marmots

Youpi-vomi !

Chaton, Lapin et moi-même avons passé un petit week-end tranquille.  Youpi ! Poupette et Loulou vaquaient à leurs occupations préadolescentes chez leurs parents B, l’homme de ma vie était parti sauver le monde, et nous trois, nous sommes allés en Normandie, en famille. Mon filleul, ce bébé joufflu il y a encore peu de temps, a maintenant de la moustache; Chaton a conduit tout seul un tracteur, et Lapin a trouvé cinq énormes escargots. Bref, ce fut un week-end chargé en moments  solennels, en apéritifs et  en émotions. Mais ce n’était pas tout ça, à un moment, programme de petite section de maternelle oblige, il a fallu reprendre le chemin de la maison.

IMG_20180604_225858

J’ai donc fourré dans ma voiture mes bagages, mes garçons, une petite boîte contenant une coquille d’œuf de merle et des crottes de lièvre pour montrer à la maîtresse qu’on n’est pas que des parisiens de trottoir, zut à la fin, et nous partîmes en agitant nos bras et en criant « au revoir, au revoir ! » dans le rétroviseur, pleins d’optimisme quant à notre heure d’arrivée chez nous. Youpi, quel bon week-end !

vintage-1950s-887273_960_720
Oui, je me suis teinte en blonde. Et alors ?

Il se trouve qu’une foule de gens sans personnalité avaient eu, comme nous, l’idée de partir (les mufles) au même endroit que nous (les boulets) et rentraient en même temps que nous (les branquignoles). Bref, conduire fut assez vite fatigant, et plutôt que de nous enrouler en famille autour d’un platane, je m’arrêtais sur une aire, espérant piquer un petit flash-roupillon, histoire de récupérer. Je fermais tout juste les yeux avec délice et soulagement et m’apprêtais à m’assoupir, quand des petits pieds se mirent à me marteler le dos et que des petits gémissements, puis des moyens cris, puis des énormes hurlements s’élevèrent dans la voiture.

Il fallut lâcher les fauves quelques instants, les ravitailler en compotes, petits beurres, eau, boissons fraîches, chouchous, beignets, afin de faire descendre la pression.

Bon, me dis-je, ils ont bien crié, je suis donc bien réveillée maintenant ! Youpi ! Je suis en pleine forme, merci mes petits chéris ! Allons-y !

Et nous repartîmes.

Les parisiens moutonniers continuaient à rejoindre leur bercail banlieusard, et le bouchon devant nous s’aggravait. Le concert de cris sur la banquette arrière recommença.

Flûte, me dis-je, comment donc les occuper ? Ah tiens, qu’est-ce donc ? Des vieilles partitions de musique de la messe d’il y a trois mois ? Youpi ! Merci mon amour, de n’avoir pas fait le ménage de ma voiture à l’insu de mon plein gré (Parce que oui, cela lui arrive parfois, hein; et même qu’il vaporise dedans des parfums artificiels insupportables pour mon nez délicat, et je boude, et il boude, et nous boudons, mais c’est un autre sujet) !

Je vais leur faire, me dis-je, des pliages en papier. Et me voilà, faisant un petit bateau tout en conduisant (oui, je sais c’est mal, mais je n’allais pas bien vite, vous pouvez m’absoudre) que je tendis par-derrière ma tête à Chaton.

bateau

« Ma si veu bato mama ! ma si veu bato ! » couina Lapin.

Hop, deuxième bateau.

« Moi aussi j’en veux encore Maman, j’en veux encore, plein de gros bateaux plus gros que Lapin ! » glapit Chaton.

Et l’invincible Armada continua de grossir, jusqu’à épuisement des stocks. Pendant ce temps, nous avions quand même vogué vers la maison, ohé ohé, et l’on touchait presque au but ! Un peu de musique pour faire passer le temps, dernière sortie sur l’autoroute, dernier rond-point fleuri, joie de reconnaître notre rue, on entre dans le garage, marche arrière, frein à main, je coupe le contact, me retourne avec un grand sourire et leur dis : « Bravo mes chéris, vous avez été très courageux ! Youpi, on est arriv… »

BLUUUUUUUURRRRRRPPPP…

Lapin vomissait à grands jets le biberon, les compotes, les biscuits, tout, absolument tout, encore ficelé dans son siège auto, vomissait sur Nounours, sa tétine, son frère, la banquette.

Youpi.

Bon, mon chéri, heureusement, nous sommes arrivés, Youpi ! Quelle chance que tu n’aies pas vomi plus tôt mon Lapin chéri, merci la vie ! Allez hop, je t’extrais rapidement. Par quelle extrémité t’attraper ? Donne-moi la main, heu non, plutôt la pointe du bout de ton petit doigt. Oui moi aussi je t’aime très fort mais, on se fera un câlin plus tard.

Ah, Youpi ! La maison ! Vite, mon Lapin, dans la douche ! Aïe aïe aïe, comment enlever ton T-shirt sans te tartiner toute la figure et les cheveux avec ton vomi ? Bon tant pis, on va rincer, aller hop, j’allume l’eau.

J’ai allumé l’eau pourtant ?

… Pas d’eau ?

Pas possible.

Bon heureusement, Youpi ! On a des voisins, merci la vie ! Et ils sont là, double Youpi, quelle chance ! Vous avez de l’eau chez vous, chers voisins ?

Non plus ?

Ah.

Il n’y a pas un vieux fond de Badoit dans le frigo ? Même de l’Hépar ou du jus de pomme, je prends. Bon, qu’à cela ne tienne : un coup d’essuie-tout, et hop ! Roule ma poule.

… Tiens, une petite gouttelette d’eau ! L’eau revient, Youpi, merci la vie ! On va attendre que la baignoire se remplisse un peu et pendant ce temps aller quêter de l’eau sur le palier pour aller plus vite (l’union fait la force). A vot’ bon coeur M’ssieurs-Dames, une bouteille, un fond de tasse, on prend tout, c’est pour mon pauvre petit enfant, regardez comme il a l’air misérable.

Une demi-heure plus tard, Lapin était dévomité et savonné dans un petit fond d’eau tiédasse, rerempli de lait et de compotes, pyjamaté, tétiné, avec à ses côtés le premier dauphin de Nounours, une splendide peluche hyper bien foutue, et au lit.

Youpi ! Mes enfants ont eu la gentillesse de s’endormir rapidement et j’ai maintenant une belle et longue soirée pour nettoyer ma voiture pleine de vomi !

Youpi ! Je peux déhousser mon siège auto-vomito, et grâce à l’eau revenue, je vais pouvoir enchaîner les machines !

Youpi ! J’ai écrit au syndic pour gueuler et passer mes nerfs !

Youpi ! Qui est-ce qui a un petit garçon qui n’a rien de plus grave qu’un petit coup de vomi ? c’est moi ! Et qui c’est qui va rentrer demain dans une belle voiture toute propre fleurant bon l’air frais et la lavande ? C’est re-moi ! Qui a reçu un beau sujet d’article sur un plateau ? c’est re-re-moi !

Alors, franchement, tout est bien qui finit bien : elle est pas belle la vie ?

 

 

 

25 commentaires

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :