Florida Olvier Bourdeaut
Lecture

FLORIDA

« Ma mère me disait que j’étais très belle et que je n’étais pas trop bête. L’ordre des compliments est important, la forme aussi. J’étais très belle, une affirmation. Je n’étais pas trop bête, une négation. »

« Florida » d’Olivier Bourdeaut raconte l’histoire d’Elizabeth Vernn, une jolie petite fille entraînée par sa mère dans tous les concours de mini-miss de la région. Elle trouve cela amusant au début, puis très vite, se rebiffe contre l’instrumentalisation dont elle est l’objet. Après avoir habillé sa petite poupée de robes meringuées, sa mère va de plus en plus loin pour l’embellir : faux-cils, auto-bronzant à gogo, maquillage outrancier, soutien-gorge ampliforme… « Sur les photos de mon avant-dernier concours, c’est bien simple, je ressemble à une pute, une pute de douze ans. »

Un jour, Elizabeth se révolte et envoie tout balader. Elle n’a plus qu’un seul but, partir pour s’éloigner de ses parents : de sa mère qui l’a traitée comme son jouet, et de son père, personnage falot et lâche, bien trop attaché à sa tranquillité pour oser s’opposer à sa femme. « Trop faible pour répondre à ma mère, il est devenu courageux avec moi. Il s’est mis à me gueuler dessus. Il a découvert le pouvoir de l’autorité comme les garçons découvrent le pouvoir de leur virilité, en bombant le torse toute la journée. J’ai vécu l’enfer, un autre. »

Alors, Elizabeth planifie sa revanche…

Ce roman d’Olivier Bourdeaut est une excellente surprise. J’avais rapidement lâché « En attendant Bojangles », mais celui-ci m’a tenue en haleine jusqu’au bout. C’est si bien écrit que l’on se croirait dans la tête d’Elizabeth. Autant le dire, « Florida » est un roman assez noir et grinçant. C’est la descente aux enfers d’une jeune fille redoutablement intelligente qui, après que son corps ait été chosifié par sa mère, va faire de ce même corps son instrument de vengeance, impitoyablement, quel qu’en soit le prix. Le regard cruel sur les parents qui se servent de leur enfant comme faire-valoir social n’est pas sans rappeler « Les enfants sont rois » de Delphine de Vigan. Florida, c’est l’histoire de deux échecs : celui des parents qui ne sont pas capables de vivre par et pour eux-mêmes, et celui d’Elizabeth, qui reste tellement attachée à son désir de revanche et, en quelque sorte, négativement fusionnelle avec sa mère qu’elle est prête à se détruire pour y parvenir. Mais quand l’échec des parents demeure dans l’aveuglement et le déni, celui d’Elizabeth est plein de lucidité. 

« Qui suis-je finalement ? Une petite fille gâtée et ingrate à qui ses parents ont tout sacrifié, ou alors une enfant bousillée par la bêtise, les ambitions contrariées, la lâcheté, la facilité ? Je n’en sais rien. »

À vous de vous faire votre opinion 🙂

Florida d’Olivier Bourdeaut, Editions Finitude, 2021.

 

D’autres idées lectures pour cet été ici

Il faut absolument que tout le monde le sache ! je partage :

6 commentaires

  • Virg

    bon ba du coup, je suis partagée. j’aime bien quand tout est bien qui finit bien…. je le note quand même parce que l’histoire a l’air hyper intéressante. rhhaaaaa ma PAL est déjà énoooorme, t’es chi…te 😉 D’un autre côté, je ne connais pas l’auteur, or, pour mes 40 ans, j’ai décidé de découvrir 40 auteurs, allez, je vais le lire, c’est sûr 🙂

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Alors on ne peut pas dire que cela finisse bien en effet, mais ça pourrait finir plus mal. Tente l’expérience, au pire, que risques-tu ? 😉

  • Marcounet

    Juste un petit bonjour. Mariage de notre Princesse. Mairie + Resto mardi ; Cérémonie + repas + bal sur un site loué avec restitution des lieux en bon état ce matin ; Brunch à la maison ce midi. Le papa d’adoption, la maman, les mariés et les témoins sont bien tous raplapla.

    Bisous !

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :