SOUVENIRS VACANCES été
au fil des jours

Souvenirs d’un lointain été (1)

Quelle émotion de vous retrouver tous, là, fidèles au poste ! Vos petits clics, vos petits likes, vos petits commentaires, cela m’avait manqué. L’été, c’est vraiment le cauchemar de la blogueuse : tout le monde se barre photographier ses orteils ou ses mômes sur toutes les plages du monde, deux mois durant. Mais bonté divine, qu’attendent-ils, à l’Éducation Nationale, pour raccourcir les vacances scolaires ? Les enfants ne font plus les moissons ni les vendanges, il me semble, non ? Enfin. Nous sommes là pour que je vous parle de ce que je fis durant ces semaines passées sans vous. Ah, les vacances ! Lointain souvenir d’un mois de juillet chaud, torride, ensoleillé, qui s’efface peu à peu sous les frimas d’octobre (Nous les nordistes sommes en avance sur notre temps).

Hier, par miracle, les petits ont fait la sieste ! J’ai pris bien garde de chuchoter et de me déplacer en pantoufles, afin de ne pas les réveiller, sinon, CLAC ! Ils ouvrent leurs grrrrands yeux et hurlent avec leurs grrrrandes bouches pleines de dents ! J’ai enfin pu avancer un peu sur cette série d’articles d’été. Série, car afin de distiller le suspense et de ne pas vous assommer (puisqu’il parait que mes articles sont trop longs, n’est-ce-pas Cécilia ;-D), je vais feuilletonner un peu.

Il fallut faire les valises.

Décider si on emmenait deux ou trois shorts par enfant, y inclure une surcote due aux accidents pipi, aux éclaboussures de sauce tomate, aux chutes dans la boue, aux circonstances non identifiées ;
Dire aux grands « Débrouillez-vous, mais vos affaires doivent tenir dans ÇA » ;
Penser aux indispensables, doudou, tétines, réducteur de toilette, seau, pelle, râteau, ballon, serviettes de plages, tentes anti-UV, crème solaire, chapeaux, tongs, biberon, bouquins, quelques jouets, QUELQUES, hein on a dit quelques ! Qui ont fini par occuper un énorme sac,
C’est bon on a tout ? Oui, je crois, on a tout, et c’est la première année, je dis bien la première année, que les bagages ne se sont pas finis sur une engueulade.
(Veuillez appuyer sur le bouton ci-dessous, je vous prie)

La veille, nous avions soigneusement préparé notre trajet.

« C’est par où ? » demandai-je à mon bien-aimé.

« Par-là, je crois », me répondit-il, en faisant de la main un vague geste circulaire comme s’il essuyait un carreau.

Non, là, vraiment, c’est trop à l’Est.

Et c’est ainsi qu’à 5h30 du matin, munis de petites têtes ébouriffées et de petits yeux ensommeillés (et d’un GPS, finalement), nous sommes partis. Je tiens à le dire : Lapin, qui était avec moi, a été d’une sagesse absolument remarquable. Il m’a fait mentir, moi qui prévoyais un voyage apocalyptique pour mes nerfs. Je ne sais pas qui, parmi vous, l’a prévenu qu’il fallait se tenir à carreaux, mais cela a été efficace : merci.

Nous avons vu le soleil se lever sur les champs de blé d’abord argentés, puis blonds pâles, dorés et enfin incandescents. Avec parfois les épis frissonnants, parfois déjà les chaumes ras, les rouleaux de foins et leur merveilleux parfum. Des renards partaient se coucher, des chevreuils broutaient paisiblement, des buses s’éveillaient en s’ébrouant. C’était magnifique, bucolique, apaisant.

ROULEAU foin blé champ moisson été
Évidemment que non, je n’ai pas pris la photo en conduisant sur l’autoroute. 90€ et 3 points, j’ai eu ma dose !

Cette année, nous nous sommes offert, pour la première fois depuis 4 ans, une semaine en pension complète dans un club. Rien à faire. Zéro cuisine. Une seule lessive pendant la semaine. La dernière fois que cela m’était arrivé, c’était… c’était… non, je ne sais pas, en fait. Ça remonte à la Genèse.

Nous collâmes sans aucun scrupule les petits au mini-club,

autant que possible. Les grands menaient leur vie indépendante de jeunes rebelles; Les parents, leur vie de parents rincés, vidés et épuisés, c’est-à-dire : Dormir. Manger. Glander. Manger. Sieste. Lézarder. Apéro. Manger. Écouter les grillons. On pourrait penser qu’à laisser ainsi nos enfants, un soupçon de remords nous aurait saisis, étant donné que… travaillons tous les deux… grosses journées pour ces pauvres petits… cantine, garderie, centre de loisirs… peu de temps passé avec eux… conditions de la vie moderne… besoin de leurs parents… Mais en fait, le temps passé avec eux compte triple, voire quintuple, tant il est dense ! C’est de l’extrait de concentré de vie familiale. Par amour pour eux et afin que leurs parents durent le plus longtemps possible, nous les avons donc expédiés hors de nos pattes. Et ma foi, à les voir traverser le club en hurlant et courant, escortés par des animateurs plus jeunes et plus véloces que nous, ils n’avaient pas l’air de nous regretter.

Ce furent des vacances sauvages :

Sans sèche-cheveux, sans maquillage et même, sans déodorant !  (pour moi – nul décès par intoxication n’est à déplorer), sans mousse à raser ni rasoir (pour lui – je vous vois venir). J’opère, en effet, une tentative d’acceptation de mon enveloppe physique, sans la dénaturer par de grossiers artifices, destinés à maintenir la soumission des femmes au machisme patriarcal d’une part, et à engraisser les vils actionnaires des lobbies pharmaceutiques d’autre part. Enfin, je l’ai fait dans les bornes de certaines limites, quand même. De son côté, mon chéri a décidé de se faire pousser la barbe pour ressembler à Georges Clooney. Tous les matins, il se plantait devant le miroir et lui  demandait : « Miroir, mon beau miroir, ne suis-je pas le plus beau des hommes barbus ? » et le miroir lui répondait : « Certes tu es très beau, mais Georges, de l’autre côté de l’océan, est encore plus beau que toi – pour l’instant. »
Comme il était un peu dépité, je lui ai dit « Laisse tomber, il raconte n’importe quoi, je doute que Georges Clooney soit venu dans ce club de vacances se contempler face à ce looser de miroir bigleux. Tu es infiniment beau, d’ailleurs j’ai bien vu ce matin que la jeune fille du buffet viennoiseries à volonté te reluquait.»

(Photo prise lors de mon dernier dîner avec Georges, à Paris (-Match)

Et voilà comment je maintiens notre amour toujours aussi vif, malgré le temps qui passe, la vie familiale qui agace, la fatigue qui lasse, la vaisselle qui casse. Si vous m’envoyez 50€, j’ai encore d’autres conseils pour vous, et la personne que vous aimez reviendra vers vous comme un chien qui court derrière son maître. (J’ai un petit cabinet de consultation vers Barbès) (C’est un peu parisien comme blague, pardonnez-moi si vous n’avez pas saisi la subtile allusion).flyer-maraboutVous aussi, faites le vôtre sur http://www.megabambou.com/pmg/index.html

Mais où sommes-nous donc partis ?

Vous le saurez dans un prochain numéro de votre feuilleton d’été ! A suivre très vite (enfin, assez vite), sur votre blog favori !

SOUVENIRS VACANCES été

Il faut absolument que tout le monde le sache ! je partage :

31 commentaires

    • Lilie Activ'Creation

      Coucou,
      Lecture des derniers articles qui me donnent la pèche avant la reprise du boulot, comme tu le dis si bien : Reprise du maquillage, déo, parfum et autres éléments (fini le No Bra !!! ) qui nous semblent indispensables pour être une femme désirable.
      Bonne journée avec tes petits loups encore en vacances.
      Bises
      Lilie

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Lilie ! bonne reprise à toi aussi 🙂
      Le no bra est une habitude envers laquelle je résiste quand même, je ne suis vraiment pas à l’aise là-dedans.
      Le plus dur pour moi à la reprise reste de recommencer les abdos tous les matins… Enfin un jour sur deux (ou sur trois…)

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @oth, Diantre ! Quelle grossière erreur de ma part ! Mais pourquoi pas de S, sinon parce que les Américains sont (un peu) incultes et ignorent l’étymologie de GeorgeS ?
      J’ai regardé ta vidéo et j’ai bien rigolé. Tu parles vraiment comme cha ?

    • oth67

      Je crois que les américains n’aiment pas trop quand cela fait « français »…

      Pour l’accent, tu peux en trouver dans des petits villages ou chez des personnes d’un âge certain.

  • Miss Zen

    Mais tu pourrais même devenir la Super Lover, un concept qui s’inspirerait de Super Nanny ( et ça aussi tu pourrais le faire vu ta gestion de la séquence bagage/voyage en voiture/enfant qui accepte d’aller au mini club !!!!). Bref je te laisse réfléchir à ces nouvelles possibilités de carrière. Mais la conclusion c’est que tu es super et surtout pour donner la pêche…..

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Mais dis-donc, quel concept ! Coach en amour conjugal. Conseillère conjugale, quoi ?! tu sais que j’y avais pensé avant de devenir blogueuse ? 😀
      Merci de ton gentil commentaire en tout cas, moi aussi je suis bien contente de te retrouver, et vous retrouver toutes et tous !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Au vu des commentaires précédents, tu ressembles à George, ou à Georges ? A Alain Delon, ou Alain de loin ?

  • Maman Lempicka

    J’adhère totalement au concept du mini club pour enfants même si les parents bossent. Sérieusement ça vaut le coup le all inclusive en famille? Hâte de lire la suite de tes aventures, et surtout très heureuse de te relire. C’est que tu m’as manqué!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Mais oui, on est amortis, on n’a plus vingt ans, on n’est pas très marrants et on a besoin de repos : tout le contraire de ces fringants étudiants. En plus, ils savent tous trop bien maquiller, alors qu’avec moi, les enfants ont toujours l’air tachés, et non maquillés. Que veux-tu.
      Oui, franchement, on a bien aimé, je t’en dirai plus dans le prochain épisode, hé hé hé… hâte de lire ton récit à toi jeudi matin dès l’aube ! et cœur avec les doigts 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merciiii ! mais oh la la, surtout n’hésite pas à prendre un peu de repos avant de lire mon prochain article, hein, je m’en voudrais de te priver de sommeil durant une semaine !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oui le suspense est insoutenable !
      moi, je les épinglais dans mes toilettes, j’en avais une ribambelle. Je m’en veux, j’ai tout balancé au fur et à mesure de mes nombreux déménagements. C’était collector !

    • Marcounet

      Dans ton annonce, tu as oublié « réparation du PC à distance ».
      À défaut d’avoir les mêmes à la maison, il y avait 7 enfants de 1 à 7 ans chez mon beau frère. On finit par ressentir une certaine empathie pour Véronique Courjault. Oui, je sais, Mesdames : vos enfants sont merveilleux. Je souscris pleinement à cette opinion. Alors gardez-les bien près de vous !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @Marc, malheureusement je ne peux pas choisir le texte. Mais je vois bien que tu dis cela car tu es un peu jaloux.
      Je te sens fatigué par ces jeunes chahuteurs. Etait-ce vraiment des sales gosses ?

    • Marcounet

      Non, ce sont des enfants tout ce qu’il y a de plus ordinaires, plein de vie et plein d’imagination, qui préfèrent les gâteaux apéro aux haricots verts.
      Note pour les futures primipares : Selon le services des urgences, il n’existe toujours pas de pièces détachées pour les nouveaux modèles. Les bleus, coupures, écorchures, piqures et maux de vente consécutifs à une indigestion due aux gâteaux apéro susnommés doivent donc être soignés avec les moyens du bord.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Cécilia ! j’y bosse, j’y bosse (c’est dur la rentrée des classes !)

  • Latmospherique

    J’adore les feuilletons ça tombe bien!
    Super pour le trajet, je crois qu’on compatissait toutes – qui sait peut-être que nos ondes positives ont fait de l’effet à Lapin!
    Les mômes s’éclatent souvent au club de vacances – pourquoi les en priver. Et comme tu dis, ça nous permet à nous, adultes, de souffler un peu (c’est le but des vacances aussi) et d’être beaucoup plus disposés quand on est à nouveau réunis…
    A très vite pour la suite…
    ps – il faut connaitre Barbès pour se faire une idée!!!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Marie !
      Oui les trajets avec les petits c’est galère, on connaît toutes ça. Mais là il y a une réelle amélioration, la sagesse vient peu à peu on dirait. Pas tout le temps, mais parfois !
      En effet nous pensons que les vacances, c’est également pour les parents ! L’avantage des clubs, qui sont quand même fermés et sécurisés, c’est aussi qu’on peut leur lâcher un peu plus la bride. Et puis les petits aiment jouer avec trois fois rien, il leur suffit d’être dehors pour s’amuser !

  • maman délire

    ahhhhh tu m’avais manqué !!! (enfin j’étais déconnectée la bas loin, en Lozère, mais quand même )
    honte sur toi pour laisser tes enfants s’amuser sans toi pendant que tu sirotes un apéro !!!
    nous on vient de passer 21 jours à 4 non stop, et comme si je n’en avais pas encore assez, ils sont encore avec moi pendant les 2 semaines qui nous séparent de la rentrée !! ( non, je ne suis pas jalouse !!!) cela dit, je ne m’occupe plus des miens, qui ont 11 et 13 ans demain. ça aide .. ( enfin si, je leur fais à manger quand même !)

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Toi aussi tu m’avais manqué !
      alors, je te rassure : Il n’y a eu QUE une semaine où nous avons pu laisser les enfants au miniclub. Depuis que j’ai repris, ils sont au centre de loisirs et je m’en occupe matin et soir comme d’hab. Je viens même de passer 2 heures à trier des playmobils, puis 30 minutes à nettoyer un caca sur le tapis, puis les fesses concernées, puis désinfecter la baignoire, puis le tapis sus-mentionné.
      ça va mieux ma cocotte, tu es moins jalouse ?

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :