lecture guide éducatif Marabout éducation approximative Agnès Labbé Blog Quatre enfants éducation positive bienveillante famille nombreuse jumeaux blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR https://prgr.fr
couple-famille,  éducation

Mon avis sur « L’Education Approximative » d’Agnès Labbé.

Vous allez vous dire : Oh, non, encore une chronique de livre ! On en a marre ! Remboursez ! Ce blog est une escroquerie ! Bon, alors d’abord, calmez-vous, ici c’est chez moi et je fais ce que je veux parce que c’est gratuit, alors, hein, faut pas pousser mémé dans les orties. Ensuite parce qu’il m’est arrivé mille mésaventures au sujet de ce livre, et que j’ai failli en avoir un ulcère. (Pour ceux qui ne sont intéressés que par la chronique du livre et non par mes malheurs, bande d’ingrats, scrollez vers le bas).

Bon alors celui-là, il m’a donné du fil à retordre.

Comprenons-nous : pas par sa lecture, non. Par la difficulté à l’obtenir. Figurez-vous que la Fnac, à qui je l’avais commandé, m’a facétieusement envoyé : « Sous le drapeau noir. Enquête sur Daesh » d’un certain Joby Warrick, certainement très aimable, mais dont je n’avais pas l’intention de découvrir la littérature. Je n’ai déjà pas beaucoup de temps, alors ce n’est pas pour passer des soirées lugubres à me documenter sur des organisations sinistres.

J’ai donc fait une recherche fouillée sur internet pour trouver le numéro secret de la Fnac, et j’ai signalé à Jean-Claude de la plateforme téléphonique, l’objet de mon désappointement. Jean-Claude a eu l’air également un peu interloqué de cet envoi surprenant, et m’a indiqué la marche à suivre pour renvoyer Daesh aux oubliettes, et recevoir le Graal d’Agnès Labbé.

Dix jours passent… ma boîte aux lettres demeurait vide et triste comme un vendredi de Carême. Je rappelle la Fnac, et tombe sur Marie-Christine, qui me signale que le processus prend 15 jours à compter de la date de retour de Daesh au bercail, que oui Madame, c’est la démarche qualité qui veut ça, bla bla bla…, service logistique, bla bla bla…, procédure normale, bla bla bla… etc.

Une semaine passe, et là je commence à paniquer sérieusement, à quoi cela sert-il si je reçois le livre d’Agnès quand Lapin est majeur ? C’est maintenant que j’en ai besoin, que diantre ! Au téléphone, Huguette me dit que non, tout est normal, que c’est la plateforme de Wissous qui… qu’elle ne peut rien de plus que… que je vais l’avoir au plus tard le…

Une autre semaine passe… Toujours rien. Alors là, le dragon qui sommeille en moi s’est subitement réveillé, et j’ai rappelé, furibarde : manque de bol, c’est le pauvre Anthony qui s’est pris le feu de mes naseaux dans la figure, Anthony l’innocent (bien que je sois restée polie, évidemment, et que j’aie pris soin de lui dire que je ne lui en voulais pas personnellement). Je lui ai dit que leurs processus de m… à la noix me cassaient les bonbons, que c’était un scandale de mettre 3 semaines à enregistrer un retour pour un livre coûtant la modique somme de 15€90, que plus jamais je n’achèterais à la Fnac même si cela me brisait le cœur, que je haïssais les dirigeants de cette société qui mettent des salariés sous-payés en première ligne de front pour essuyer les ires des clients alors qu’ils n’y étaient pour rien, que c’était du niveau de Pétain envoyant les soldats de la première guerre mondiale au casse-pipe, que la France était foutue, que je votais Mélenchon aux prochaines élections et que je descendais sur le rond-point le plus proche avec mon gilet jaune, et je vous souhaite une bonne soirée quand même, croyez-bien que je suis désolée mon cher Anthony, avec mes sentiments les meilleurs, bonsoir.

Et bien croyez-le ou non : le lendemain même, mon livre était envoyé comme par magie. C’est pas triste, de devoir à en arriver à de pareilles extrémités pour lire le livre d’Agnès Labbé ? En même temps, c’est quand même le livre d’Agnès Labbé, hein, on ne parle pas d’un obscur Zola de quatrième zone. Bref, merci Anthony, si tu passes par là, la Fnac a de la chance de te compter dans ses rangs.

Sauf qu’entre-temps,

Tout le monde a sorti sa chronique sur ce fameux livre, et vas-y que Picou-Bulle écrit sa critique (Picou-Bulle, celle que l’on surnomme dans le milieu, « la femme qui blogue plus vite que son ombre »), et qu’une Chambre à Moi se fend d’une tartine excellente sur le sujet, etc… Elles ne m’ont pas laissé un miette.

Que me reste-t-il à dire sur ce fameux livre, hein ?
Faire une critique des critiques, comme me le suggérait 3kleinegrenouilles ?
En dire du mal ?
J’y ai pensé, je ne vous le cache pas. Je me suis demandé si pour me démarquer, je n’allais pas sortir un article féroce sur « l’Éducation Approximative ». Comme quand un film est encensé par le public, et que paf, Libération, ou Le Monde, ou Télérama, te le descend à grands coups de scuds perfides et condescendants. Mais pour de vrai, non, je ne peux pas faire une chose pareille.

Je n’ai rien trouvé à critiquer. Je suis bassement jalouse, même. J’aimerais rayer « Agnès Labbé » sur la couverture et écrire mon nom à sa place. Ou alors usurper son identité, avec une perruque blonde (et un verre de Chardonnay à la main), tout le monde n’y verrait que du feu.

Parce que le bouquin d’Agnès Labbé, c’est juste ma vie au quotidien.

Agnès est en couple, elle a quatre enfants dont des jumeaux, un chat, un boulot, un blog, et elle arrive avec tout ça à sortir ses enfants un peu plus loin que le square surpeuplé et rempli de crottes du bout de sa rue (Je le sais, parce que je l’espionne sur Instagram). J’aurais pu l’écrire, ce bouquin, en fait. Si j’en avais eu l’idée. Avant elle. Et si j’avais commencé à bloguer plus tôt. Si j’avais eu des jumeaux. Et si… Bon non, d’accord, en fait je n’aurais pas pu écrire le bouquin d’Agnès, même si je me reconnais à chaque ligne, dans les gueulantes poussées qui font du bien même si on en a un peu honte après, dans les petits lâchages pour avoir la paix (un sachet de fraises tagada à 18h30 n’a jamais tué personne, mais ça épargne mes tympans, parfois), dans le relativisme (mesuré) qui s’installe au fur et à mesure des années et des enfants supplémentaires, et dans les apéros salvateurs.

J’ai beaucoup ri quand Agnès parle de ses échanges avec la crèche. Pas plus tard que la semaine dernière, l’éducatrice du collège m’a appelée, d’une voie sépulcrale, à propos de ma fille : « Elle a mal au ventre, elle a des nausées, elle a mal à la tête et de la fièvre, Madame. Il faut venir la chercher, elle ne se sent pas bien du tout ». Après avoir scanné les pathologies les plus probables (péritonite / méningite / tumeur du cerveau ou de l’intestin grêle / combo des 4, ne soyons pas rat), j’ai quand même demandé à parler à la mourante. « Ma chérie, il neige, ma voiture est chez le garagiste. Pour de vrai, t’es super malade, ou tu peux rentrer seule ? » Petit soupir à l’autre bout du fil, puis « bon, ok, je rentre en bus ». Et voilà ! guérie !

Je me suis souvenue aussi qu’il y a deux semaines, l’école m’a appelée pour récupérer Lapin, fiévreux et à l’agonie, lequel à peine le pied posé dans l’appartement, roulait des mécaniques d’un air conquérant et cherchait du regard ce qu’il pouvait faire comme co… comme expérience inattendue.

Donc oui en effet, quand on a plusieurs enfants, on ne s’affole plus pour un petit 38.5°C. On réserve son énergie et les négociations de départ anticipé avec le boss, pour les crises d’asthme sévère et un vrai bon 39°C qui tient la route.

J’ai beaucoup ri aussi (et j’ai été soulagée) de constater que je n’étais pas la seule à nourrir mes enfants, certains soirs, de biscuits apéros, et à compter sur l’école pour qu’ils aient leur ration de légumes verts. Et je pousse la confession intime jusqu’à avouer que je leur donne des cacahuètes entières et des olives non dénoyautées, depuis l’âge de 2 ans. Ne me flagellez pas : ils adorent cela, et je ne vois pas comment leur reprocher : franchement, c’est plus sympa que du brocolis vapeur.

Ce qui me plaît dans ce livre,

c’est la conceptualisation du foutoir éducatif qui est le lot de beaucoup de parents. En gros l’éducation approximative selon Agnès Labbé (et moi, et moi, et moi), c’est le fluctuat nec mergitur (pour les parisiens), la gradualité de la loi (pour les théologiens), le « si ton gosse est vivant et heureux, peu importe que tu aies braillé ce matin, et qu’il parte à l’école avec une moustache de chocolat et un épi sur la tête » (pour tout le monde). Le parent approximatif est doté de bon sens, de réalisme, et il exerce la bienveillance envers lui-même comme envers ses enfants, car il sait qu’il n’est pas un super-héros et que s’il craque, tout le monde sera in a very deep shit : Qui veut aller loin ménage sa monture, donc.

L’éducation bienveillante et positive nous montre le droit chemin pour élever nos enfants de manière responsable et respectueuse. Mais avec plusieurs enfants, force est de constater que ce n’est pas d’une pratique évidente, surtout quand il faut amener chaque enfant à accepter en conscience de mettre ses chaussures pour aller à l’école le matin (et qu’il a deux pieds).
L’éducation approximative nous montre que l’on peut tourner, virer, revenir en arrière, partir plus à droite ou plus à gauche, en gardant en tête l’azimut qui nous guide, mais elle ne nous culpabilisera jamais de ne pas être parfaits à tous les coups. Le parent a sa sensibilité, son passé, ses mauvaises journées, sa fatigue et ses limites nerveuses. Car oui ! Le parent n’est pas un robot au sourire figé et à la voix d’une douceur exaspérante. Constater que son parent n’est pas parfait, est une bonne école de vie pour nos enfants. Parent trop parfait = enfant parfaitement névrosé à l’âge adulte, rentrez-vous bien cela dans le crâne. Ce qui compte, c’est de dire et de montrer à son enfant qu’on l’aime plus que tout, et il pardonnera volontiers les petits cafouillis parentaux. Car, il est écrit : « il lui sera beaucoup pardonné, car elle a beaucoup aimé » (Luc, 7:47). Et toc.

Ce matin-même, avec ma moitié, nous regardions Lapin qui poussait des hurlements et se tordait au sol, la bave aux lèvres et les yeux révulsés, des pustules violettes poussant sur son dos et des cornes pointant de manière inquiétante sur son crâne. Il était exaspéré que nous n’accédions point à son souhait de reconstruire le grand château playmobil dans les dix minutes qui nous restaient avant de partir pour l’école. « Bon, selon l’Éducation Approximative, on fait quoi ? » Me dit mon époux d’un air désabusé. « On le laisse brailler, et on attend qu’il se calme tout seul », répondis-je après avoir consulté rapidement ce qui est devenu notre ouvrage de référence en matière éducative, moi qui n’ai jamais ouvert ceux de Laurence Pernoud.

Et bien devinez quoi ? en deux minutes, il était calmé, sans argumentations positives et bienveillantes (qu’il n’avait aucune intention d’écouter), et sans VEO (bien évidemment !). On lui a fait un gros câlin, et l’harmonie est revenue parmi nous tandis que des paillettes scintillantes tombaient du plafond. 

Alors, si :

Tu ne réussis pas à cuisiner le soir pour tes angelots un curry de légumes bio maison, décoré de violettes fraîches et présenté sur une assiette de faïence japonaise ?
Tes enfants ne fleurent pas le savon à l’églantine sauvage et ne sont pas en pyjama repassé à 19h ?
Ils n’écoutent pas sagement leur histoire à la douce lueur de bougies parfumées, mais courent tout nus en hurlant ?
Tu te demandes si cet échec massif est bien normal ?
Tu as déjà eu envie de te suicider en t’immolant par le feu avec tes côtes de porc dans le four ?
Plus grave encore, ta vie familiale n’est pas très instagrammable ?

 

Ce livre est pour toi !

Cette saine lecture t’épargnera probablement une thérapie et un divorce. Vu le coût cumulé des deux, cela vaut la peine de dépenser 15€90, c’est moi qui te le dis. Et si tu n’as pas encore d’enfant : anticipe, et prépare-toi à démarrer détendu-e de la fesse dans la grande aventure de la famille !

L’éducation approximative, d’Agnès Labbé, éditions Marabout. (Pour des critiques construites et constructives, n’hésitez pas à vous référer aux deux collègues citées plus haut !)

Vendu dans toutes les bonnes librairies, chez Decitre, Amazon, et… la Fnac, donc.

lecture guide éducatif Marabout éducation approximative Agnès Labbé Blog Quatre enfants éducation positive bienveillante famille nombreuse jumeaux blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR https://prgr.fr

Les petits enfants de l’image sont issus des photos de Aaron Mello (à gauche) et Rick Mason (à droite), Unsplash

53 commentaires

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      😉 je suis certaine que de très nombreuses choses te parleront, à toi aussi !

  • Grm

    Ahahah… ce n’est pas vraiment le bouquin qui m’intéresse…. (trop vieille…), mais ta réaction et celle-ci est comme toujours tellement vivante et imagée que je «te vois » en action… un délire et un délice! MERCI pour ce bon moment de lecture 👍🥰🥰💝

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Suzanne 🙂 Même si tu n’es plus concernée directement, tu peux toujours le conseiller à de jeunes parents naïfs et bourrés de principes !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Le pauvre… Si je pouvais, je lui enverrais un mot pour le remercier, mais je ne sais pas où ! Quel métier ingrat de bosser en plateforme

  • Maman BCBG

    Luc, 7:47 ?… épouse moi !!!!

    Aahhaha j’ai eu beaucoup moins de mal que toi à me le procurer (merci Amazon, au moins c’est un géant qui brûle ses invendus de manière éhontée, mais qui assure la livraison en temps et en heure) mais vu que je n’ai pas réussi à ouvrir un seul livre depuis des semaines, je ne l’ai pas encore lu…

    Je vais y remédier dès ce we !!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je suis déjà prise ma jolie, sinon cela aurait été avec joie 😀
      Je suis certaine que tu adoreras, entre deux crêpes, ça passe tout seul !

  • Sandra

    Merci pour cet article qui m’a bien fait rire et fait découvrir le livre (je sais pas comment je fais, c’est pourtant pas faute de passer de longues heures sur internet mais je ne suis jamais au courant des trucs que tout le monde a vu/lu…). Donc merci pour ce partage, je cours l’acheter (je déculpabilise déjà des pâtes 3 soirs de suite 🙂 ) !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      tu n’es pas encore abonnée à Quatre Enfants ? Damned ! 😀 Merci pour ton gentil message, et bonnes coquillettes ce soir (en gratin pour changer ?!)

    • Sandra

      Non je dois vivre dans un internet parallèle, je ne connaissais pas son blog avant ton post 😉 Merci pour l’idée recette 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Charlotte ! Je gage que ce livre fera partie de tes indispensables comme éducatrice !

  • Maman Lempicka

    Mouahaha, j’adore tout le contexte autour de l’acquisition, et bien entendu ton analyse extrêmement fouillée! Ca me donne toujours envie de le lire…et je me demande si finalement, on peut choisir et faire autre chose que de l’éducation approximative, dans la vraie vie!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      je crois que ceux qui prétendent faire autre chose que de l’éducation approximative, sont ceux qui prétendent avoir des enfants toujours bien peignés ! Enfin toi et moi ne sommes pas dupes 😉

  • Madame Bobette

    Merci pour cette critique hautement constructive, notamment en terme de relation client 😉
    Sincèrement, tu es de celles qui me donnent encore plus envie de courir acheter ce livre… dès que j’aurai un peu de temps et passerai devant une librairie qui le vend ^^

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je n’ai pas beaucoup de mérite, les écrits d’Agnès se suffisent à eux-même !

  • maman délire

    ha !!! bon il va quand même falloir qu’on trouve un truc à redire sur ce bouquin ! ( que j’ai lu avant toi cela va sans dire, vu que je me suis déplacée directement dans une librairie un lundi à 14h25, un des privilèges de gérer son emploi du temps professionnel gniark gniark !!) . je suis sure que si on creuse un peu, à la page 42 y’a un truc à redire, non ? bon. en tout cas, ce que je trouve finalement dramatique, c’est que les bouquins sur l »éducations bienveillante soient passé a coté d’un truc aussi énorme : le fait qu’il serait possible que leurs méthodes ne marchent pas à tous les coups et que du coup ça décourage des parents… car finalement c’est bien ça le problème : leurs idées sont plutôt bonnes, mais par moment, la vraie vie fait que bah on y arrive pas, pour maintes raisons. de toute tacon un parent calme tous le temps , ça serait leur vendre un rêve absolument impossible à tenir à l’age adulte ! et toutes les émotions sont bonnes a vivre, et nous délivrent un message ! colère, peur, tristesse et joie ( je ressors d’une révision de ma formation aujourd’hui, et c’est clairement ça le message !!! )

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oui, il y a cette angoisse de perfection, aussi dûe au fait que comme les enfants sont désirés (très majoritairement) aujourd’hui, on est obligé de tout leur donner. C’est une sacrée pression pour les parents, et je ne suis pas sûre que ce sont bon pour les enfants.
      Bon, j’attends ta critique, alors ! en tant que coach, un livre sur le refus de l’injonction de la perfection, il y a de quoi faire !

  • 3kleinegrenouilles

    Décidément, je vais vraiment l’acheter en mars. Il y a la FNAC vers chez mes parents, je passe leur faire un coucou de ta part et demande si un certain Anthony travaille dans un centre d’appels à proximité ?
    Mes enfants se sont endormis tôt mais les microbes ayant fait leur grand retour chez nous, la nuit ne va pas être paisible… Bref, après quelques réveils et avant que je m’endorme, je te laisse un petit commentaire.
    Je ne pense pas commettre de chronique littéraire fin mars, j’arriverais vraiment trop après la bataille. Merci pour cette référence aux évangiles, ça faisait bien longtemps que je n’avais pas pensé à Luc.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Pauvre Anthony ! Je déteste m’énerver auprès des personnes travaillant sur les plateformes car je sais que c’est un métier totalement ingrat, d’un autre côté si je ne l’avais pas fait j’attendrais encore ce livre…
      Je ne vois que des enfants malades autour de moi, la gastro est mauvaise cette année, la grippe aussi, et apparemment le vaccin de cette année n’est pas très protecteur.
      et j’aime bien appliquer les évangiles à la vie quotidienne 😀 bon week-end Catherine !

  • Quatre Poussins

    Pour être tout à fait franche, je me suis évidemment sentie bien plus concernée par tes malheurs que par ta critique littéraire… (faut bien que quelqu’un fasse passer ce fichu bouquin – que moi aussi j’aurais bien voulu écrire au demeurant – au second plan quand même !) 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci de ton dévouement et de ton soutien ! (je crois que nous sommes nombreuses à avoir voulu l’écrire 😀 )

  • madeleineetcupoftea

    Je n’avais pas entendu parler du livre, et tu as la primeur de me le faire découvrir ! C’est l’avantage d’avoir des lecteurs qui vivent à l’étranger, ils seront toujours suffisamment à la ramasse sur les actualités littéraires … je te garantis que tes chroniques littéraires ont l’assurance d’être de vraies nouvelles pour moi! Au delà de ça: ton article (et le récit de tes malheurs) m’a bien fait rire / l’éducation approximative, il n’y a qu’elle qui existe vraiment. Ceux qui disent l’inverse se fourvoient et les pauvres, comme je les plains. C’est la garantie de se prendre un train dans la face le jour où l’école t’appelle parce que ton fils chéri a fichu un pin dans la figure à un copain de classe (pour ma part, je ne ressemble plus à rien, trois trains m’ont déjà roulé dessus). Si tu veux écrire un livre, je te suggère ce titre (inspiré de “pourquoi maman boit”, un best-seller anglo-saxon) : pourquoi maman blogue ! 😉 J’attends ton opus pour le commander sur la Fnac ! 😜

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Tu as tout résumé d’excellente manière ! « Pourquoi maman boit », voilà une lecture qui m’intéresserait ! avant de me lancer dans la rédaction de mon futur, roman, donc ;-p merci pour l’idée !!!

  • Mag

    Super critique, je suis bien d’accord avec ça : on se reconnaît tou(te)s dans ce bouquin et ça fait du bien!

    En tous cas tes tranches de vie auraient convenues à merveille dans le manuel

    Je ne vois qu’une chose à dire : Amen ! (Et c’est pas Luc qui nous contredira) 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Mag ! C’est sûr que ma vie familiale est très approximative ! heureusement je le vis bien, ainsi soit-il 😉

  • Workingmutti

    C’est bien le seul manuel d’éducation que je pourrais tenir ça ;). Blague à part, je suis contente de trouver ce genre d’ouvrage au milieu des « manuels » d’éducation plus sérieux, et qui se contredisent tous entre eux, qui nous donnent l’impression de ne jamais être assez.

    Je me reconnais parfaitement dans les négociations pour ne pas aller chercher un enfant qui est soit disant à l’agonie avec 37,9° et qui revient à chaque fois la bouche en coeur. J’ai même eu une fois le droit à « Yoann est tombé 2 fois à la récré, je pense qu’il n’est pas bien, il faudrait venir le chercher » …
    S’absenter du boulot 3 fois par mois pour UN seul enfant malade, a fortiori dans une fratrie nombreuse, c’est absolument impossible dans la réalité vraie de vraie.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oui, maintenant avec les fameuses responsabilités tout azimuts, ils ne donnent même plus un cachet de doliprane à un enfant. Si jamais ça leur retombait dessus… Et cerise sur le gâteau, au collège de ma fille il n’y a même pas d’infirmerie. Ça me sidère que dans un collège où des dizaines de filles ont leurs règles chaque semaine, il n’y ait pas un lit pour se reposer et un cachet de doliprane en cas de gros mal de ventre…

  • Marcounet

    Chères Mamans, quand la directrice de la crèche ou un administratif de l’école vous appelle pour vous dire « votre enfant est malade », essayez la réponse suivante :
    « Je sais bien qu’il est malade ! Il était déjà malade la semaine dernière et il le sera encore la semaine prochaine comme chaque fois qu’il passe deux jours d’affilée dans votre établissement. PARCE QUE VOUS CROYEZ QU’IL LES ATTRAPE OU, TOUTES CES SALOPERIES ?!!! »
    Ca ne changera rien au problème mais il n’y a pas de raison pour que ce soit toujours Anthony-de-la-FNAC qui se fasse crier dessus.

    Suite à la lecture de cet article, à défaut d’acheter l’ouvrage de Mme LABBE qui, bien que semblant fort bien écrit (d’après vos commentaires fort bien écrits aussi), me serait de peu d’utilité pour élever une compagne et trois chats. Je me suis donc replongé dans la lecture du « Guide du jeune père » de Pierre Antilogus et Jean-Louis Festjens. Il ne m’est pas plus utile pour l’éducation des chats, mais c’est marrant et c’est déjà bien !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Tu aurais écrit ton commentaire plus tôt, j’aurais pu essayer cette technique quand ce début d’après-midi, j’ai été appelée pour un nouvel accès de fièvre de Lapin. A la place comme tu t’en doutes, j’ai demandé à parler à Anthony pour expulser ma rage. Il en sanglotait, le pauvre.
      Et figure-toi que Madame Labbé a un chat, et qu’elle serait capable d’écrire, rien que pour toi, un guide sur l’éducation approximative féline ! Va savoir !

  • Miss Zen

    A défaut d’écrire un livre, tu peux toujours monter sur scène et nous faire rire….
    Quant à la Fnac, le livre qui devait être livré le 21 décembre n’était toujours pas arrivé le 24 janvier – ils avaient l’air tout étonné que je souhaite annuler la commande…et être remboursée ! Il a quand même fallu appeler 3 fois et après on s’étonne que le monstre Amazon dévore tout….
    Je vais faire un tour chez tes copines pour en lire un peu plus sur ce livre qui devrait me faire le plus grand bien en ce jour morose (mais calme – pas encore commencé les devoirs).

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Figure-toi que c’est un de mes grands questionnements : les personnes drôles à l’écrit seraient-elles aussi drôles à l’oral, et réciproquement ? Vous avez deux heures.

  • Louna

    Ahah ! Merci et bravo pour cette chronique ! Je ne pense pas lire ce livre dans les semaines qui viennent (l’effet matraquage me donne un peu des boutons), mais je suis le blog d’Agnès depuis le début et ça fait bien longtemps que je suis une adepte de l’éducation approximative ! 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Louna ! le parent approximatif est un parent qui survit, je pense que nous sommes nombreuses à avoir choisi notre camp !

  • PachaMaman

    Hehe ! Ça fait du bien de découvrir un livre qui reflète la réalité, ça donne envie de le lire pour le coup 🙂
    Et un régal ton écriture ! J’adore ! Je découvre ton blog et je ne regrette pas le passage

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Bonjour et merci de ton commentaire ! C’est très gentil 😃 Oui, le livre d’Agnès est une vraie réussite !

  • 3 enfants en 3ans

    Oh pinaise, tu viens de me fouttre dans la bouse de vache… j’avais enfin un angle pour parler du bouquin d’agnès, et paf ! je viens voir ton blog, je tombe sur cet excellent article !
    Purée, mais que me reste-t-il à écrire sur sa prose ?
    aie aie aie

    le pire, c’est que tu m’as énormément fait rire !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci 😊
      mais non ne pense pas ça, ce que tu écriras sera forcément différent de mon article ! J’aime beaucoup lire des points de vue croisés sur une lecture !

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :