marmots

L’enfant enfin unique

Aujourd’hui l’école est silencieuse. Pas de cris d’enfants, pas d’agitation sous mes fenêtres à partir de huit heures dix. Traversant la place du marché, je ne vais pas croiser la maman de huit heures trente-deux, celle qui est toujours en retard et tire ses deux petites filles debout sur leurs trottinettes. Les portes du collège sont closes aussi, depuis une grosse semaine. Poupette, Loulou et Chaton sont en congés et vaquent, chacun de leur côté, à leurs occupations estivales.

Première colonie de vacances pour Poupette, remplie d’appréhension et de d’excitation; Premières vacances sans papa ni maman, avec ses grands-parents, pour Chaton; serein et bravache au départ, mais les coins de sa petite bouche tremblaient quand il a fallu se dire au revoir; Loulou est déjà au soleil depuis plusieurs jours, suivant avec enthousiasme la coupe du monde avec son Papi.

Reste dans le fief parental, Lapin, titulaire de l’exclusivité maternelle.

Lapin, son derrière blanc et rebondi à l’air (acquisition de la propreté oblige),  tototte vissée au bec, déambule d’un air important dans l’appartement vaste, vide et silencieux.

Il n’en revient pas de tant d’espace et de calme. Maître incontesté des playmobils et des legos, il devient également pour quelque temps le souverain de sa mère. Pour une fois, pour la première fois, il se retrouve, lui le tout petit quatrième dernier, dans la position d’un aîné, unique objet de l’attention.

Tranquillité est le maître-mot de ses journées. Personne pour lui arracher un jouet des mains. Personne pour lui verser traîtreusement de l’eau sur la tête dans le bain. Personne pour contester son choix d’histoire avant d’aller au lit ou lui disputer la dégustation du dernier mini-cornet de glace au chocolat. Personne pour le déloger des bras de sa mère.

Il en profite à fond. Et moi aussi.

-« Mama, coco la mimik ! »

-« D’accord mon Lapin, encore la musique. »

-« Mama, veu la patu ! »

-« D’accord mon Lapin, tu vas faire de la peinture » (Au passage admirez ses notables progrès en arts plastiques depuis la dernière fois)

oeuvre lapin 090718

-« Assi la Mama, assi la ! »

-« D’accord mon Lapin, je m’assieds là, à côté de toi ». Et Lapin me tapote gentiment les joues ou me tire un peu les cheveux, tout en chantonnant « joyeux anniversaire » de manière complètement incongrue, car ce n’est l’anniversaire de personne, mais il aime bien le chanter quand même.

Le matin, je n’ai que lui à préparer. Un petit tour sur le pot, un t-shirt, un slip, un short, et c’est fini. On met les sandales et c’est désormais en draisienne et sans couche que Lapin se rend à la crèche, dans l’air si doux de ces beaux matins de juillet.

Ces jours-ci, mon Lapin est mon fils unique, comme s’il était mon premier enfant. Et cela me rajeunit. Comme si j’étais une toute jeune maman, comme si mon petit dernier n’allait pas bientôt rentrer à l’école et devenir irrémédiablement un grand.

Pour encore quelques jours, j’y crois. Avant que Poupette, bronzée et ravie, Loulou, la mine splendide, et Chaton, poussé comme une tige, ne reviennent remplir l’appartement de leurs cris et de leurs rires, et ne se précipitent, avec force câlins et baisers, sur leur petit Lapin chéri aux yeux brillants et au sourire de perles, si heureux de retrouver ceux avec qui il doit, pourtant, toujours tout partager.

 

enfant unique petit dernier seul avec maman blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR http://prgr.fr

 

 

 

16 commentaires

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :