• au fil des jours

    Chroniques d’Aoûtembre (vol. 2)

    J’ai été brutalement interrompue par Lapin réclamant avec vigueur sa pitance matinale, alors que j’étais partie pour vous raconter d’une traite mes affriolantes aventures d’été. Reprenons. Chuuuut, là-bas au fond, silence. tss tss tss. Où mon fantasme le plus fou a été assouvi Car oui, j’ai assouvi un fantasme pendant ces vacances : je suis partie. Seule. Sans mari. Ni enfants. Entre femmes. Trois précieux jours. Hiiiiiiiiiiiiiiii ! Je suis partie de bon matin d’un pas preste et agile, refermant sans remords la porte de notre appartement sur mon époux, abandonné (décidément, le pauvre) dans la cage aux fauves et aux petits pois surgelés. Quoi de plus beau que de tirer sa…