• vie personnelle

    La nageuse de la ligne 8

    Le grand bassin bleu m’attend. Une fois par semaine, je me jette à l’eau. Le déclic eut pour point de départ l’angoisse de la quarantaine (Oui, bon, ça va hein. Soit vous y êtes déjà passés, soit vous allez y passer donc ne faites pas les marioles). Me réveillant un matin, froissée, le dos en vrac, sous un éclairage peu flatteur, je poussais un hurlement strident et me lançais illico à la recherche d’un sport : 1/ Facile pour les nulles, 2/ Peu coûteux, 3/ Rapidement efficace et raffermissant. Après avoir enclenché le bandit manchot de Google, DING-DING-DING : ce fut la nage palmée qui sortit. La natation, moi qui…