souvenir,  vie personnelle

Yes, I did it : Thalasso à Belle-Île-en-Mer

Vous avez cru que c’était fini ?

Que j’avais tiré toute la substantifique moelle de ce désormais légendaire week-end à Belle-Île-en-Mer ? Point du tout. J’ai gardé sous ma botte un peu de grain à moudre. Vous irez relire les épisodes précédents afin de vous rafraîchir la mémoire, et de faire grimper mes statistiques (rapport au plan machiavélique précédemment échafaudé). Saoulés de vagues, d’air frais et de Sarah Bernhardt, et bientôt trempés par une pluie drue bien bretonne, nous partîmes pour rentrer dans notre humble chaumière. Nos vélos électriques, comme des coursiers fringants qui sentent l’écurie et leur picotin d’avoine, avançaient à vive allure. Autant de sport méritait bien une petite récompense : et ce fut un rendez-vous pour quelques soins de thalasso ! Une matinée, seulement ; Parce que sinon les enfants ne mangeaient plus leurs coquillettes qu’un jour sur deux.  Je vous entends déjà me dire « Oh, mais ce n’est pas si grave, ils mangent à la cantine à midi« . Oui, mais quand même, j’y tiens.

Nous sommes donc descendus dans le spa de notre hôtel, en coquette tenue de curiste – peignoir blanc, claquettes bleues, petit sac sur l’épaule, prenant un air à la fois décontracté et arrogant juste ce qu’il faut pour faire croire au personnel que nous étions des habitués. Nous fûmes accueillis par d’aimables jeunes femmes, qui nous servirent une tisane insipide MAIS détox, accompagnée d’une savoureuse pomme golden : un pur régal, de quoi nous mettre en appétit pour la suite.

La suite était inscrite sur notre petite fiche de soins : bain hydromassant d’eau de mer puis enveloppement d’algues.

Photo by Sime Basioli on Unsplash

Le bain hydromassant

obelix-mer-morte-1024x330
L’Odyssée d’Astérix, © Uderzo et Goscinny

Guidée par une hôtesse, je m’installais dans une baignoire remplie d’eau de mer. Elle m’indiqua que je devais mettre mes chevilles sous une barre horizontale, car sinon me dit-elle, « vous allez flotter ». D’un air très sérieux, elle m’expliqua que ce bain allait me tonifier et ouvrir mes pores, et me préparer au soin suivant. Après quelques tapotis sur un écran tactile, elle me laissa dans ma marinade. Lumières clignotantes vertes, jaunes, bleues, et décollaaaaaage ! Histoire de me mettre en bouche, quelques glouglous commencèrent à se faire sentir et des bulles montèrent à la surface. Bon, me dis-je, c’est une sorte de jacuzzi, c’est marrant.

OK. Et puis ?

Et d’un seul coup, entrée dans l’hyper-espace, contraction spatio-temporelle et dzzzzziouu ! des jets commencèrent à me malaxer la cellulite par en dessous, tellement fort que je crus que j’allais m’aplatir au plafond comme une crêpe lancée un peu haut un soir de Chandeleur. Heureusement que les barres de cheville me retenaient, car ce n’était même plus la flottaison qui me guettait, mais carrément la lévitation. Tous mes points acupuncture ont été  stimulés un à un, et mes chakras, même les plus inavouables, totalement ouverts. Après avoir été vigoureusement chatouillée de la sorte par les jets des pieds à la tête et de la tête aux pieds durant quinze bonnes minutes, le vaisseau spatial atterrit et  je sortis dans mon blanc peignoir, telle la princesse Leïa, rejoindre mon Anakin Skywalker dans le couloir.

L’enveloppement d’algues

Nous avons gloussé bêtement quelques instants, et zieuté les autres curistes, discrètement. Mon Dieu que tous ces gens avaient l’air sérieux ! Cela se voyait qu’ils n’étaient pas là pour rigoler. Une dame tenait dans sa main son petit programme de thalasso : une page entière, avec 4 soins par jours, pendant une semaine. J’étais en train d’estimer la fréquence à laquelle ses enfants devaient être nourris, et le nombre de coquillettes dans leur assiette à chaque repas, mais je dus interrompre ces intéressantes considérations, pour aller faire mon enveloppement d’algues. Une jeune femme m’a tartinée de gadoue, et emballée bien serrée dans un scellofrais comme un gros rouleau de printemps. Puis elle me mit à étuver dans une couverture chauffante.

cochon_boue (1)« Ce soin, » me précise-t-elle, « va vous reminéraliser en profondeur« . Dont acte. Je restais donc à méditer, bougeant ma tête et mes orteils, et rapidement confrontée au souci que tout le monde rencontre, une fois les bras entravés : mon nez commença à me gratter. Et un quart d’heure avec le nez qui gratte, c’est long. Je consacrais les minutes restantes à un peu de gymnastique nasale, puis le supplice prit fin, un vigoureux jet d’eau me décrassa, et c’est reminéralisée à mort – plus reminéralisée que moi à cet instant, c’est la pétrification – que je courus bravement me jeter avec mon époux dans l’eau de mer. Oui, parfaitement, dans l’eau de mer bretonne. Mais chauffée à 30°C, dans une piscine couverte. Dans le bassin ludique, plus exactement. Quelques dames sérieuses et austères brassotaient doctement. En dépit des regards réprobateurs des curistes professionnels, nous nous sommes bien amusés à appuyer sur tous les boutons, déclencher des jets divers et variés, nous coller la tête sous le col de cygne et nous faire déculotter par les jets sous-marins, spécialement conçus pour masser les fesses à 3 bars de pression.

Photo by Alex Bertha on Unsplash

Ensuite nous avons repris une tisane détox et une autre pomme, avant d’aller au restaurant gastronomique, car la thalasso, ça creuse et nous avions quand même bien les crocs.

Quels ont été les bénéfices de cette mini-cure de thalasso ?

Ma peau est infiniment plus douce, mon corps totalement tonifié, et c’est incroyable ce que je me sens…

Non.

Je ne saurais me prononcer sur les effets de la reminéralisation intense de mon organisme. Par contre, vu la tranche de rigolade que nous nous sommes payés à nous faire chatouiller dans le bain hydromassant suivi de la macération dans la gadoue, je suis sûre que nos abdominaux ont été considérablement tonifiés.

C’est déjà bien, non ?

Thalasso Belle-Île-en-Mer spa blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR http://prgr.fr

 

10 commentaires

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Découvrir la sensation du porcelet dans son bain de boue est une expérience à vivre, en effet 🙂

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Je t’y vois bien, avec ton breton de mari ! En plus le resto était top, j’ai pensé à toi 😋

  • escarpinsetmarmelade

    Je suis grave jalouse tu sais! Je rêverais de faire une cure en thalasso et de me faire masser avec tout plein de trucs chelou. Mais bon, en attendant, je ferme les yeux et je lis ton article (en attendant, j’ai bien entendu réouvert les yeux)

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Pour le prix de 2 robes Tara Jarmon, je suis certaine que tu peux avoir un forfait thalasso de qq jours !
      Allez, une fois le déménagement fait, tu auras bien mérité un petit séjour en thalasso (paraît-il que celle de Saint-Malo est très bien ; par contre c’est un peu loin de Montpellier) bisous !

  • Maman Lempicka

    Ah ce sentiment qu’on a tous vécu un jour, de devoir faire semblant d’être totalement dans notre élément! Tu n’as pas du mettre un string où tu ne sais même pas distinguer le devant de l’arrière j’espère?? Tu m’as donné envie en tout cas, non pour l’auto-reminéralisation mais pour la rigolade potentielle!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      J’ai décliné l’offre du string en intissé, qui n’était pas obligatoire. En revanche mon mari est resté en maillot de bain 🙂

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :