au fil de l'eau
Au fil de l'eau

Au fil du coronavirus #6

L’heure est grave.

La France est en guerre. La France est confinée. Et visiblement, toute blogueuse qui se respecte tient un journal de confinement. Si, si : la preuve , , et (cf en bas). La jalousie me tenaille, car je n’avais rien prévu d’écrire sur le sujet. Bon, je confine, tu confines, il confine, nous confinons, vous confinez, ils confinent, what else ? Vais-je réussir à te faire rêver en te contant ma coronépopée ? Rien n’est moins sûr, tant mes aventures sont d’une affligeante banalité. Mais vu que tu t’embêtes comme un rat, tu vas sans doute me lire quand même.

Alors, voilà.

Quand nous apprîmes que les nains étaient désormais en unschooling, terme chic pour dire que c’est le dawa à la maison, nous nous dîmes : pourquoi ne pas en profiter pour être ensemble un peu plus que 46h par semaine ? Eh ! oui, (tu as vu Maman, cette fois-ci je l’ai bien écrit, pas « Et oui ») (Ma mère est la fille cachée de Monsieur Bescherelle et Madame Grévisse, une vraie sniper de l’orthographe) c’est que nous sommes un couple moderne ayant choisi de ne vivre que très peu ensemble pour maintenir vive notre passion et ardent notre amour.

Donc, je fis un bagage léger et nous partîmes en convoi dans l’appartement paternel. Adepte de Marie Kondo sans le savoir, comme le Bourgeois Gentilhomme, mon mari vit dans un cadre épuré à l’extrême, digne d’un moine la Grande Chartreuse. C’est pourtant là que nous nous confinâmes quand la guerre contre l’ennemi fut déclarée. Avec des bagages tout aussi épurés, puisque nous venions pour quelques jours, initialement. Je viens d’ailleurs de me rendre compte que je n’ai qu’un soutien-gorge. Le moment, sans doute, de tester le no-bra. Et peut-être même, le naturisme.

Donc, voilà, nous sommes confinés. A une nuance de taille près, que j’ai honte de mentionner car je sais que parmi vous il en est qui se confinent dans une chambre de bonne avec velux, mais bon : on peut descendre un peu dans le jardin. Donc, comme je sortais mes chiens mes enfants, j’ai trouvé des branches de saule. Et comme je lis Grâce et Dénuement d’Alice Ferney, qui parle de gitans, qui avant tressaient des paniers pour les vendre, je me suis dit que moi aussi, je pouvais tresser un petit panier en saule, qui ne servirait bien sûr à rien, mais que sans doute, je pourrais vendre en ligne sur Instagram pour reverser tous les bénéfices à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Vous voyez, ce confinement décuple déjà mon esprit d’entreprise et mon imagination fertile. Dans le pire des cas, si on est toujours bloqués ici cet été, je pourrai nous tresser à tous de petits chapeaux, si tant est qu’il y ait beaucoup de soleil, car quand même, nous sommes dans le Nord de la France, pas à Marrakech. J’ai même un super plan alternatif pour ce panier, c’est de faire amie-amis avec des mésanges ou des moineaux, et de le leur offrir comme nid. Plus bird-friendly que moi, tu meurs.

Avouez que c’est quand même du beau boulot, non ?

Le point sur la continuité pédagogique

Les enfants ont fabriqué des dinosaures en pinces à linge. Nous avons fait une page de lignes brisées avec Lapin. Écrit ta, te, tu et pa, pe po avec Chaton, en minuscules attachées. Trouvé un microscopique scarabée non soumis à confinement sur le petit balcon à qui ils ont offert quelques pâtes en guise de repas. Fait des étoiles en perles à repasser. Entassé les emballages dans l’idée d’une future création encore à l’état nébuleux, donc si vous avez des idées d’activités avec des rouleaux de PQ, des briques de lait et des boîtes de pâtes Barilla, n’hésitez pas.

étoile perles hama

dinosaures pinces à linges

Par ailleurs, toutes les saintes femmes qui constituent le corps enseignant de nos enfants ont ouvert un blog et y mettent des programmes hebdomadaires à faire à notre rythme. L’une d’elles a même appelé pour savoir comment cela se passait. Pouce en l’air.

Le point shopping

Je suis allée faire les courses deux fois. La première fois, avant l’annonce du confinement, les gens étaient encore assez détendus, et que je te papote en postillonnant comme si de rien n’était, mais que quand même, je remplis mon caddie comme en août 1939. C’était l’abomination de la désolation au rayon pâtes, oeufs, farine, et PQ. J’ai bien vu un paquet restant tout là-haut, au fond du rayonnage, mais après quelques gesticulations contraires à ma dignité, j’ai renoncé.

Quatre jours plus tard, changement d’ambiance : distances de sécurité respectées, écrans devant les caissiers. Et surtout, surtout… Alléluia, Hosanna, gloire à Dieu mes amis, béni soit Dieu le créateur du ciel et de la Terre et des coquillettes et du PQ ! Tout était revenu dans les rayons, en quantités moindres que d’habitude, mais quand même.

J’arrive au rayon « œufs ». Miracle ! Il en reste, en vrac, avec des boîtes à remplir. Un monsieur (la soixantaine, l’air d’un petit vieux retors qui te retire la nourriture de la bouche) s’approche aussi. Je m’éloigne à 1m20 environ. Il prend un œuf. Je prends un œuf. Il prend un œuf je prends un œuf il prend un œuf je prends un œuf il prend un œuf j’accélère le rythme je prends un œuf il prend un œuf je prends un œuf il prend un œuf et il n’en reste plus qu’un, suspense intenable, qui prendra le dernier œuf ? Je lui jette un regard incendiaire, c’est que j’ai des bouches à nourrir moi, pas que la mienne, tous des hargneux ces petits vieux, mais il me dit : «Je vous le laisse». Il m’a redonné foi en l’humanité.

oeufs

Sinon j’ai acheté un mixeur à soupe, une balance de cuisine, de la ficelle (pour me pendre moi et les enfants quand j’en aurai marre), des Flamby pour Lapin, des Bountys glacés pour Chaton, du Nutella pour Poupette, du Bordeaux pour nous. On va tous finir obèses. J’ai bien évidemment oublié le papier sulfurisé dont j’avais absolument besoin pour parfaire ma recette de baguettes home-made (qui n’est pas de moi mais que tu trouveras ici; note bien que tu peux remplacer la levure de boulangerie fraîche par un sachet de levure déshydratée) afin de ne pas risquer la mort en allant à la boulangerie quotidiennement, et aussi parce que me retaper une auto-autorisation à recopier chaque jour, ça va bien hein, tu vois, bref, j’ai oublié ce foutu papier sulfurisé et je suis bien embêtée.

D’ailleurs, je me suis rendu compte une fois mon coffre chargé, que j’avais également oublié la susdite auto-autorisation signée par moi-même. Je n’ai tellement pas l’habitude d’être dans un pays en guerre vois-tu, que les laissez-passer et autres ausweis, c’est pas mon truc. Heureusement, je suis rentrée vers 14h03, je pense que les forces de l’ordre devaient prendre le pousse-café, et j’ai regagné ma tanière incognito.

Bon, les courses faites, c’est pas fini tout cela, mais il faut les désinfecter : Au cas-où un pervers aurait toussé exprès dessus avant mon passage. Je sors donc le vaporisateur de vinaigre blanc. Depuis le coronavirus, je pense vinaigre blanc, je dors vinaigre blanc, je suis vinaigre blanc, le vinaigre blanc a pris possession de mon être. Là où je passe le coronavirus trépasse, sa petite capsule lipidique attaquée par l’acide acétique, et il meurt, et il se débat, mais paf, je lui en recolle un coup dans le nez, et il s’en prend plus sur la tête que l’Irak de bombes américaines en 1991, et il agonise dans d’atroces souffrances, et je pousse un cri primal qui fait fuir les autres coronavirus cachés dans les interstices des paquets, car il survit ce chien, il survit plusieurs jours sur le papier, le carton, l’acier inoxydable, c’est écrit là, mais c’est moi qui ai eu sa peau, et je peux aller me doucher (au vinaigre blanc), d’ailleurs je ressemble davantage à un cadavre demi-rongé par les vers qu’à une femme, mais on s’en fout, j’ai toute la quarantaine pour reprendre forme humaine. D’autant plus qu’en écoutant le podcast de France culture, je viens d’apprendre que c’est globalement inutile. Ouf.

Avec tout ça, c’est bientôt l’heure du goûter.

« Chaton, tu veux un yaourt à la confiture ? »

Il fronce son mignon petit nez, et me répond « quelle confiture ? »

« Fraise », dis-je, toute fière de moi.

« Je préférerais de la confiture aux pétales de roses », me répond-il, « il y en a ? » Ben voyons.  De la confiture aux pétales de roses. Tout ça parce que j’en avais ramené de mon voyage à Nice, comme je ne vous l’ai pas raconté, parce que je n’ai toujours pas écrit cet article. Et ce n’est pas de sitôt que je pourrai en racheter, car comme vous le savez tous, on reste à la…

MAISON !

Ceux qui n’y restent pas sont des…

GROS CONS !

Et ils méritent qu’on leur mette un doigt dans…

LE FION !

Sur cette élégante conclusion, je m’en vais poster cet article à n’importe quelle heure, ayant à cœur de vous distraire un peu en ces jours difficiles. Je sais que c’est dur pour beaucoup, j’envoie donc une floppée de bisous et de câlins à celles et ceux d’entre vous qui sont confinés dans des petits appartements avec de jeunes enfants. Je vous souhaite de pouvoir danser avec vos enfants, vous dégourdir les jambes autour du pâté de maison (ce qui ne fait pas de vous des gros cons naturellement, si besoin, empruntez le chien de votre voisin), faire des apéros-visios avec vos amis. Vous êtes des héros, des vrais.

À bientôt (ça ne veut pas dire qu’il y aura un autre épisode spécial confinement, hein)

 

Les journaux de blogueuses confinées (liste non exhaustive)

Quatre Enfants (from la banlieue)

Quatre Poussins pleins d’avenir (from la campagne)

Sea you son (from Palm Springs)

Lexie Swing (from Québec)

Miss Zen (from Belgique)

La Marmotteuse (from Paris)

Natha (from Partir en cacahuète)

Il faut absolument que tout le monde le sache ! je partage :

54 commentaires

  • carinettenumbertwo

    Salut Marie et merci pour cet article qui me fait bien marrer et j’en avais besoin, de vraie légèreté 😉 Tu es trop forte pour ça, aider à décompresser.
    En plus c’est chouette, tu n’a rien à vendre ou à proposer en ligne, c’est juste du plaisir et c’est rassurant aussi.
    Merci pour le lien vers France Culture, un grand ouf, je le savais (je sais pas si tu connais pédiatre- online, j’ai trouvé des articles simples à comprendre, rassurants et sérieux) mais là de le lire comme ça je suis encore plus soulagée. Non c’est pas possible de tout désinfecter…j’ai fait la parano avec le courrier et le magazine photo de mon homme (auquel il est abonné) a été touché gravement par la rosée ainsi que tout le reste et c’était pas beau le matin…oups…:)
    Merci pour les podcats aussi, j’ai pas commenté mais j’ai aimé les idées.
    Soyez forts et lavez-vous les mains !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Bonjour Carine, merci beaucoup, c’est bien le but 😀
      merci pour le site pédiatre online, il est bien fait. Pour les désinfections, après y avoir réfléchi de nouveau, je crois que comme on fait les courses moins souvent, on peut se permettre de prendre plus de temps pour désinfecter un peu ce que l’on ramène. Après, le plus important reste les clés, les smartphones, etc… Et bien sûr on se lave et relave les mains !
      Voici un schéma intéressant pour les personnes exposées (soignants) mais qui donnent une idée de tout ce qui peut être contaminé.
      https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1443542892491984&id=391488164364134

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Viviane 😀 j’aurais un peu peur de te lasser ! mais sans doute que je vais être plus présente, en effet.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je ne suis ni infirmière, ni médecin, je ne peux hélas pas faire grand chose de plus ! Tant mieux si je peux distraire un peu (et éviter aux gens de sortir 😀 )

  • Jean-Luc Bouillon

    Une solution pour sortir de son confinement : s’inscrire auprès d’associations qui aident les personnes en état d’urgence; ce n’est pas facile quand on est un « vieux de 67 ans » mais ça marche.

    Merci Marie de souffler le printemps par delà les frontières

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Jean-Luc, il est vrai que de nombreuses personnes se retrouvent très isolées sans possibilités de faire des courses ! Prendre des nouvelles régulièrement, déposer des commissions en respectant les gestes barrières est d’une grande aide ! prenez soin de vous (et non, vous n’êtes pas vieux puisque vous êtes plus jeune que mes parents 😉

  • Quatre poussins

    Mais quel talent pour le tressage, vraiment ! Ce confinement aura ça de bon de faire ressortir nos fibres artistiques et nos âmes de créateurs (ma chère moitié vient de finir deux magnifiques serres pour notre minuscule potager – une pauvre bande de terre à vrai dire – 2 ans qu’il en parlait).
    J’avoue pour ma part ne pas avoir désinfecté les emballages de les dernières courses, tu me fous le doute maintenant (gloups). Et dans notre bled paumé, toujours pas de PQ. Je comprends pas, à croire que les gens campent devant le supermarché.
    Bon courage pour la suite (qui s’annonce longue j’en ai peur), et à bientôt.
    Ah, et aussi merci pour le partage de ma modeste prose 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      je savais que j’allais t’en boucher un coin avec mon panier. Et il y a de quoi ! bon courage à toi, j’attends les photos des tomates mûres poussées sous serre au jour 86 du confinement 😉

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci Oth. Ça se passe bien la continuité pédagogique chez vous ?

    • oth67

      Pour le moment, oui.
      Les enfants ont des infos / devoirs.
      Mes élèves jouent globalement le jeu également.
      Portez-vous bien !

  • CéciliAcidulée

    Où que tu sois, c’est toujours un plaisir de te lire. N’empêche que tu as eu le nez sacrément creux pour rejoindre ton mari pile le jour du confinement. Non parce que tu aurais tout aussi bien pu aller chez ta belle-mère samedi dernier… LOL (pardon).
    Allez profite bien de ces moments en famille !
    Plein de bises.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Aaaaaaaaah, là je pense qu’il y aurait probablement eu des morts, et pas dûs au covid ! Et puis de toute façon on n’aurait pas pris le risque de passer du temps chez nos parents qui ne sont pas tous jeunes, les uns et les autres 😀 je t’embrasse, bon courage à toi aussi.

  • Marcounet

    Ça fait dix ans que j’ai l’impression d’être en vacances tous les jours de l’année. Le confinement ne fait que confirmer cette impression.
    Contrairement à ce qui est écrit sur ma fiche de paie, je suis apparemment indispensable au bon fonctionnement de la Nation. Je serai donc au bureau lundi et jeudi.
    Question ravitaillement, on utilise les drive. Un truc génial : la moitié des articles n’est pas disponible à la commande et l’autre à cessé de l’être au moment de la livraison.
    Nous livrons régulièrement à l’EHPAD de Mamie du linge propre et des madeleines qui compensent l’interdiction des visites.
    Toute ma compassion pour ceux qui confinent à 6 dans des appartements de la taille de ma cuisine.

    • Le Lutin d'Ecouves

      Ici dans l’Orne, nous avions trois cas dépistés il y a une semaine. Depuis, les Parisiens sont arrivés. On songe à la réouverture de la chasse…
      J’ai des amis à Belle-Ile, ils ont vu arriver un millier de Parisiens qui ont dévalisé les supermarchés.
      Je ne pense pas que cette crise aide à la cohésion nationale.
      Désolé pour mon manque d’humour cette fois…

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      @lutin
      je comprends complètement. En plus, aller à Belle-île qui doit se faire livrer tout par bateau, c’est d’une absurdité sans nom…
      Bon courage cher Lutin, restez bien au fond de votre bois.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      L’État a besoin de toi pour faire rentrer des sous dans ses caisses bien vides 😀
      Bon courage pour gérer le soutien moral à mamie dans cette période troublée ! je t’embrasse bien fort

  • 3kleinegrenouilles

    On se prépare… Angela Merkel a bien dit qu’il fallait prendre les choses au sérieux et respectait les mesures prises. Ce week-end est un test. Si les Allemands ne sont pas plus disciplinés et continuent d’aller se rouler des pelles et se crachotter dessus en terrasse, on se tapera le confinement. Pour l’instant, seules la Bavière et la Sarre sont confinées. On verra bien si on fait comme la France.
    Bon courage !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je pensais même que c’était déjà le cas en Allemagne. J’évite de regarder trop les infos pour ne pas angoisser 😉
      Bon courage à toi, car je pense que vous y viendrez aussi.

  • Maman Lempicka

    Ton article est un régal à lire! Merci, merci, merci pour ce bon moment de lecture et force et honneur pour continuer d’occuper tout ton petit monde dans un appartement vide, si j’ai bien compris!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci ! Oui c’est dépouillé… heureusement nous avons mis la main sur un gisement de silex, et tentons de fabriquer une hache préhistorique. A suivre !

  • maman délire

    Bon au début j’ai buggé sur  » coronépopée », je me suis dit  » encore un mot qu’elle utilise que je connais pas » 😂😂. Bah oui je suis blonde je te rappelle. Bref. Pour le PQ, j’ai fait ma maligne et j’ai dit à mon mari au début  » non j’en achète pas, je veux pas contribuer à la pénurie » pi on était large avec 7 rouleaux ! Sauf que là y en a toujours pas et le stock descend… (je suis vraiment en train de te raconter mes histoires de PQ là ??). Le doigt dans le fion, ça fait parti des gestes barrière ?? J’ai pas vu !?

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Que veux-tu, je ne peux m’empêcher d’inventer des néologismes et de nouveaux gestes barrière.
      Tu vois, avec le covid, on réalise que nos besoins fondamentaux sont le PQ, la bouffe, et l’apéro entre copains. Ça élève le débat, non ?

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Sans le faire exprès en plus (mais je laisse planer le doute, afin que l’on me croie intelligente)

  • GRM

    Merci pour ces moments de détente à la lecture de ton quotidien !
    Le nôtre est devenu morne et monotone… mais on s’accroche… nos petits-enfants (22+23 ans) nous font les commissions, il faut que je reprenne quelques exercices physiques et heureusement qu’Internet existe !
    Bon courage à vous tous et gros gros bisous (ceux-là sont permis 😘😘)

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      ah, j’imagine que ce n’est pas bien drôle… Tu as de la vue sur l’extérieur de chez toi, au moins ?
      Bon courage à toi aussi ! et reste bien sagement confinée 😉

  • Julie

    Je découvre ton blog et cet article grâce à Miss Zen. Un vrai bonheur de te lire. La conclusion m’a fait mourir de rire. (J’ai du expliqué à mon homme pourquoi je me marrais devant mon écran…)
    En revanche, j’ai une question: Est-ce qu’après ces presque deux semaines de confinement, l’appartement de ton homme est toujours aussi minimaliste? Détail de merde, mais là, j’imagine tout un tas de scenarii…

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Oh, merci beaucoup ! c’est super gentil 😀
      alors, l’appart est un peu moins minimaliste puisque j’ai acheté une orchidée, une balance de cuisine, un mixeur à soupe, 3 torchons et quelques babioles… mais toujours pas plus de jouets. Disons que cela reste aéré ! L’avantage c’est que c’est vite rangé 😀

  • alinetterunnette

    Youpi j’ai enfin le temps de lire les articles sur le confinenement. !
    Tu as l’honneur d’être le deuxième, juste après @quatreenfants , et je me régale toujours autant.
    Comme en plus tu as fait un menu, je vais pouvoir y piocher la suite de mes réjouissances (sauf à ce que je doive prestemment rallumer ma caméra et mon micro pendant cette visio du vendredi aprem 😉 Bref, vivement le week end!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci beaucoup ! Quel honneur en effet d’être juste après 4 enfants ! Bon courage pour le télétravail !

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :