Qui aime bien vaccine peu
en vrac,  marmots,  société

« Qui aime bien vaccine peu » : qu’en penser ? (1)

En commentant mon article sur la vaccination, une personne sur les réseaux sociaux m’a parlé de « Qui aime bien vaccine peu », écrit collectif préfacé par Michel Georget. J’avais déjà entendu parler de cet ouvrage mais sa question m’a donné envie de me pencher plus en détail sur les arguments qui y sont développés. « Qui aime bien vaccine peu » prône la modération vaccinale, y compris au niveau des vaccins obligatoires. Cet ouvrage, apparemment, est beaucoup lu par certains parents et leur sert de caution scientifique pour refuser certains vaccins. Que raconte-t-il exactement ? Que penser de ces arguments ?

Qui sont les auteurs de « Qui aime bien vaccine peu ? »

Cet ouvrage est rédigé par un collectif de médecins suisses (OK) homéopathes (aïe). J’avoue que ma confiance est déjà émoussée à l’idée que ces médecins soignent donc en partie leurs patients avec des billes de sucre contenant de l’eau pure.

Autant je suis parfaitement d’accord pour dire que l’alimentation est la première médecine,
Autant je souscris au rôle du microbiote et à l’impact de la flore intestinale,
Autant je milite à fond pour les fruits et légumes,
Autant je kiffe toutes les vitamines de la création,
Autant je pratique moi-même (avec discernement) l’aromathérapie pour mes enfants,

Autant, vous l’aurez compris, je ne suis pas une adepte de l’homéopathie, cela heurte mon sens rationnel. Pour rappel, une dilution 1CH revient à diluer 100 fois. Prenez une demi-feuille, marquez votre nom en haut à droite, calculatrices interdites bien sûr, vous avez 10 minutes.

Une dilution 9CH correspond à … ?

Cela correspond à diluer un produit 1.000.000.000.000.000.000 fois, soit un milliard de milliards. Une goutte (50 µL) dans 50 milliards de mètres cubes. Une seule goutte, dans un cube de 3,7 km de côté.

Donc, je suis déjà un peu chiffonnée.

Michel Georget, qui a coordonné l’ouvrage « Qui aime bien vaccine peu » et écrit de nombreux textes contre ce qu’il considère être une vaccination excessive, est un agrégé de Biologie. Décédé en 2019, il a enseigné en lycée et classes prépas jusqu’en 1994. Livrons-nous à un petit calcul (sur l’autre demi-feuille): Michel Georget est né en 1935. Logiquement, il a eu son agrégation vers 1960. Et l’immunologie est une discipline qui a commencé à émerger réellement dans les années 1980, avant de se complexifier notablement à partir des années 1990/2000. Autant dire que Monsieur Georget, enseignant de SVT, n’a pas baigné dans l’immunologie tout du long de sa carrière, et que le concept de la mémoire immunitaire – principe sous-jacent à la vaccination – n’en était qu’à ses balbutiements lorsqu’il cessa d’enseigner.

Qu’est-ce qui me chiffonne (encore) dans « Qui aime bien vaccine peu » ? (je répète le titre, c’est pour le référencement dans Google)

  1. L’absence totale de sources scientifiques. Aucune référence, des arguments assénés sur la tête des parents avec grande autorité, et aucun moyen de vérifier la véracité de leurs dires. Ennuyeux pour un ouvrage qui circule beaucoup de parents à parents par le biais des réseaux sociaux.
  2. Le concept rebattu que ce n’est pas la vaccination qui a fait disparaître les maladies infectieuses, mais les progrès de l’hygiène. Je crois que cet argument est gravement mis à mal par la pandémie actuelle à coronavirus : qu’on se lave ou qu’on ne se lave pas, tout le monde attrape ce virus, ce qui illustre bien le fait que les vaccins servent quand même à quelque chose, et que l’hygiène – primordiale – reste toutefois insuffisante.
  3. L’épouvantail agité devant les parents qu’ils vont empoisonner leur enfant s’ils le vaccinent et lui causer plus tard diabètes, allergies, cancers, maladies auto-immunes, bad karma, haleine de babouin, etc.
  4. Le mélange entre vraies infos, grosses approximations, et mensonges purs et simples, par omission ou non.

J’ai donc repris l’ouvrage afin de soulever les points litigieux. C’est parti mon kiki.

L’affirmation :

« En combinant les vaccins dans la même inoculation, on ne respecte pas l’exemple de la nature qui n’inflige au malade qu’une seule maladie infectieuse aiguë à la fois. »

Le but des vaccinations combinées est, rappelons-le, de limiter le nombre de piqures pour les petits. Les bébés reçoivent donc désormais, dans une seule injection, la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’haemophilus, et l’hépatite B : c’est le vaccin hexavalent.

Est-il exact de dire que l’on « inflige plusieurs maladies en même temps » ?

Non.

Ce vaccin contient uniquement des protéines immunisantes de microorganismes (Diphtérie, tétanos, Coqueluche, Haemophilus, hépatite B) et les virus INACTIVES (KO, dead, kapout, donc non pathogènes) de la poliomyélite. Aucune « maladie » n’est donc infligée au bébé. Simplement, son système immunitaire va apprendre à reconnaître les protéines des pathogènes dangereux pour les éliminer fissa s’il les rencontre un jour. 

Par ailleurs, dire que « la nature n’inflige qu’une seule maladie à la fois », c’est supposer la nature bien plus gentille qu’elle n’est : les co-infections ou les sur-infections, cela existe bien souvent.

 

L’affirmation :

« Vertiges, maladresse, […] voire certains cas de délinquance et même d’autisme correspondant à des lésions invisibles pour la médecine pourraient être dûs à des traumatismes, des intoxications ou des vaccinations mal supportées. Dans notre pratique, l’amélioration fréquente de ces cas grâce au drainage homéopathique est une preuve de l’origine vaccinale de ces affections. »

Po po po… fichtre ! Ce paragraphe me fait peur. « Drainage homéopathique », what the hell is that ?  Où est la preuve de l’origine vaccinale de ces divers pathologies et troubles ? La question du lien éventuel entre autisme et vaccin ROR a été moultes fois analysée, et tout autant moultes fois retoquée : non, il n’y a pas de lien. Je répète : NON, IL N’Y A PAS DE LIEN, ni aux Etats-Unis, ni au Danemark, ni ailleurs. Cette fake new médicale vient d’un médecin anglais qui avait vu en consultation 12 enfants présentant un spectre du trouble de l’autisme, vers l’âge de 2 ans, soit quelque temps après la seconde dose de ROR. On a toujours tendance, quand un enfant est malade, à chercher un coupable et c’est bien naturel. Mais pour compréhensible que soit cette réaction sur le plan émotionnel, elle n’est pas rationnelle scientifiquement.
Sinon, quelqu’un a-t-il déjà fait une étude de causalité entre vaccination et délinquance ? Mais pourquoi Sarkozy n’y a pas pensé, lui qui voulait détecter les délinquants dès la maternelle ? C’aurait quand même été vachement plus simple : t’es vacciné ? hop, sous surveillance, mauvaise graine. Sérieusement, mais qu’ont-ils fumé avant d’écrire ces lignes ? On dirait un discours de mauvais gourou, comme dans le sketch des inconnus.

L’affirmation :

« Plus les maladies infectieuses diminuent, plus le nombre de cancers et d’allergies augmente. »

…Alors, comment explique-t-on que l’espérance de vie augmente de manière régulière depuis 1945 ?

C’est le retour de l’hypothèse hygiéniste : avant, on vivait les pieds dans le fumier et on buvait de l’eau croupie, et on était en bien meilleure santé. Paraît-il. L’augmentation des cancers et des allergies ne serait-elle pas plutôt liée à la pollution de l’air, des aliments, aux mutations induites dans notre ADN par des produits génotoxiques contenus dans nos meubles, parquets, emballages plastiques etc… ? Juste une idée. Et puis, le cancer est une maladie dont l’incidence augmente avec l’âge. Par exemple, le graphique ci-dessous montre l’incidence du cancer du sein en fonction de l’âge (en rose). Plus on vieillit, plus le risque de développer un cancer augmente. Par conséquent, plus on meurt tôt, plus on a de chance de ne pas mourir d’un cancer (mais on est mort quand même). Avec une espérance de vie féminine de 85 ans en 2017, contre 66 ans en 1947, le risque de développer un cancer est plus grand. Mais le lien avec les vaccins est, comment dire… inexistant.

incidence_cancer_sein_franceespérance de vie en France

 

L’affirmation :

 « Les grandes épidémies comme la peste, le choléra, le typhus, la malaria, la lèpre, ont disparu sous nos latitudes sans vaccination. »

Il y a du vrai dans cette affirmation, et de la mauvaise foi.

Du vrai : La disparition du choléra est avant tout liée à une problématique d’accès à l’eau potable, en effet. Cela dit, des vaccins anti-cholériques efficaces sont actuellement administrés dans les pays à risque (Bangladesh, Inde, Ethiopie). Mais pour un Européen, cette vaccination est sans intérêt. Elle n’est d’ailleurs conseillée à personne ici.

De la mauvaise foi : mon cher Michel, la peste n’a pas disparu partout. Il y a des flambées épidémiques au Congo (2005), en Chine (2009 et 2020), au Pérou (2010), à Madagascar (2014 et 2017), en Mongolie (2020). Certes, ce n’est pas « sous nos latitudes ». Mais dans un monde où les déplacements d’un continent à l’autre sont de plus en plus fréquents, qu’ils soient commerciaux, touristiques ou migratoires, il est illusoire de tabler sur le fait que la peste reste bien sagement dans ces contrées. L’OMS considère la peste comme une maladie ré-émergente.

L’affirmation :

« On n’a jamais comparé des populations recevant ou non le quadruple vaccin diphtérie-tétanos-polio-coqueluche pour savoir si le vaccin ne favoriserait pas la mort subite du nouveau-né »

Va être détendue, après ça. Comme si les mères ne se sentaient pas assez coupables, on leur rajoute une pointe de doute pour qu’elles s’en veuillent d’avoir fait vacciner leur bébé, si jamais il lui arrive quelque chose après. Je pense qu’on a le droit de dire qu’une telle insinuation est quand même bien dégueulasse.

Mais en fait, si, cela a été étudié.

Sur le principe général du lien entre vaccination et mort subite du nourrisson : Aux Etats-Unis, le vaccin contre l’hépatite B avait été accusé également de causer la mort subite du nouveau-né. Sauf que… comme l’explique le CHU de Philadelphie,

« Au moment de l’introduction du vaccin contre l’hépatite B pour une utilisation systématique chez tous les nourrissons, environ 5 000 enfants décédaient chaque année du SMSN (Syndrôme de mort subite du nourrisson). Dans les 10 ans suivant l’introduction du vaccin contre l’hépatite B, l’utilisation du vaccin est passée à environ 90% de tous les nourrissons et l’incidence du SMSN dans ce groupe a considérablement diminué à environ 1 600 cas chaque année.»

Si j’étais malhonnête, je vous dirais : Ah, vous voyez, le vaccin contre l’hépatite B protège de la mort-subite du nouveau-né ! Mais je ne le suis pas.

« La cause de la diminution des cas de SMSN a été l’introduction de la recommandation « on dort sur le dos » par l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP) ». Donc, ce vaccin n’a rien à voir avec les morts inexpliquées des nourrissons.

« Cependant, étant donné que les vaccinations sont administrées à environ 90% des enfants de moins d’un an et que près de 1600 cas de SMSN surviennent chaque année, on peut s’attendre, statistiquement, à ce qu’environ 50 cas de SMSN surviennent chaque année dans les 24 heures suivant une injection de vaccin. Néanmoins, comme l’incidence du SMSN est la même chez les enfants qui reçoivent ou non des vaccins, nous savons que le SMSN n’est pas causé par les vaccins. » Voilà pour le vaccin contre l’hépatite B : il s’agit de la probabilité que deux événements indépendants arrivent de manière consécutive, ni plus ni moins. (et voilà ce qui, probablement, pourrait constituer un début d’explication aux cas de thromboses post-vaccinales chez les personnes ayant reçu l’injection anti-COVID AstraZeneca. RAPPEL : incidence de la thrombose, 120 cas pour 100.000 personnes, chaque année)

Qu’en est-il pour le vaccin combiné Diphtérie Tétanos Polio Coqueluche ? De la même manière, des études italiennes, anglaises, américaines, françaises, ont démontré qu’il n’y avait pas plus de morts subites du nourrisson chez les enfants vaccinés que chez les enfants non vaccinés, dans des études incluant jusqu’à 130.000 enfants. Et de manière intéressante, une étude néozélandaise et une étude anglaise ont même montré que les enfants ayant reçu le vaccin combiné incluant la coqueluche étaient moins à risque de mort subite du nouveau-né. Ils l’expliquent par des coqueluches peu symptomatiques, survenant chez des nourrissons non vaccinés, fragiles, qui pourraient provoquer leur décès. Par conséquent, Michel raconte des bêtises : non, la vaccination ne provoque pas de morts subites du nouveau-né, et oui, cela a déjà été étudié en long, en large et en travers.

Une fois passée cette introduction, destinée à donner confiance au jeunes parents, les auteurs explorent chaque vaccin, un à un.

LA DIPHTERIE

Il s’agit d’une angine bactérienne menant à la mort par suffocation. Sympa. La transmission se fait par aérosol.

L’affirmation :

« La diphtérie avait déjà amorcé son déclin bien avant l’introduction de la vaccination. L’exemple de la Norvège est clair : Ce pays a noté une régression de l’incidence et de la mortalité due à cette maladie de plus de 99,5 % entre 1908 et 1939, période où la vaccination était peu pratiquée ». 

 

Ce qu’oublie de préciser la bande à Michou, c’est que

1/ même avant la vaccination, on a commencé à traiter, au début du 20e siècle, les malades de la diphtérie avec de l’antitoxine diphtérique ou du sérum de cheval immunisé, ce qui a effectivement réduit la mortalité (source OMS, ici)

2/ la diphtérie est remontée en flèche en Norvège (et en Europe) juste après, en 1940 (quel fripon ce Michel)

3/ la vaccination anti-diphtérique devint obligatoire lors du service militaire en 1931, ne ciblant donc que les jeunes hommes, avant d’être rendue obligatoire pour tous et de s’étendre réellement aux enfants en 1945 (sur ce coup-ci, je ne me suis pas trop fatiguée, j’ai consulté la page wikipédia).

L’affirmation :

« L’efficacité de ce vaccin (anti-diphtérie, ndlr) n’a jamais été prouvée »

Ben quand même ! Selon l’Institut Pasteur, il y a eu 69 cas en France entre 2011 à 2020, chez des sujets incomplètement ou non vaccinés. Selon l’OMS, la baisse de la couverture vaccinale en Russie, en 1990, provoqua 115.000 cas de diphtérie; à Halifax (Canada, 1941), lors d’une poussée épidémique, l’incidence de la diphtérie était de 25 cas pour 100.000 enfants vaccinés, contre 169 cas pour 100.000 enfants non vaccinés.

« Lors d’une flambée qui a touché le Texas (États-Unis d’Amérique) en 1970, on a observé que sur 205 écoliers du primaire entièrement vaccinés (par ≥3 doses) qui avaient été exposés à la diphtérie, seuls 2 ont contracté la maladie; le risque de diphtérie symptomatique était 30 fois supérieur chez les enfants non vaccinés, et 11,5 fois supérieur parmi les enfants partiellement vaccinés par rapport à celui des enfants pleinement vaccinés ».

A noter, le vaccin empêche de développer une diphtérie symptomatique ; il n’empêche pas de porter la bactérie de manière asymptomatique, et donc, de la transmettre : d’où l’intérêt que TOUT LE MONDE soit vacciné. Le vaccin ici n’est pas stérilisant, il empêche juste de faire une forme grave de la maladie (ce qui est déjà très chouette) (ce qui est également le but poursuivi avec le vaccin anti-COVID)

LE TETANOS

L’affirmation :

« L’efficacité du vaccin est controversée ». « Si un malade guéri du tétanos n’est pas à l’abri d’une seconde infection, comment le vaccin pourrait-il être efficace ? »

Le vaccin contre le tétanos, disponible en 1938, a été rendu obligatoire pour les enfants en 1940. On avait pourtant autre chose à penser, en 1940. Si le vaccin a été rendu obligatoire, c’est sans doute pour une bonne raison. L’histoire naturelle du tétanos, c’est-à-dire le devenir du malade sans intervention médicale, c’est 80 à 90% de mortalité pour les nouveaux-nés, même traités, et 15 à 60% chez les adultes. (source ici)

Le tétanos n’est pas une maladie à contagion inter-humaine : elle est contractée par l’infection de plaies par la bactérie Clostridium tetanii (ou ses spores), présente dans le sol, qui produit une toxine neurotoxique. Quand on se fait vacciner, on se protège uniquement soi. En France, 35 cas de tétanos sont survenus entre 2012 et 2017. Quand la vaccination était documentée, les médecins ont constaté que les malades étaient non vaccinés ou incomplètement vaccinés, par exemple n’ayant jamais fait les rappels anti-tétaniques prescrits. Marc Gozlan du Monde, raconte l’histoire d’un petit garçon américain atteint de tétanos, non vacciné, sorti de réanimation (avec trachéotomie et tout le bastringue) 44 jours plus tard, dont les parents, antivax convaincus, ont de nouveau refusé la vaccination. Le tétanos n’est pas une maladie éradicable puisque la bactérie Clostridium tetanii vit dans le sol, et qu’on ne va pas javelliser la planète pour l’en débouter.

Les auteurs de « Qui aime bien vaccine peu » affirment une vérité : le tétanos néonatal a drastiquement diminué suite à la mise en place de mesures d’asepsie obstétricale. Cependant, lorsque cette asepsie est difficile à organiser, la vaccination donne d’excellents résultats. Plusieurs études ont analysé l’effet de la vaccination des mères sur la survenue d’un tétanos néonatal : le taux de protection oscillait entre 79 et 100%, selon les pays, quand on comparait le nombre de cas survenus chez les enfants nés de mères vaccinées ou de mères non vaccinées, les anticorps de la mère protégeant le nouveau-né.

 Pourquoi Michel Georget affirme-t-il que le tétanos n’est pas immunisant ? Selon l’OMS, la maladie peut être causée par de faibles quantités de toxine sécrétée par Clostridium tetanii (la bactérie responsable du tétanos). Ces faibles quantités seraient suffisantes pour induire la maladie et ses effets neurotoxiques, mais insuffisantes pour induire une réponse immunitaire vaccinale. Voilà pourquoi certains malades peuvent, manque de bol, être atteints deux fois par le tétanos s’ils s’obstinent à jardiner à mains nues. En général, les malades guéris du tétanos sont vaccinés dans la foulée afin d’avoir une bonne protection (pas le pauvre enfant cité ci-dessus, donc).

L’affirmation :

 « Lors de la 2e guerre mondiale, les cas de tétanos ont été sept fois moins nombreux dans l’armée grecque, non vaccinée, que dans l’armée française, la plus vaccinée des armées alliées »

Sans doute parce que l’armée grecque comptait nettement moins de soldats ? Une rapide recherche sur Wikipédia m’apprend que la France comptait plus de deux millions de soldats en 1940, et la Grèce, environ 35000. J’espère bien que les Grecs ont eu sept fois moins de cas de tétanos, avec 57 fois moins de soldats ! Et puis quid des conditions de terrain, qui peuvent influer grandement sur les cas de contamination ? Par ailleurs, l’expérience de l’armée allemande est éclairante : durant la guerre de 1939-1945, seuls les parachutistes étaient vaccinés contre le tétanos, car susceptibles d’être blessés loin de leurs services de santé : aucun parachutiste, même engagé au sol plus tard, ne contracta le tétanos, alors que 80 cas se déclarèrent parmi les non-parachutistes. Chez les Américains, tous vaccinés, il y eu UN cas de tétanos sur 160.254 blessés. Et toc.

 

L’affirmation :

« Le risque de tétanos est improbable avant que l’enfant ne commence à marcher; aussi est-il préférable d’attendre l’âge d’un an avant de débuter cette vaccination, ce qui laissera aux systèmes immunitaire et neurologique de l’enfant de se consolider. »

Manger de la terre, ça compte ? Parce qu’il n’y a pas besoin de marcher pour cela.

Consolidation du système neurologique : quel rapport avec le vaccin ? C’est la toxine tétanique qui est neurotoxique, pas la toxine dénaturée utilisée dans le vaccin. Elle est dénaturée justement pour perdre ses propriétés neurotoxiques.

Consolidation du système immunitaire : encore une fois, cela ne veut rien dire. Consolider le système immunitaire, c’est-à-dire ? Mettre l’enfant sous cloche le temps qu’il se fortifie ? L’expérience montre que les enfants qui ont été moins malades avant 3 ans, car gardés au domicile des parents ou par une nounou, sont plus souvent malades à l’entrée à l’école maternelle quand ils découvrent la collectivité. Leur système immunitaire ne s’est donc pas considérablement « consolidé ». Le système immunitaire est en constante évolution, de la naissance à la mort. Il est conçu pour être stimulé et générer des réponses protectrices. Que ce soit à un mois, 2 ans ou 50 ans, ne changera rien à l’affaire : une cellule naïve, qui n’a jamais rencontré son antigène, s’activera de la même manière quel que soit l’âge de son propriétaire. Le système immunitaire n’est pas plus apte à répondre à un antigène inconnu quand on est plus âgé (et parfois même, au contraire : on voit que les personnes âgées, par exemple, répondent moins bien aux vaccins – le vaccin Covid par exemple- et ont besoin de plusieurs injections pour se constituer une immunité.)

Vous voyez que je n’ai abordé que l’introduction et les deux premiers vaccins… Et il y avait déjà bien des choses à dire. Je vous donne donc rendez-vous dans un prochain épisode de « Qui aime bien vaccine peu » plein de rebondissements ! N’hésitez pas à critiquer, argumenter, poser des questions en commentaires ! 

Il faut absolument que tout le monde le sache ! je partage :

60 commentaires

    • veronique

      c’est tentant de penser cela mais ça peut convaincre des parents hésitants qui n’ont pas de bagages scientifiques ou d’esprit critique, le vernis scientifique que ça donne peut leurrer

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      En fait je pense que des parents désemparés, sans connaissances médicales se retrouvent très démunis face à ce genre d’arguments. Ca peut faire beaucoup de dégâts.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je me demande bien le but de cet ouvrage (en dehors de faire la promotion des billes en sucre à 9000€ le kilo)

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Très juste ! Merci de cette précision. Le potentiel de nuisance de cet homme est terrifiant 🙁

  • MadameLavande

    Quel travail cet article ! Merci infiniment pour cet éclairage. Étant 100% convaincue de l’efficacité de la vaccination, j’aurais au moins des arguments pour répondre aux quelques sceptiques de mon entourage. Vivement la suite, c’est mieux qu’un polar 😋

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Ah ah, la biologie et la médecine sont pleines de suspense ! Merci !

  • Maman Lempicka

    Je ne suis au courant de rien concernant ce bouquin merdique et le fait qu’ils soit utilisé par les anti-vax, mais j’ai lu avec grand intérêt ton article, passionnant et pédagogique. Mais je doute qu’un examen éclairé fasse changer d’avis les parents-cons. Le propre du complotisme, c’est qu’il survit à l’examen d’arguments étayés. Vivement le tome 2 de ton article!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Plus ça va et plus je le trouve profondément merdique en effet. Mais ce qui m’inquiète, ce ne sont pas les antivax complotistes (irrécupérables) mais les parents inquiets et de bonne foi qui se laissent prendre par ces arguments, par peur de nuire à la santé de leur enfant.

    • Maman Lempicka

      Tu as tout à fait raison et comme une lectrice l’a dit, éditer ce genre de bouquin me semble douteux moralement. Enfin, si on devait faire le compte de tous les bouquins douteux…celui-ci comme d’autres profite de la brèche actuelle pour se faire connaître.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Apparemment la maison d’édition a l’air spécialisée dans les trucs un peu chelou (regarde, c’est les éditions jouvence)

  • Pechadre

    Merci merci pour cet article fort instructif! J attends la suite avec impatience. Comme quoi c est pas parce que c est imprimé que c est vérifié.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci ma belle ! La maison d’édition a l’air spécialisée dans les trucs ésotériques et naturopathiques.

  • Manon W.

    Merci pour cet article, vraiment 👌

    Je trouve ça presque criminel d’éditer un livre pareil ! Et le pire, c’est qu’on a l’impression que plus les arguments sont gros, plus ça passe 🤦‍♀️

    Ps : je confirme pour la terre, il arrive encore à mon charmant et remuant fiston de croquer des mottes entières de bon cœur 🤪

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      C’est surtout que pour certains arguments, cela a l’air très sensé, très rationnel, et c’est là que c’est le plus dangereux. Ca sème le trouble dans les esprits.

  • Pauline

    Merci, c’est très intéressant! Quel travail de recherche, adossé – collé toujours – à une belle plume! Vivement la suite! Hâte de savoir ce qu’ils vont sortir sur l’hépatite B qui en général lance toujours un débat de feu entre pro et anti vax!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci beaucoup Pauline ! Je pense que nous aurons droit à tous les poncifs habituels sur l’hépatite B :-))

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oooh, mais tu devrais en faire un article, « confessions d’une antivax repentie » !

  • docteurmamangue

    Merci pour cet article étayé que je vais relayer ! Mais ça me désespère un peu de penser que 10 ans après il y a encore des gens pour lire ce livre et s’en servir comme base de réflexion.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci beaucoup ! j’ai vu qu’ils ont ressorti une édition en 2018…. Celle sur laquelle je me suis basée est plus ancienne. Ce qui est hyper contradictoire, c’est que les mêmes personnes te disent « mais les complications de la rougeole, c’est quand même très rare, ça vaut pas le coup de prendre le risque de se vacciner » et « ah, le vaccin contre le covid, 30 cas de thrombose en Europe, mais vous êtes fous, jamais je prendrai ce risque » … va chercher la logique.

  • Cadou

    Bravo, bravo et encore bravo !!!! Tu veux pas faire le même travail de pédagogie / explication / vulgarisation saine et intelligente sur tous les sujets polémiques qui trainent et donnent du grain à moudre aux conspirateurs de tout poil, réfractaires aux données scientifiques, stressés ou naïfs un peu trop crédules ? Ca fait un bien fou !!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci ! j’aimerais beaucoup, mais ça prend un temps fou de chercher, sourcer, recouper, ce serait presque un job à temps plein ! à dire vrai, cela fait plusieurs mois que j’ai ce projet d’article, mais comme je ne peux y consacrer que peu de temps par jour, la gestation est longue… Mais c’est clair que c’est un sujet qui m’intéresse énormément !

  • Suzanne

    Merci beaucoup pour ce travail salutaire de synthétisation et de décryptage ! (et merci pour ce dévouement à la cause).
    J’aurais juste une relecture critique vis-à-vis de tes arguments sur le cancer. Oui, tout à fait, le taux d’incidence augmente avec l’âge, et comme on vit plus vieux, on développe des maladies de vieux. Oui, nos modes de vie influencent aussi beaucoup les risques de développer ce type de maladies. Mais avant de parler pollution et autre, parlons surtout tabac, alcool (notamment sur le cancer du sein chez les femmes), sédentarité et malbouffe, qui sont très loin devant la pollution, les phtalates et le bisphénol A. Les gens qui enchaînent leur 3ème cuite à la vodka de la semaine en fumant leur paquet de Camel et parlant des ravages des parabens et des sels d’alu dans le déo, pas sûre qu’ils mettent toutes les chances de leur côté.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oui, tu as tout à fait raison. Ce n’est pas pour rien que les fumeurs payent beaucoup plus cher en assurance pour les prêts immobiliers ! Je n’ai pas développé outre mesure car ça mériterait un article à soi tout seul !

  • tobemummysite

    Comme toujours, un article extrêmement bien documenté et passionnant à lire! Surtout qu’ici, on rit au nez de l’homéopathie depuis toujours, ayant bien connaissance du taux parfaitement ridicule de dissolution du produit (s’il existe). Quant aux vaccins, on n’a jamais été anti-vax, on a seulement un doute concernant l’hépatite B et des cas de sclérose en plaques quand il y en avait dans la famille. Je confesse donc que La Tornade n’a eu que l’Infanrix quinta. Le reste, on y va les yeux fermés. Jamais on a eu l’idée d’imputer aux vaccins le drame que nous traversons. En revanche, étant en retard sur mes rappels, j’ai attrapé la coqueluche en 2017 et, franchement, j’ai regretté mon laxisme! Vivement l’épisode 2.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci beaucoup 🙂 pour le vaccin contre l’HBV, oui je comprends que le battage fasse stresser. La sclérose en plaques étant une maladie du jeune adulte et le vaccin étant administré (à notre époque) aux adolescents, il y a eu concordance de temps entre vaccin HBV et 1e poussée de SEP. J’y reviendrai. Et pour la coqueluche, je l’avais fait (le vaccin ou le rappel, je ne sais plus) sans trop réfléchir à la maternité (on me l’avait proposé) et quand j’ai vu la description de la maladie… je me suis dit que c’était vraiment une saleté !

  • Miss Zen

    Tu es épatante : quel boulot, quelle pédagogie ! Le gouvernement devrait t’engager illico.
    En attendant, je ne suis toujours pas vaccinée alors que je trépigne d’impatience…..
    Je vais faire ma démago mais les antivax devraient se signaler afin qu’on ne se fatigue pas à les convoquer (système de convocations par tranche d’âge mis en place en Belgique) : on pourrait donc vacciner les autres plus rapidement.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Ah, nous avons le même système ici : le gouvernement s’acharne à vacciner des gens qui ne veulent pas forcément être vaccinés, et ne vaccine pas ceux qui veulent être vaccinés. Il ne faut pas chercher la logique (il faut avoir fait l’ENA pour comprendre, sûrement)

  • Marcounet

    Histoire de me faire des copains, je commencerai par dire que je suis plutôt pour l’homéopathie (n’en déplaise à Juliette (1)). Il m’est arrivé de soigner des maux divers et récurrents. Ceci étant posé, je vais prendre l’exemple de l’insomnie. Je ne dors pas, je vois l’homéopathe qui me prescrit granules et autres produits ultra dilués pendant 30 jours. Au bout de 30 jours, je dors mieux et même carrément bien. Possibilité n°1 : L’homéopathie, c’est magique : sommeil apaisé, réussite aux examens et retour de l’être aimé garanti. Possibilité n°2 : la cause conjoncturelle du stress qui a provoqué ces insomnies a disparu. Je suis moins tendu, à l’heure du coucher et je dors mieux. Possibilité n°3 : Convaincu que l’homéopathie va marcher, le simple fait de prendre mes granules apaise mes angoisse au moment d’aller dormir (effet placebo). Pour l’heure, je vois surtout que j’arrive à traverser ces périodes sans somnifères et sans traitements lourds.

    Je reste quand même, en tant que patient, ébahi par certaines affirmations que tu cites.

    1) « l’amélioration fréquente de ces cas grâce au drainage homéopathique est une preuve de l’origine vaccinale de ces affections. »
    Le vaccin est responsable de l’autisme. Grace à mon traitement, tu vas mieux. Donc tu étais malade. Donc c’est à cause du vaccin.
    Il reste à démontrer que le patient va mieux grâce au traitement et pas, par exemple, grâce à un suivi psy. Il reste à démontrer aussi que l’autisme est dû au vaccin et pas à la génétique ou autre chose. Ca s’appelle un raisonnement circulaire et cela n’a rien de scientifique.

    Par ailleurs, j’ai beau être fan, je considère que l’homéopathie soigne légèrement les problèmes légers. Sont exclus d’office l’autisme, la délinquance et la mauvaise foi. Surtout quand elle atteint de tels niveaux.

    2) « Lors de la 2e guerre mondiale, les cas de tétanos ont été sept fois moins nombreux dans l’armée grecque, non vaccinée, que dans l’armée française, la plus vaccinée des armées alliées. »
    J’ai tilté tout de suite, avant même de lire ce que tu avais écrit.. La comparaison des chiffres bruts entre deux groupes tests est une vieille ficelle, basée sur l’idée que les chiffres ne mentent pas. Le problème c’est que les menteurs ont des chiffrent et qu’ils n’hésitent pas à les torturer pour leur faire dire ce qu’ils veulent.
    Si vous nourrissez 5 souris avec un poison violent et 500 souris avec une nourriture adaptée et saine, au bout d’un moment vous aurez le même nombre de souris mortes dans les deux groupes : 5. Si vous voulez démontrer que le poison violent n’est pas plus néfaste que la nourriture saine, il suffit de passer sous silence le nombre d’individus de départ dans chaque groupe et les résultats des autopsies.

    Merci de partager ton analyse sur ce genre d’inepties. Garde la forme, prend soin de toi et continue d’éclairer nos mornes existence de tes lumières.

    Des gros bisous virtuels sans virus.

    (1) Vous ne connaissez pas l’histoire de l’homéo et Juliette ?

    • veronique

      un mix des possibilités 2 et 3. toutes les études et meta-analyses ont montré que l’homéo n’a pas un effet supérieur au placebo. l’explication de l’efficacité de l’homeo est multifactorielle

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      je suis persuadée de la puissance de l’effet placebo. Prends un enfant malade (ou un mari, c’est pareil) (ha ha); donne-lui un petit verre d’eau, tapote son oreiller, borde-le, caresse-lui les cheveux : il va déjà mieux. Tout comme on va déjà mieux, assez souvent, quand on sort tout juste du cabinet du médecin. Le sentiment d’être pris en considération est déjà thérapeutique. Donc à mon avis, l’homéopathie a un effet placebo, et l’effet placebo est puissant. Si tu es convaincu que cela va marcher, cela marchera – dans une certaine proportion des cas. Moi, tant qu’on ne me montrera pas une étude clinique en double aveugle homéopathie vs placebo, je n’y croirai pas. Et Boiron ne la fera jamais car ça coûte très cher et qu’ils savent très bien qu’il n’y a aucun principe actif, donc qu’il n’y aura aucun effet.
      Tu connais l’effet nocebo aussi je suppose ? Il y a plein d’expériences rigolotes qui mettent ce principe en évidence. Dans l’une, on mettait du sucre dans deux pots, l’un étiqueté « poison », l’autre « sucre », devant les participants. On leur disait « c’est du sucre dans les deux pots ». Personne ne prenait, malgré tout, de sucre dans le pot étiqueté « poison ». L’autre expérience très commune, c’est le fait d’être persuadé de sentir des poux te piquer la tête dès que tu aperçois un pou sur celle de ton enfant. France Inter a fait une émission là-dessus, c’est très drôle, regarde (un gars se suicide avec des placebos) (enfin drôle, je m’entends !) https://www.franceinter.fr/emissions/sante-polemique/sante-polemique-15-janvier-2019

  • mimilajoie

    Merci pour cette recherche fort documentée.
    Pour l’homéopathie j’ai un ami médecin qui a fait une thèse sur l’effet placebo et nous en avions bien discuté. Comme le disait Marcounet plus haut je l’utilise pour des maux légers .. Peut être cela me rassure aussi en tant que maman quand il est 23h 😉. Mais pour mes plus jeunes je suis plus huiles essentielles ça a plus de sens pour moi.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oui, les huiles essentielles, c’est l’anti-homéopathie ! C’est du principe actif à l’état pur. Rien à voir avec les billes sucrées 🙂

  • lexieswing

    Merci, c’était passionnant! Tu te doutes que ce genre de livres me semblent parfaitement aberrants. Après, je ne suis pas une pure terre à terre, j’ai toujours utilisé l’homéopathie par exemple. Je suis consciente aujourd’hui de l’effet placebo mais ça ne me dérange pas parce que je ne l’utiliserai jamais en remplacement d’un vrai médicament. C’est plutôt « de l’homéopathie pour les cauchemars », tu vois le genre. (Et ça marche ;)). Mais là n’est pas le sujet. Encore une fois merci pour tes vulgarisations. Il y a un an ma belle soeur était dubitative quant au vaccin qui vise à prévenir le cancer du col (pour sa fille). Elle ne semblait pas très sensible à mes arguments, j’ai donc fini par la connecter à la story que tu avais faite et la magie a opéré. Je pense qu’il y a malheureusement bcp d’indécis qui manquent d’infos vulgarisées, et à ceux ci les anti vax savent très bien leur parler.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Lexie 🙂 oui bien sûr, moi aussi j’ai donné parfois de l’homéopathie pour des micros-bobos, ils aimaient bien mais je n’ai jamais pensé que ça puisse avoir un effet autre que réconfortant !
      Ravie que ma story HPV ait pu être utile ! je pense que j’en ferai un article -éventuellement dans la suite de celui-là.

  • Lo

    Coucou, ayant la tête dans le pâté en lisant ton article à 6h00 du mat après un réveil trop matinal (merci l’insomnie, oui je raconte ma vie dans un comm’), je t’avoue que j’ai lu les grandes lignes de ton article et sauté quelques lignes. Je voulais juste te dire bravo pour ce gros travail d’arpentage, c’est un boulot monstre et je pense que ton article devrait tourner chez les anti-vax. De mon côté, je ne suis ni pro ni contre, j’ai reçu les vaccins obligatoires et je fais de même avec mes enfants mais qu’on ne vienne pas me parler de vaccin contre la varicelle par exemple.
    Le côté on vivait dans la bouse avant euh … les gars qui utilise encore cet argument sachant que l’espérance de vie médiévale ne dépassait guère les 35 ans chez les pécores ?
    Bref comme tu le conclus il y a ENORMEMENT à dire et c’est passionnant et ça ramène les foules sur le blog et à l’heure des RS : c’est cool 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Lorette !
      Je ne pense pas que la varicelle sera un vaccin obligatoire un jour. Les complications existent (j’en connais) mais elles sont rarissimes. Par contre, après un certain âge s’il n’y a pas de varicelle déclarée, et pas d’immunité détectée, cela peut être utile de vacciner car une varicelle à l’âge adulte, c’est très méchant.

    • Lo

      Bien entendu ! Mais je ne connais pas ou peu d’enfants qui ne l’ont pas eu. J’ai également lu que la rougeole à l’âge adulte c’était chaud 🔥

    • truc

      « Chaque année, on compte environ près de 700 000 cas de varicelle (plus de 90 % ont moins de 10 ans), environ 3 000 hospitalisations (25 % ont plus de 10 ans) et 20 décès (70 % ont plus de 10 ans) »

      https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2017/varicelle-sante-publique-france-publie-un-point-d-actualite-au-27-mars-2017

      Soit grosso modo, autant de mort que la rougeole avant l’ajout du vaccin au calendrier vaccinal (1983)

      Pourquoi avoir peur de la rougeole et pas de la varicelle ?

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @truc, la rougeole est bien plus contagieuse que la varicelle (R0 15-20 vs 10-12 environ pour la varicelle) et 90% des enfants de 10 ans sont immunisés contre la varicelle, ce qui rend plus facile la surveillance des adultes n’ayant pas déclaré la maladie. Pour la rougeole, c’est moins évident. Une personne non vaccinée se sera pas immunisée. Et la rougeole fonctionne par flambées. Les chiffres que vous donnez sont exacts, mais en situation de flambée épidémique, le nombre de morts peut grimper très vite. Enfin le nombre de morts ne donne pas d’informations sur les complications post-rougeole, qui peuvent être graves. Les complications de la varicelle sont plus rares.

  • Sun seed

    Pourquoi nous a-t-on caché le fait que dans les mois qui ont suivi le lancement du ??1er vaccin anti-polio en France en 1956, le nombre de cas de polio s’est multiplié ?par 6 ??

    La simple lecture des titres des ouvrages publiés depuis 30 ans sur l’inefficacité et ?la dangerosité des vaccins devrait faire réfléchir 😕

    ?-« Les vaccins n’ont pas fait reculer les épidémies » (Pr. F. DELARUE)?

    ?-« La mafia médicale » (Dr. G. Lanctôt) Ed. Voici la Clé,?

    ?-« La dictature médico-scientifique » (Sylvie Simon) Ed. Filipacch,?

    ?-« Vaccination, erreur médicale du siècle » (Dr. L. De Brouwer) Ed. Louise Courteau,?

    ?-« Danse avec le diable » (G.Schwab) Ed. Courrier du livre,?

    ?-« Les charlatans de la médecine » (C.V. D’AUTREC) Ed. La table ronde?

    ?-« Dossiers sur le gouvernement mondial » (A.Meurois-Givaudan) Ed. Amrita,?

    ?-« La guerre des virus » (L.Horowitz) Ed. Félix,?

    ?-« Au coeur du vivant » (J. Bousquet) Ed. St Michel,?

    ?-« Le malade déchaîné » (R. Bickel) Ed. ALTESS.?

    ?-« Vaccinations : l’Overdose » (Sylvie Simon) Ed. Déjà?

    ?-« Tétanos, le mirage de la vaccination » (F. JOET) Ed. Alis?

    ?-« Pour en Finir avec Pasteur » Dr Eric Ancelet (Ed Marco Pietteur)?

    ?-« La Santé confisquée » Mirko et Monique Beljanski (Ed Compagnie) ?

    ?-« La lumière médicale » Dr Norbert Bensaïd (Ed Le Seuil)?

    ?-« Mon enfant et les vaccins » Dr F. Berthoud (Ed Soleil)?

    ?-« On peut tuer ton enfant » (Dr P. Chavanon) Ed Médicis?

    ?-« Les Vérités indésirables- Le cas Pasteur » (archives Internationales Claude Bernard) Ed La ?Vieille Taupe 1989,?

    ?-« L’intoxication vaccinale » (F. Delarue) Ed Le Seuil 1977?

    ?-« La rançon des vaccinations (Simone Delarue) Ed LNPLV 6°Ed 1988?

    ?-« le procès des vaccinations obligatoires » (Dr. J. KALMAR – Me J. EYNARD, Avocat ?Grenoble 1961,?

    ?-« Pour la liberté, contre l’obligation des vaccinations » Marcel LEMAIRE (Préface de Me F. ?HOFFET, Avocat Strasbourg) 1961?

    ?-« L’intox, quelques vérités sur vos médicaments » (Dr Bruno Donatini) Ed MIF?

    ?-« Des lobbies contre la santé » Roger Lenglet (Ed Syros)?

    ?-« Des enfants sains même sans médecins » (Dr R.Mendelsohn) Ed Soleil 1987?

    ?-« La poliomyélite, quel vaccin ? quel risque ?  » (Dr Jean Pilette) Ed de l’Aronde 1997 ?

    ?-« La catastrophe des vaccins obligatoires » (Pr. TISSOT) Ed. de l’Ouest 1950 ?

    ?-« Les dessous des vaccinations (Dr. SCOHY) Ed. Cheminements

    ?-« Vaccinations : le droit de choisir » (Dr. F. CHOFFAT) Ed. Jouvence?

    ?-« Vaccin Hépatite B : Les coulisses d’un scandale » (Sylvie SIMON et Dr. Marc ?VERCOUTERE) Ed. Marco Pietteur,?

    ?-« La santé publique en otage » (Eric GIACOMETTI) Ed. Albin Michel?

    ?-« La médecine retrouvée » (Dr. Jean ELMIGER) (Ed. Léa)?

    ?-« La faillite du BCG » Dr. Marcel FERRU?

    ?-« Déjà vacciné ? Comment s’en sortir ? » (Sylvie SIMON) ?

    ?-« vacciner nos enfants ? » Dr. Françoise BERTHOUD (Ed. Soleil)?

    ?-« Vaccinations, les vérités indésirables » (Pr. GEORGET) Ed. DANGLES : Préface du Pr. ?CORNILLOT, Doyen de la Fac. De Médecine de BOBIGNY. (*)?

    ?-« Les vaccinations en question » Me AUTERIVE, Avocat, Paris, G. BUCHWALD, J. ?CLEMENTS, B. DUNKBAR, K. GAUBLONNE, M. GEORGET, L. HESSEL, K. ?HOPPENBROUWERS, P. LANNOYE, D. MIEDICO, P. SHATTOK (Ed. Frison-Roche)?

    ?-« Vaccination, la grande illusion » (ouvrage sous forme de B.D.) René BICKEL 2003?

    ?-« Vaccinations, je ne serai plus complice » (Dr. Jean MERIC) Ed. Résurgence 2004.?

    ?-« Les vaccins sont des poisons » (Dr. Tal SCHALLER) Ed. Vivez Soleil?

    ?-« Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins » (Sylvie SIMON) Ed. DANGLES 2005.?

    ?-« Vaccins, l’avis d’un avocat : On nous aurait menti ? » (Jean-Pierre JOSEPH) Ed. Marco ?Piétteur. 2006?

    ?-« VACCINS, l’avis d’un médecin holistique » (Dr. TAL SCHALLER) Ed. Marco Pietteur ??2006?

    Ce qui est incroyable est que, non seulement la quasi-totalité de l’opinion publique ?française, mais en plus 90 % des médecins ignorent l’existence même de ces ?publications. Le fait que la France soit le pays producteur de vaccins par excellence ?en Europe, ne serait-il pas qu’une coïncidence ??

    Jean-Pierre JOSEPH est avocat au Barreau de Grenoble.?

    Il est aussi instructeur fédéral de karaté, musicien et auteur compositeur.?

    A l’occasion d’un procès médiatisé, (TF1 émission « 7 à 8 » : défense d’un français accusé du ?meurtre de sa femme) il a séjourné en République d’Haïti en 2001, sans vaccins, et sans ?traitement préventif contre le paludisme. Par contre, il savait ce qu’il fallait ne pas manger et ?ne pas boire, lors de son séjour. Il est revenu criblé de piqûres de moustiques, et n’est ?toujours pas malade…?

    • Viviane

      Ah, enfin un antivax pour enfiler les conneries. Effectivement la lecture des titres vaut son pesant de cacahuètes ^^

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Bonjour, j’ai édité votre commentaire qui était beaucoup trop long et illisible. Inutile de recoller un article de blog entier dans un commentaire.

      Toutes les maisons d’édition que vous citez font la promotion de thérapies bizarroïdes (radiesthésie, homéopathie, profil astro-homéopathique, personnalité selon le groupe sanguin et autres fadaises; surprenant de la part de quelqu’un qui se prétend rationnel). Le Jean-Pierre Joseph que vous citez est avocat, pas médecin ou scientifique, ses compétences dans le domaine vaccinal sont donc limitées. J’ai également séjourné plusieurs mois en zone impaludée, sans rien attraper et sans traitement, je n’en fais aucune déduction générale sur la maladie qui, je vous le rappelle, cause la mort d’un million de personnes chaque année.
      Quant au commentaire sur la polio, le vaccin a été administré après 1957. L’épidémie de 56 est antérieure à la vaccination. Mais cela montre bien la manipulation des données et les mensonges habituels dont usent les antivax.

    • veronique LANG

      « beaucoup de livres antivax = ils ont raison = vaccins dangereux », c’est pas sérieux comme raisonnement …
      moi j’y vois que ca rapporte d’écrire des bouquins antivax.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @veronique carrément, un bon livre bien scandaleux, ça rapporte toujours (surtout quand on est avocat)

    • erzo18

      @veronique LANG « moi j’y vois que ca rapporte d’écrire des bouquins antivax »

      Contrairement à chaque vaccin, qui comme tout le monde sache, fait perdre de l’argent aux industriels !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @erzo les vaccins ne sont pas, et de loi, ce qui rapporte le plus aux industriels ! Les antivax aiment à créer le scandale (la réaction de vero était par rapport à l’avocat antivax cité), et cet avocat profite de l’exposition médiatique liée à ses positions.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @erzo18, si cela vous intéresse : une fiche du leem sur l’industrie mondiale du vaccin. En 2009, les vaccins représentaient 3% du marché du médicament, avec un coup de RetD nettement plus important. Le marché du vaccin est actuellement en augmentation, pas tant pour les maladies infectieuses que pour les thérapies anticancéreuses – il s’agit alors de vaccins thérapeutiques (et non préventifs), destinés à générer une réponse immunitaire efficace chez des malades, c’est souvent le seul espoir pour certains cancers. Bonne lecture. https://www.leem.org/sites/default/files/100questions_Leem_Fiche-77.pdf

  • veronique

    @erzo18 : et bien, vous utilisez l’ironie mais en fait c’est à peu pres ça. deja les vaccins ne sont pas la manne financière que les gens s’imaginent. les labos gagneraient bien davantage à ne pas vacciner, attendre que les gens soient malades, aillent a l’hopital, là ce serait le jackpot …

  • Virg

    En tant que parent indécis, prêt à culpabiliser et complèment nul s’agissant de la science, je te remercie de cet article qui vulgarise pas mal les choses et les rend accessibles.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci beaucoup 🙂 je comprends que ce soit difficile de faire le choix, d’autant plus que les médecins sont parfois pressés ou pas très pédagogues. Mais pour ma part, très sincèrement, je ne vois pas de vaccins inutiles dans ceux qui sont devenus obligatoires. Dans d’autres pays, l’obligation vaccinale est moindre mais l’influence des antivax est moindre aussi. Ceci explique en partie que la population soit moins réticente à la vaccination, même juste recommandée.

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :