couple-famille

Les vacances idéales

Alors que le mois de Juillet se termine dans la chaleur d’un été langoureux et que mon bureau se vide inexorablement, alors que mon plan machiavélique pour prendre le contrôle de la blogosphère a presque abouti et que les ultimes subtilités en sont totalement esquissées (Un plan lumineux comme un concert de Ray Charles dans un tunnel, une nuit de brouillard sans lune), je peux me permettre de rêvasser sur mes vacances idéales.

On ne va pas se le cacher, les vacances idéales,

Ce sont celles que l’on passe sans ses enfants (Oooooh ! Aaaaah ! quelle mère dénaturée !). Celles où l’on pourra traîner des heures dans les musées ou dans des rues écrasées de soleil, sans entendre « J’ai chauuuud ! J’ai faiiiiim ! J’suis fatiguéééé ! J’en ai asseeeez ! J’ai mal aux pieeeeds ! C’est nuuul ! J’veux faire cacaaaa ! C’est quand que c’est finiiii ? » Celles où l’on pourra s’asseoir à l’improviste et à n’importe quelle heure, à la terrasse d’un restaurant animé, sans craindre une évasion, un enlèvement, un scandale, un pipi-culotte. Celles où l’on s’autorisera à ne pas compter le nombre de mojitos qu’il sied de boire pour émerger dans les temps le matin, à l’appel du biberon.

Les autres vacances idéales,

Ce sont celles que l’on passe sans ses enfants ET sans son mari (Oooooh ! Aaaaah ! l’épouse ingrate !) MAIS avec ses meilleures copines : Là, c’est le nec plus ultra des vacances de la mère de famille. Le degré zéro de la charge mentale. Le nivellement par le bas des préoccupations, les décisions les plus lourdes à prendre étant la couleur du vernis, le Spritz ou le Gin Tonic à l’apéro, le bikini ou le maillot une pièce, la capeline ou le borsalino. Et puis on peut parler à n’en plus finir de nos enfants, et de nos maris absents, qui ne nous manquent pas. Du tout. Enfin, je crois. Je n’ai encore jamais passé ce genre de vacances depuis que je suis mère, et cela demeure mon graal, mon inaccessible étoile, ma cerise sur le gâteau. J’y pense, comme les jeunes adolescentes fredonnent « Un jour, mon prince viendra… »

(Si toi aussi, tu veux devenir ma meilleure copine et partir en vacances en décapotable avec moi, fais-moi signe !)

Bon, voilà, simplement de l’avoir écrit, je me sens déjà mieux et reposée. Je suis donc parée pour passer de merveilleuses vacances avec tous nos enfants et mon tendre et légitime époux !

Que faisons-nous cette année pour les vacances ?

Eh bien, nous avions des projets grandioses et magnifiques. Des projets de dépaysement, d’immensité, de nouveauté et de sauvagerie. Des projets de voyage avec des amis, pour explorer une lointaine contrée d’Europe de l’Est, à la queue-leu-leu en file indienne, Chéri, moi, Poupette, Loulou, Chaton et Lapin, partis sur le sentier de la guerre des touristes. Mais voilà, patatra : les Esprits des calendriers étaient contre nous et il nous fût impossible de trouver une petite semaine commune. 

Qu’à cela ne tienne !

Nous nous dîmes, pourquoi ne pas en profiter pour partir nous mettre les pieds sous la table, en club tout inclus, jus de fruits à gogo et activités pour les enfants de 8h le matin à 21h le soir (Oooooh ! Aaaaah ! quels parents indignes!) ?

Pourquoi pas ? Allez vas-y, clique sur le bouton réserver… Ah, mais c’est quoi tous ces zéros ? le prix ? TOUT CA POUR UNE PAUVRE SEMAINE ? Et si on en laissait un ou deux  ici ? On tire à la courte-paille, et hop : un gros paquet de biscuits, et plusieurs bassines d’eau, tu ne crois pas que… ? Non, bien sûr, je plaisante.  Naturellement, je plaisante ! Bref, poursuivons : on va prendre 1/2 pension seulement. Ah… Quand même ? Bon, alors au lieu d’un hôtel, on prend un bungalow. Non, toujours pas… Un marabout en toile alors ? Un sac de couchage sur le gazon ? Soupir… 

Qu’à cela ne tienne ! On va donc étendre un peu les temps d’incrustation chez nos parents chéris respectifs. Les vacances, ça sert aussi à rapprocher les familles, sinon, on ne se voit jamais. Ils vont donc nous supporter un peu plus, tant pis pour eux, quand on a des enfants il faut s’attendre à ce genre de désagréments. Voilà, plan de vacances arrêté, tout est bien carré, nous sommes archi-prêts.

Crac, quoi, crac ?

Crac ton genou ? Depuis… 2 mois ? Et tu as mal, donc, depuis… 2 mois ? Quel courage, d’habitude les hommes sont plus douillets et hurlent à la mort quand ils ont une poussière dans l’œil. MOUAHAHAH ! Non, je ne me moque pas, tu es mon Héros. Allons de ce pas voir notre ami le toubib, son copain le radiologue, son pote l’orthopédiste.

Donc, tu me dis que la conclusion de tout ceci, est qu’il faut t’opérer du genou, la veille de notre ex-supposé départ en vacances. Bien. Très bien. Parfait, même !

Et bien tu sais quoi ?

Nous allons passer de merveilleuses vacances.

On va lire tranquillement, ensemble,

Discuter en faisant la vaisselle, ensemble,

Aller au cinéma, ensemble,

Mettre un palmier en pot sur la terrasse, ensemble, 

Coucher les enfants le soir, ensemble,

On va jouer au scrabble, ensemble, et je t’écraserai comme… enfin, on va jouer au scrabble,

Et peut-être même, que l’on ira faire les touristes dans Paris, ensemble. Parce que Paris sans parisiens au mois d’août, c’est le rêve !

Quel besoin ont donc toujours les gens de partir en vacances, hein ? Flinguer du kérosène, s’entasser avec d’autres touristes moutonniers, se faire piquer par des méduses et pigeonner par des commerçants peu scrupuleux… Franchement, on n’est pas bien chez nous, avec un parasol sur la terrasse et la baignoire à deux pas pour y faire quelques brasses ?

Mes vacances, mon amour, c’est d’être avec toi.

vacances idéales vacances sans enfants vacances entre copines vacances à la maison blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR http://prgr.fr

 

19 commentaires

  • GERMEAU

    Ah les hommes !!!!! 😉
    Merci pour ce magnifique témoignage…et vive les vacances entre filles 🥂☀️🍾🏊🏻‍♀️🧘‍♀️🎈😎
    Bonnes vacances et vivement le témoignage post vacances.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Les vacances entre filles, yeah ! Je débrieferai sur les vacances, sans faute 😁⛱️

  • Virginie Neleditesapersonne

    Je m’incline devant une telle dévotion et tant d’abnégation !! Je n’aurais pas le quart d’un dixième de ton sens de l’humour dans cette situation :-p Cela dit Paris l’été c’est bien la que c’est le plus sympa 😉 Sinon je partage ta définition des vacances idéales, et je reste à ta disposition pour partir quand tu veux, merci d’avance pour ton retour, bien cordialement.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Hé hé, on en parle le 31 août (vers midi) ou le 1er septembre (vers 13h) dans le coin de la gare de Bordeaux ?

  • WorkingMutti

    Renoncer aux vacances sans mari et sans enfant, que d’abnégation ! Très belles vacances avec ton chéri. Moi il me lâche pendant une semaine pour faire le déménagement. Ingrat ! Tant pis je ne lui laisse pas de tupperware.

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Merci 🙂
      Tu veux dire qu’il te laisse courir seule après les 3 enfants pour partir s’amuser à empiler des cartons ? Le vilain garçon !

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Mais que voilà une bonne idée ! je vais vite la lui soumettre, il va a-do-rer 🙂

  • GToch

    Tu as un coeur gros comme ça **comment ça tu ne vois pas ?**
    T’es enfants t’ont-ils érigé un totem ?
    Ton homme sacrifie-t-il des petits chatons en ton honneur ? **je hais les chats tu l’ignorais ?**
    Une abnégation incroyable ♡♡♡
    Comme toi, un jour, suite à une pub Pierre et vacances les vacances en famille, J’ai osé cliquer pour voir… sauf qu’il faut que tu comprennes qu’aux yeux des vendeurs de vacances Nous ne sommes pas une famille ! Un Papa, une Maman, un grand frère et une petite soeur POINT. Il faut le choix du roi pour bénéficier de toutes les promo 😉

    Sauf qu’un jour je suis devenue dingue !
    Les vacances chez Papy et Mamie ça va un temps. Après tout je n’ai pas quitté la maison à 17 ans pour rien.
    La maison qu’on me prête gentiment parce que je suis une pauvre mère de famille nombreuse ce n’était plus possible **en plus elle divorce alors il n’y aura plus de maison**
    L’an dernier J’ai dit fuck le banquier **ou pas mais dans ma tête ça ressemblait à ça** on part ! On a acheté une tente et hop ! D’ailleurs je ne prend jamais d’assurance. Même si je dois remper, même si on doit abandonner les asthmatiques sur le bord de l’autoroute, ON PART ! 😉

    Mais tu vas passer de bonnes vacances.
    Je te sens prête ! ♡♡♡

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Quand je vois des familles comme Maman de 4 qui partent en camping avec des tout petits, j’avoue que je suis admirative. Je ne sais pas si j’aurais le courage de supporter cette frugalité vacancière, même s’il est évident que les enfants doivent apprécier au plus haut point 🙂

  • Anne-Cécé

    J’arrive ici par la route des Fabuleuses.. et je suis bien contente de ce que j’ai trouvé ! Mon graal étant une semaine all inclusive avec mari et enfants, je ne suis pas encore au même stade que toi, mais lorsque j’aurai envie de vacances « filles » je te ferai signe !!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Quelle joie d’avoir une fabuleuse lectrice !
      J’en rajoute un peu parfois dans mes articles, ça me défoule 😀
      J’abonde dans ton sens, la semaine à ne rien faire en famille (et avec un club enfants bien sûr), c’est quand même le top. Mais avec ses copines, à boire des mojitos… C’est le top du top !

  • Maman Lempicka

    Je te rejoins bien évidemment sur le premier paragraphe, mais aussi sur le deuxième, puisque je garde un souvenir extatique de ma virée avec ma meilleure cop à Lisbonne pour mes 30 ans. Pour le reste, nous aussi avions cherché le même type de semaine avec bouffe et club bébé et enfants inclus, mais on aurait fini sur la paille donc on a revu nos prétentions. Et à l’époque je bossais encore donc je te laisse imaginer comme les critères ont baissé en exigence! Tout ça pour dire que les vacances idéales sont celles dont on sait se contenter malgré les circonstances du moment. Un jour, c’est sûr on (re)partira sans môme et sans conjoint. D’ici là…bonnes vacances avec ton cher éclopé!

    • Petitsruisseauxgrandesrivières

      Et oui, comme le dit le proverbe, famille nombreuse, famille ruineuse. Mais on est bien chez nous, à lire, dormir, prendre des apéros !

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :