé, quand on en a un on est fatalement tout le temps sur son dos à épier ses faits et gestes. Lâcher du lest est une question de survie pour les parents ! De toute façon, petits et grands trouveront des choses à nous reprocher plus tard, donc autant faire comme on le sent 😀

  • ornellastro

    La vache, j’ai tellement ri en lisant ton texte et j’ai fini avec la gorge serrée. Je trouve ça infiniment poignant et très très beau, et très très juste. Je ne suis pas mère mais j’écoute celles autour de moi. J’écoute MA mère et je retrouve quelque chose d’elle dans tes mots. MERCI pour ce beau moment, je vais lui envoyer l’article à lire.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci beaucoup Ornella pour cet adorable commentaire, rien ne me fait plus plaisir que d’avoir des lectrices de toutes les générations ! 😘

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oh la la oui, quelle étape aussi que l’entrée en maternelle ! Fais tes stocks de mouchoirs ! 😪💪

  • Miss Zen

    Mais dis donc c’est qu’en plus tu vas faire fondre mon petit cœur de maman d’enfant unique avec ta jolie conclusion. ceci dit tu as raison sur toute la ligne sauf que dans mon cas c’est le pauvre koala qui a d’abord encaissé la mère hysterico parfaite qui a viré à la mère mollassonne (abonnée aux chaussettes trouées les jours de gym). Bref ceci dit j’étais la petite dernière et j’ai quand même eu la vie plus cool que ma sœur ainée ( pas de scout, pas de latin-grec 20H/semaine, etc).
    Donc je ne sais pas si les parents préfèrent le petit mais les ainés ont sacrement dégagé le terrain des illusions parentales.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      😅
      Pauvres aînés, ils n’ont pas une place facile ! Dans mon cas, tu as raison pour les scouts, mais pas pour le latin-grec 😉

  • MamanDe4

    Plus que d’être le chouchou, je te rejoins sur les parents plus aguerris. A cela les grands entraînent le petit dernier, donc il fait plus de choses.. jusqu’à grandir plus vite que l’ainé ! (Et avoir des parents moins facilement présents pour lui seul)
    Bref, Chacun sa place, son caractère mais le dernier sera effectivement celui des dernières fois !

  • mimilajoie

    Alors moi mon petit premier de 18 ans fait un baby sitting et j’ai du mal à m’endormir car il rentre à vélo…. Et mon petit dernier va me réveiller des 6h … Je ne pense pas qu’il soit mon chouchou à ce moment là 😕…. J’aime bien l’idée de boire une bière tranquille (mon côté chti🍻😉. Effectivement je suis plus cool que pour le premier et j’ai compris qu’il y avait certaines choses que je pouvais laisser. Par contre nous c’est un enfant différent qui peux faire des crises de douleurs en cas de douleur de stress de tout ce qui lui demande plus d’énergie que d’habitude alors effectivement nous avons tendance à plus le protéger. Et en même temps heureusement que c’est le dernier car nous le sur protégeons pas non plus.
    L’allusion a Benjamin Button m’a fait rire. Merci pour tes billets plein d’humour qui font du bien.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci à toi Mimi 😉
      Dans les grandes familles comme la tienne, c’est en effet encore différent. Mon analyse reste assez simplette parce que ma configuration familiale reste assez classique ! 😘

  • Workingmutti

    Clairement, le petit dernier nous met en pleine tronche que cette période grossesse-accouchement-sortie de la maternité les yeux brillants (l’amour de ce petit bébé, mais surtout les hormones hein).

    Lorsque je tiens ma fille, je me dis que c’est la dernière fois que j’aurai un bébé qui aimera faire dodo sur maman. Et puis après, je me dis qu’il est 20h46 et que j’aimerais bien aller pioncer et qu’il y’a quelques semaines, j’allais me coucher sans y penser.

    Clairement, la grossesse et les premiers mois de bébé, ça ne va pas me manquer. Pa contre, je vais me prendre un coup lorsqu’elle va entrer en maternelle (quoi, plus jamais de première rentrée scolaire ?? Nooon). C’est tellement bien de les voir passer ce cap dans l’indépendance et découvrir le monde du savoir. Oui, c’est un trip bizarre.

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :