retour au charbon PRGR
couple-famille,  touriste

Retour au charbon

Ce blog est toujours vivant, je répète : ce blog est toujours vivant. C’est vous qui êtes partis en août, moi j’étais là à fond, comme toujours. Vous savez bien, je ne pars qu’en juillet. Je vous attendais ici de pied ferme, depuis le 1er août. Et puis raconter mes vacances dans le vide aux deux plumés et trois tondus qui sont ici (ne vous sentez pas visés, c’est une expression), hein, c’est bien du travail pour un maigre retour.
Me revoici donc, avec mon calepin dans lequel j’ai noté nos passionnantes aventures :

Les vacances ont commencé à merveille, par une panne de Scénic aux alentours de Vierzon, riante cité du Centre-Ouest de la France. On ne voulait pas voir Vierzon, ben on a vu Vierzon quand même. Ça s’est fini en taxi (parce qu’on n’allait pas passer les vacances à Vierzon, naturellement), l’essentiel étant que l’on soit arrivés à l’heure pour l’apéro.

Pour une fois, nous avions réservé tôt -dès janvier- avec beaucoup de flair, deux semaines en club en pension complète, oui, deux semaines messieurs dames. EN PENSION COMPLÈTE. You see what I mean ? Deux semaines à ne pas cuisiner, à ne pas faire la vaisselle. Le suspense a été long puisque nous avons appris fin juin seulement que les séjours étaient maintenus. Partira, partira pas ? Sera remboursé, ou l’aura dans l’os ? Finalement, on s’en sort plutôt bien.

Donc nous sommes d’abord partis en Charente-Maritime. Comme l’an dernier. Gagnons du temps : je vous mets le lien de l’article de l’année passée, vous pouvez reprendre les photos, c’était aussi beau cette année. Pour la deuxième semaine, nous étions à Volvic. L’ambiance y était plus déambulateur-tisane que zumba-spritz, mais c’était bien quand même.

Les points positifs

On n’a pas cuisiné, on n’a pas fait la vaisselle (je crois que je l’ai déjà dit). Les enfants ont passé un certain temps au mini-club, midi-club, maxi-club. Nous avions un principe : déposer les enfants au club cinq minutes en avance, et venir les chercher un quart d’heure en retard.  Nous avons essayé de – et réussi à – nous y tenir avec fermeté (le temps de prendre l’apéro tranquillou, avec les cacahuètes pour nous seuls). Pour tout vous dire, nous n’avons quasiment pas vu les ados pendant deux semaines. Ont-ils seulement dormi, mangé, vécu là ? Je ne sais pas, je ne sais plus, je suppose. Moi, je ne suis pas une mère envahissante. Je lâche la grappe à nos grands.

Qu’est-ce que tu dis ma chérie ? Sauf pour ranger ta chambre, naturellement. Sinon, ça serait le syndrome de Diogène à la maison, je ne tiens pas à retrouver mon mari décédé d’étouffement sous un écroulement de tas de linge sale. C’est arrivé à un gars figure-toi, un gardien de zoo qui a été enseveli sous une bouse d’éléphant : il en est mort, parfaitement. Non, je ne suis pas mytho petite insolente, c’est comme ça que tu parles à ta mère espèce de mijaurée ?  Cultive-toi, et va donc te renseigner sur le gagnant du Darwin Awards 1998, au lieu de regarder des tutos sur Youtube, tutos de quoi d’ailleurs, hein ? Cuisine ? Aaaah, je comprends, c’est pour préparer le dîner à ma place après la rentrée ?

Oui, je parlais donc des points positifs. Il faisait beau, il faisait chaud, le ciel était bleu, la mer vert-marron (estuaire de la Gironde oblige) mais très jolie quand même, les pins altiers et parfumés. Les gens semblaient heureux d’être déconfinés, libérés, délivrés. Nous nous sommes goinfrés de lecture et de soleil.

Chaton Lapin mer

PRGR et Lapin sur la plage

Les points négatifs

On a mangé comme des gorets et engraissé comme des canards du Gers. Bonjour Covid, adieu bar à salade en self service : c’était pas vraiment léger, sans doute pour compenser la frustration liée aux mesures anti-Covid. Eh oui, il a fallu s’adapter. J’étais à deux doigts, en rentrant, de devenir végétalienne, de la branche qui ne mange que du pamplemousse et du jus de concombre.

Peut-on discuter deux minutes des mesures anti-Covid ? Parce que me demander si je veux du beurre doux ou salé, une petite confiture, un croissant ou un pain, un yaourt ou une faisselle, un sucre ou un canderel, une petite coupe de salade de fruits ou du raisin, pour que je ne touche à rien, c’est bien, mais cela prend BEAUCOUP de temps. Surtout quand après moi il y a Chéri, Poupette, Loulou, Chaton, Lapin; ces deux derniers ayant certaines difficultés à choisir ce qu’ils veulent manger, devant cette abondance surnaturelle. Et la foule amassée derrière nous qui ronge son frein pendant que nous choisissons, hésitons, revirons, est-elle réellement protégée, malgré la distanciation sociale ? Je suis dubitative.

Autre point (que je n’ai pas manqué de signaler à la direction d’un ton acerbe en partant, naturellement), le papier toilette était un peu mince. Mais nous sommes malins ! Nous avons amené notre propre stock de Moltonel épaisseur triple, doux, confortable et absorbant.

Sport un jour, sport toujours

Cette année nous avons assidument participé aux activités sportives. C’était l’année idéale : il y avait fort peu de monde. J’ai voulu faire bon effet, style femme active qui s’entretient, ce qui n’est pas totalement usurpé notez-le bien (j’ai quand même fait du footing au moins 6 fois depuis janvier) et je suis allée faire emplette avec mon coach sportif (le gars musclé qui m’a fait deux mouflets au cours d’une séance d’entraînement au corps-à-corps dans les draps), d’un petit short noir avec un motif discret sur la cuisse. Le genre qui fait modeste, dynamique et confortable. Vous voyez ?

Alors que je faisais quelques exercices respiratoires en m’échauffant avant le cours de step, avec un air concerné et des petites rotations de chevilles, la prof m’a dit : « oh, vous avez laissé une étiquette collée sur votre short !  » avec un grand sourire candide (24 ans, blonde, mince, charmante, en un mot : détestable). Le motif était autocollant, style « taille M, 100% coton respirant », et ce mufle qui partage ma vie est infoutu de le voir. A quoi cela sert d’être mariée, je vous le demande ? Remarquez, je crois bien qu’ils le font exprès dans cette famille pour me nuire : j’ai passé toute une journée avec une chemise à l’envers, l’étiquette « la Fiancée du Mékong » bien visible sur ma nuque, les coutures rebiquant sur mes épaules. Et que je me balade à la plage, et que je vais en ville, et que j’arpente les chemins : personne ne m’a rien dit. Je suis entourée d’aveugles.  Depuis je collectionne les étiquettes de prix pour les replanter en douce dans leurs vêtements à la rentrée. Pour mon mari, je réserve un gros « -50% » à lui coller dans le dos. La vengeance est un plat qui se mange froid. Par ailleurs, j’ai remis la main sur mes lunettes de vue, remisées au fond d’un tiroir depuis notre emménagement (4 ans). Au cas-où.

je deviens presbyte

Quels faits notables puis-je signaler à votre attention ?

Nous avons observé une colonie géante de berlarmites, comme dit Lapin. Les berlarmites, ces petits crustacés qui vivent dans des coquilles tantôt trop grandes, tantôt trop petites ! Les rochers à marée basse en étaient recouverts. Le berlarmite a son caractère, avons-nous observé. Il en est des intrépides, des timides, des craintifs, des audacieux, des curieux. Celui ci-dessous était du style baladeur.

bernard l'hermite

Nous avons également vécu un cas de conscience : l’euthanasie d’une araignée vraiment très très grosse, très noire, très poilue, aux pattes épaisses. Nonobstant que, durant la pandémie, on a laissé mourir des vieux en EPHAD qui avaient davantage de neurones que l’araignée, et que mon époux m’a dit très sérieusement qu’elle pourrait venir me mordre la nuit et pondre dans mes blessures, nous avons opté pour l’écraser sous le poids des mots (La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, 672 pages, 0,793 kg).

Je profite de cette subtile transition pour vous informer que, si j’ai beaucoup aimé « La Vérité sur l’Affaire Harry Québert », je me suis assez emmerdée en lisant « le Livre des Baltimore » du même auteur. Dites-moi si « la Disparition de Stéphanie Mailer » et « l’Enigme de la Chambre 622 » valent le coup ou si je peux passer mon tour ?

Mais revenons à nos vacances.

J’ai un charme fou

Durant la semaine que nous passâmes dans le Var (relativement très très calme), j’ai vécu une rencontre d’exception : figurez-vous que mon charme magnétique a atteint un tel niveau que j’attire les animaux. Les moustiques, toujours autant bien sûr, mais également une pie. Oui, une pie est venue me tenir compagnie durant mon café, un matin. Elle m’a fait un petit massage crânien avec ses petites pattes griffues, pattes qu’elle avait fort chaudes d’ailleurs. Du coup, et je suis certaine que cela vous intéresse, je vous informe que la température corporelle d’un oiseau est nettement plus élevée que la nôtre puisqu’elle se situe aux alentours de 41°C ! Incroyable mais vrai, et totalement perceptible au premier contact. La pie est restée une heure à mes côtés, est venue me palper les fesses pendant que je faisais ma gym histoire de vérifier ma tonicité musculaire, elle a essayé de me braquer mon alliance, et puis elle est partie. Quand nous avons quitté le Sud, j’ai trouvé une fiente d’oiseau sur mon pare-brise, et je me suis dit – indécrottable romantique que je suis- qu’elle était sans doute venue me dire adieu.

pie

A propos de faune locale, j’ai pu constater que l’esthéticien dont j’avais déjà parlé dans cet article, est également réflexologue plantaire – en plus de son activité de psychothérapeute  et de sophrologue. J’imagine les séances.

« Rouge ou bordeaux le vernis?  Hmmm… Oui…. Parlez-moi un peu de votre relation avec votre mère… je sens un point de tension sous votre gros orteil gauche. Hmmm… Imaginez que vous êtes sur une île, une île ou vous vous sentez en sécurité. Il fait bon, la brise vous caresse. Ne bougez pas, j’extrais un comédon de votre narine. »

Quelle galère pour faire la liste de ses tarifs.Il doit se mélanger les pinceaux au bout d’un moment.

Forfait épilation + analyse transactionnelle, 1h30, 90€.
Relaxation du maillot, 1h, 65€
Séance de réflexologie semi-permanente, 30 minutes, 65€

 

De l’art du storytelling en charcuterie

Qui dit Sud de la France, dit marché local, pittoresque et parfumé au thym et à la lavande. Flânant parmi les étals un peu avant l’heure de l’apéro, notre œil fut attiré par un stand de charcuterie corse. Il n’en fallait pas plus pour nous faire marquer l’arrêt, comme un chien de chasse à la vue d’un faisan. Le jeune vendeur, à l’accent coloré du Sud, nous fit goûter ses produits, tout en nous contant son enfance difficile, et sa revanche par les études (#ascenseursocial). Nous étions complètement sous le charme, nous réjouissant pour lui de sa revanche sur les coups du sorts, puisqu’il allait partir à l’automne faire un Master 2 de marketing à Pékin. Bref, tout en papotant habilement avec nous, il nous vendait un petit bout de ceci et un morceau de cela, et ce furent 60€ qui s’envolèrent de notre carte bleue. Mais nous étions contents, quand même, tellement il était hypnotique. Cela dit, arrivés chez nous, nous avons scruté les étiquettes de nos saucissons qui se révélèrent espagnols. Seule la bannière apposée au fond du stand était corse, en fait. Depuis, nous nous sommes remis.

Comme je suis sympa, je vous donne le tuyau (que je tiens de mon beau-père qui le tient du frère du cousin d’un gars caché dans le maquis de Bonifaccio) : si vraiment toute la charcuterie vendue comme corse l’était, la Corse ne serait qu’un élevage  de cochons à perte de vue. Une immense partie est, paraît-il, fabriquée à Marseille. Voilà, de rien.

charcuterie corse lonzu cochon sauvage

Lapin prend des mesures

J’ai également vécu durant ces vacances, des mesures de rétorsion assez sévères de notre dernier-né. En cause, notre souhait de le voir abandonner progressivement, à l’occasion de cette rentrée en grande section de maternelle, l’usage quelque peu excessif du biberon. Souhait dont il conteste la légitimité, exprimant sa ferme volonté de continuer, tel un bébé de 6 mois, à siffler 4 biberons par jour. Oui mais, tu es notre dernier-né, pas notre  nouveau-né lui dis-je ? Bref, un soir, il vint m’informer avec gravité de sa décision : « Maman, je suis plus ton petit chéri. Je te donne plus de fleurs. Les fleurs c’est pour papa. Je te fais plus de bisous. » Et toc, prends ça dans ta face, sale daronne. Heureusement, il a rajouté -pour adoucir ma peine, supposais-je : « Aujourd’hui je suis fâché et je t’aime pas. Demain je suis plus fâché et je t’aime.  » Et voilà le résultat de plus de 4 ans de CNV, les amis. Comme quoi, ça finit par marcher !

Nous continuons donc, avec douceur, fermeté et éducation positive, à l’orienter vers les riantes prairies de la maturité. Parce que, sachez-le avant de me traiter de mère cruelle, Lapin veut continuer à boire au biberon, mais sans témoin. Il fait genre, « Moi un biberon ? pff, mais c’est pour les bébés » quand il est devant ses copines. C’est un rusé.

Que vous dire encore ? Que Chaton a réussi à extorquer avec charme, brio et politesse de l’argent à une vieille dame, afin d’acheter une boule contenant des merdouilles en plastique dans ces distributeurs que l’on voit dans les bars, vous savez ? On met une pièce, on tourne, et un jouet tout pourri made-in China, ou un bonbon bourré de perturbateurs endocriniens tombe. Je lui prédis un excellent avenir pour les ventes de tickets de tombola à l’école. Comme c’est un grand frère attentionné, il a demandé une autre pièce pour son petit frère, planté à côté de lui avec un sourire trop craquant -en se tortillant les doigts comme font les enfants pour avoir l’air attendrissant. Il a réussi. Le barman en était ébahi et admiratif, et la vieille dame, ravie. Elle nous a félicités pour la bonne éducation de nos enfants. Cela me réconforte un peu de constater que nos efforts ne sont pas totalement vains, et que s’ils se comportent assez souvent comme un troupeau de porcelets avec nous, les bases que nous avons posées sont quand même vivaces.

Parlons un peu culture,

parce qu’ici ce n’est pas un blog d’écervelée. Durant notre séjour à Volvic, nous avons visité un joli petit château-fort qui comportait une tourelle amusante, dont les pierres sont recouvertes de boules. Constatez par vous-même. C’est parti pour un petit quizz culture :

tour des miches tournoel

A quoi servent ces boules ?

View Results

Loading ... Loading ...

 

carcan punition enfant pas sage

Ce petit garçon semble puni : d'après toi...

View Results

Loading ... Loading ...

 

Gergovie

Ce monument fantomatique se trouve...

View Results

Loading ... Loading ...

météorite

Cet étron mystérieux est...

View Results

Loading ... Loading ...

 

Je vous donnerai les bonnes réponses en commentaire un de ces jours.

Et voilà, nous sommes toute fin août. Les vacances s’achèvent. La pluie tombe de plus en plus souvent. J’ai acheté les fournitures scolaires, le cartable Tann’s, les crayons neufs et les pochettes de feutres parfumés. Mardi, ce sera la rentrée : le lycée pour Poupette, la 3e pour Loulou, le CP pour Chaton et la grande section de maternelle pour Lapin. Mes collègues vont revenir. Je vais devoir remettre un masque. Les jours raccourcissent, et les enfants vont se coucher plus tôt (en voilà une bonne nouvelle !)

Je conclus donc ce rapide récit en vous souhaitant une bonne rentrée, aussi peu anxiogène que possible dans le contexte actuel. Sortez masqués ! Bisous les gens 🙂

retour au charbon PRGR

Il faut absolument que tout le monde le sache ! je partage :

36 commentaires

    • Audrey Polaszek

      Mais énorme !!! Qu’est ce que j’ai ri ! Merci 😉
      On a l’impression d’avoir passé nos vacances avec toi, c’est top. Et j’avoue, l’étiquette collée sur le pantalon, et la charcuterie-arnaque au marché, je me retrouve aussi 😉
      Et je valide le gardien de zoo sous la bouse d’éléphant !!! C’est totalement vrai 👍

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @Audrey Merci ! je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à scruter les darwin awards (et à me balader avec des étiquettes) 🙂

  • Le Lutin d'Ecouves

    Honte aux tueurs d’araignées ! Vous êtes responsable du meurtre d’une tégénaire (d’après la description) qui, si elle est impressionnante, ne mord jamais, ses crochets ne lui permettant pas de percer la peau humaine. Les morsures d’araignées en France sont une légende (les cas sont extrêmement rares et ne sont jamais domestiques) malgré tout ce qui se dit, parfois par d’ignorants médecins qui accusent les pauvres animaux faute de poser un diagnostic. Quant à la ponte des œufs dans les plaies… j’espère que c’est pour rire.
    En référence, ce courrier de la Hulotte revue de référence sur la nature : https://www.lahulotte.fr/courrier_orbitele3.php
    Bonne journée et la prochaine fois, si vous avez peur de prendre l’animal dans vos mains pour l’evacuer, utilisez un gobelet.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Ah la la, j’avoue que je n’étais pas fière, et que j’ai même pensé à vous, c’est dire… Je vais lâchement me retrancher derrière les enfants, présents dans la chambre juste à côté et qui ont très peur des araignées, même toute petites.
      Enfin la prochaine fois, je saurai que les grosses araignées moches et velues sont inoffensives ! Je cours me cultiver chez la Hulotte.
      (Pardon !)

  • Elsa

    Un lundi qui commence avec un article de PRGR ! Le luxe ! Avec un thé chaud et 3 mouflets qui dorment encore … le capital positif de la journée doit bientôt être épuisé 😉
    Pour les bouquins, la vérité selon H Q est de loin le mieux … et le livre de Baltimore le pire ! J’ai lu cet été l’énigme de la chbre 622, plutôt pas mal ( ma pile a lire est plutôt vide et votre article ( je me suis précipité en voyant le titre ) reprend hélas des livres déjà lus ( sauf le japonais, il faut que j’essaie ).
    Bref, continuez votre blog, ça rend plein de lecteurs.trices heureux ( dans cette société merchantile où plus personne ne lit gnangnagna et grogngn…:-)

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Elsa 😉
      c’est vrai que cet été je ne me suis pas cassé la tête niveau lecture, mais j’ai aussi lu : Immortelle randonnée de Rufin, sympa et caustique; Les oreilles de Buster et Toujours avec toi (de Maria Ernestam les deux) qui m’ont été conseillés par une amie, ce sont d’excellent romans; Petits secrets et grands mensonges de Liane Moriarty que j’ai trouvé assez fin et bien vu. Dès que je découvre un nouveauté géniale, je te le dis !

    • Cadou

      Toujours aussi agréable à lire ! Et moi aussi j’ai adoré Harry Kléber mais j’ai renâclé à la lecture de Stephanie mayer, l’utilisation des mêmes ficelles narratives étant un peu répétitive et c’est un peu longuet … et ton marchand de saucisson qui va en Chine, j’espère que tu l’as prévenu de la quarantaine obligatoire qu’il allait se taper ? … il pourra l’enfer du saucisson pour s’occuper …!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @Cadou exactement, dans Harry Québert c’est très sympa, mais la répétition de la structure en flash-back lasse au bout d’un moment. Et surtout, tout le début du roman des Baltimore est interminable et inintéressant.
      Le vendeur de Saucisson je ne lui dirai rien, ça lui fera les pieds cet escroc !

  • Picou

    Alors, aussi en vrac que ton article : je participe pas au quizz, je suis auvergnate, ce serait tricher ; je me suis emmerdée aussi avec le 2e Dicker et je sais même plus si j’ai lu « la disparition… » donc ça répond en partie à ta question ; pendant mes vacances à Avignon, dans le camping ils ont quand même tenté une chenille dans la piscine – déjà, en 2020, voilà, quoi, mais quelle bonne idée covid! ; enfin, et surtout : bonne rentrée! Et reviens vite nous embêter même si on est 3 pelés et un tondu!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Ah, c’est beau, tu as des principes moraux ! La chenille dans la piscine, tu me vends carrément du rêve, il faut absolument que je tente ça l’été prochain ! Bonne rentrée à toi aussi, j’espère venir vous embêter assez vite 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      ah bon tu savais ? et tu n’en avais pas fait un article de blog ? m’enfin Cecilia, tu es pourtant blogueuse lifestyle!

  • alinetterunnette

    La disparition je ne l’ai pas trouvé si mal que ça (c’est un enthousiasme modéré mais je me souviens quand même avoir passé un bon moment 🙂 . Merci pour les barres de rire, ça a du bon la rentrée avec des articles comme ça !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Il faut absolument que la blogosphère se ressaisisse ! à petites foulées !
      Bonne rentrée à tes deux mignons 😉

  • Miss Zen

    Comme d’habitude je me suis régalée en lisant ta prose même si j’ai failli cracher sur mon écran et me désabonner de rage en lisant ton histoire de pension complète.
    Le premier qui me demande encore ‘quand estcekonmange et keskonmange ?  » sera ligoté, enduit de miel et déposé près d’un nid de frelons asiatiques.
    Je te souhaite une très belle rentrée !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Tss tss tss, la jalousie est un vilain défaut ma chère !
      à dire vrai, ces deux semaines de pension complète étaient notre secret fantasme depuis longtemps. Nous sommes désormais résolus à l’assouvir chaque année (ou presque) donc 2 septembre : il est temps de commencer à bouffer des patates.

  • Lexie

    Je ne regrette pas d’être venue, j’ai tellement ri! Tu es une déesse, tu as réussi à transformer le difficile exercice du récit de vacances en une comédie de haut vol 🙂 En bref: Volvic pour des vacances ?! – Je te comprends pour le choix sans fin, ici c’est au marché qu’on ne peut plus « attraper » soi même et ça prend un temps fou de dire quoi, et combien, plutôt des courgettes jaunes ou vertes, je tire ou tu pointes ? – Je n’ai pas aimé l’affaire Stéphanie Malert (je sais plus le nom lol), bref celui dont tu ne t’es pas survie pour l’euthanasie de cette pauvre bête – Je crois que c’est l’histoire de la pie qui me fascine le plus, les animaux me raviront toujours (sauf les araignées). Bises et belle rentrée !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Ooooh mais arrête, je rougis de la tête aux pieds ! hi hi hi
      Oui, Volvic. Cela peut sembler curieux, je le conçois, mais nous avons de la famille à proximité (aka, ma reum). Cela a été l’occasion d’aller à Vulcania que je ne connaissais pas. Et puis voir Gergovie sous la pluie, Clermont sous les nuages, Saint-Ours les Roches sous l’orage… C’est magique, non ?
      Je pense toujours à cette pie (qui était sûrement apprivoisée, je pense), elle avait un petit côté hitchkokien dans son regard.
      Bonne rentrée à toi aussi !

  • AlexG

    Excellent ! Très très grande forme !! un des meilleurs !!! J’en veux encore 🙂
    Merci beaucoup je me suis régalée (beaucoup ri à gorge déployée :-)) … Et belle innovation aussi les quiz bien fun.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci ma chère ! Je vais essayer de reprendre un rythme un peu plus régulier, car comme l’appétit qui vient en mangeant, l’envie de bloguer vient en bloguant ! gros bisous et bonne rentrée 🙂

  • Maman Lempicka

    Je croyais qu’à défaut d’avoir commenté cet article, je l’avais au moins liké mais que nenni. Me voici donc à commenter 10 jours après tout le monde, pour te dire que moi aussi j’ai adoré cet article, et surtout le sondage final où j’ai évidemment opté pour les réponses les plus improbables, celles qui s’affichent avec le plus petit pourcentage à l’arrivée. Sinon, j’espère que l’histoire du saucisson te tiendra de leçon, je te pensais plus pointue côté terroir. Quand à la pension complète, c’est simple: ce devrait être la seule formule possible, partout sur la terre et dans le ciel. Bonne rentrée à toute la famille

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      J’avais mis des réponses improbables, moi ? ça alors.
      Je suis bien d’accord pour la pension complète, d’ailleurs, je t’avoue sous le sceau du secret que nous allons recommencer l’an prochain.
      Concernant la charcuterie, je t’avoue être un peu choquée que tu ne m’aies point transmis cette information cruciale et sensible dont tu paraissais déjà en possession ? Et la solidarité inter-blogueuses, alors ? tsss… Bonne rentrée à vous aussi !

  • Anne

    Je découvre via Marie C. Et c’est juste excellent à lire, même après la rentrée, même un samedi matin à 7:00 ! La prof de sport…. L’étiquette… la phrase du petit bouchon en CNV. Bref. Merci pour ce petit moment d’Evasion ! Fantastique. Je m’abonne !

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :