• au fil des jours,  société,  souvenir

    Jean-Yves

         Souvent je le vois depuis ma fenêtre, en hauteur, silhouette ramassée tout en bas dans la rue. Parfois sur le trottoir, parfois en plein milieu de la chaussée. Sur un vieux fauteuil roulant, son grand corps maigre un peu tassé, Jean-Yves avance. D’une seule main il tourne la roue, d’un seul pied il pousse sur le sol pour avancer. Qu’il pleuve comme vache qui pisse, qu’il vente à décorner les bœufs, ou que le soleil brille, Jean-Yves avance à petits demi-pas, une clope au bec, fait le tour du pâté de maisons et discute avec les riverains. Toujours gentil, toujours aimable, les idées plutôt claires, en dépit de l’AVC…