au fil des jours

Le fourre-tout de l’été, avec des considérations philosophiques et de vrais morceaux de livres dedans.

Juillet, mon mois préféré, est déjà bien entamé. Le soir j’entends les grillons qui chantent, de manière plus chic et discrète que les cigales. Le matin, les étourneaux rassemblés sur la grue surplombant le chantier contigu crient, couinent, caquettent et croassent, avant de s’envoler une fois le soleil levé. Juillet, c’est le parfum des vacances qui arrivent bientôt, avec l’impatience et l’attente joyeuse de ces moments de repos, de lecture, de flemme, de sable qui gratte, de rosé et de barbecue. Juillet c’est le moment juste avant d’ouvrir son cadeau, quand on commence à défaire le ruban et à déchirer le papier… C’est encore plus agréable que le cadeau lui-même.

Hier soir, Chaton est rentré de huit jours de vacances chez sa mamie, bronzé, heureux, avec dans ses poches de superbes coquilles d’escargot peintes au vernis à ongles (une activité ludique pour les enfants, pour finir intelligemment vos flacons de vernis un peu rancis ou dont la couleur ne vous plait plus : astuce zéro déchet que ne renierait pas Maman Délire). Fin de l’entracte pour Lapin, néanmoins ravi de retrouver son tortionnaire favori. Fin de l’entracte pour Maman également. Quinze minutes après avoir franchi le seuil de la maison, ils escaladaient les murs de la salle de bains en se tenant au bord de la baignoire, un peu comme dans l’Exorciste, mais en plus drôle. Cela m’a rafraîchi la mémoire quant à la véracité de l’adage suivant :

ressenti

Trêve de balivernes, entrons maintenant dans le vif du sujet.

Une lectrice, que nous nommerons Jean-Pierre afin de brouiller les pistes, me demande : « Continueras-tu à bloguer cet été ou pas ? » (Les prénoms, sexe, formulation, ont été volontairement modifiés afin de préserver son anonymat car sa question est quand même compromettante). Ce à quoi je lui ai répondu, peut-être que oui, peut-être que non, cela dépend, chère Jean-Pierre.

Les blogueuses de premier ordre interrompent leurs publications l’été, afin d’exhiber leurs orteils aux ongles écarlate et leurs bikinis soigneusement choisis sur les plages les plus réputées d’Instagram. Je pourrais envisager de me hisser au niveau des blogueuses de premier ordre, mais cela nécessiterait que j’investisse a/ dans un bikini présentable, b/ dans un paréo coordonné, c/ dans un borsalino en paille (indispensable), d/ que je retrouve mes flacons de vernis partis peinturlurer je ne sais quel vestige animal, bref, tout cela me fatigue d’avance.

En revanche, grâce à la question de Jean-Pierre, j’ai ourdi un plan machiavélique et probablement foireux : et si je profitais de l’absence médiatique de toutes ces étoiles qui m’éclipsent sans cesse de leur fulgurance, moi la modeste étoile polaire (modeste, mais qui ne perd pas le Nord) pour monter au créneau de la blogosphère, comme les hommes politiques qui se font mousser la dernière quinzaine d’août en l’absence du président et de son gouvernement ? J’occuperais le terrain, je balancerais des articles à tout va, on ne verrait que moi et je deviendrais célèbre.

Pif, paf pouf, hop.

La deuxième raison pour continuer à publier pendant les vacances, c’est que je ne partirai ni au fond de la jungle birmane, ni dans la savane kenyane, ni en croisière antarctique – encore que je sois certaine qu’il y a aussi le wifi là-bas. Mes vacances les plus exotiques sont encore dans ma tête, c’est là que je voyage le plus.

Car comment pourrais-je voyager davantage qu’en regardant la carte du monde de mes lecteurs ? Sans doute que je m’illusionne, que tous ces pays lointains qui apparaissent sur mon planisphère ne sont dus qu’à l’activité des robots google locaux ; Auquel cas ne soyez pas cruels et ne me détrompez pas, s’il vous plaît.

planisphère

Mais quand même. A l’heure où je me couche, des personnes lisent mes textes, aux Etats-Unis ou au Canada. Il y a même un Chilien et un Brésilien qui se sont perdus sur mes pages, un jour. Quand je m’endors, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud viennent silencieusement feuilleter mon blog. Lorsque je rêve, le Vietnam, la Thaïlande, Singapour, l’Inde et Ceylan se promènent sur mes pages. Un peu plus avant dans la nuit, Madagascar et la Réunion, Israël et la Turquie, Oman et l’Arabie Saoudite, pianotent sur leurs écrans pour suivre les aventures de Lapin et Chaton. Au petit-déjeuner, l’Afrique est présente en force, de la Tanzanie au Maroc en passant par le Nigéria, le Zimbabwe, le Congo; L’Europe aussi bien sûr, en bus ou en métro, la Suisse, la Belgique (s’ils reviennent me lire malgré la demi-finale), la Grèce et la Norvège, L’Italie et l’Angleterre; Même Albert II de Monaco est venu me rendre visite, sans doute pour chercher un tuyau pour rendre propres ses petits jumeaux (Ne boudez pas si je n’ai pas cité votre pays; promis, la prochaine fois ce sera votre tour). Et devinez quoi : ce jour même, l’éternelle Russie vient de tomber dans mes filets.

Parfois, je subodore l’identité de ces visiteurs planétaires (avant d’en avoir, peut-être, d’exo-planétaires ?), parfois, je n’ai aucune idée de qui il sont, ni de comment ils ont atterri ici. Pas même pour celui qui a tapé, un jour « famille recomposée vie de merde » dans sa barre de recherche. Petit coquinou, va. Avec un verre de trop dans le nez, je me vanterais presque que le soleil ne se couche jamais sur mon empire. Je suis le Charles Quint de la blogosphère. Toute la blogosphère ? Non ! Le Groënland, la Chine et l’Asie Centrale résistent, encore et toujours, à l’irrésistible percée de mon blog. Mais je garde espoir, les petits ruisseaux parviennent toujours à s’insinuer partout.

♥♥♥ Tout ce baratin pour vous dire un très grand MERCI à tous ! Qui que vous soyez, cela me fait un immense plaisir de constatez que je n’écris pas dans le vide mais que j’ai mon petit public, fidèle, varié et globe-trotter. J’aime bien vous imaginer devant votre écran, dans d’autres villes, sous d’autres cieux, dans le désert ou sous la mousson, en haut d’un gratte-ciel ou sur la terrasse d’un petit bungalow, à dos d’âne ou dans le RER B ♥♥♥

Question subsidiaire dont j’ignore la réponse: Savez-vous pourquoi certains pays portent des noms féminins, et d’autres des noms masculins ? LA France, LE Chili, LE Nigéria, LA Nouvelle-Zélande. Cela me turlupine. Dites-moi en commentaire, si vous savez.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Vous êtes toujours là ?

livres

Sans transition et avec un train de retard,

Je vous conseille une pile de livres à lire pour cet été, dans la moite torpeur du mois d’août. Aussi loin que je me souvienne d’août, je l’ai toujours trouvé d’un ennui mortel et écrasant.  Août, ce sont les volets fermés sous une chaleur de plomb, une mouche qui vole et m’exaspère, les rideaux qui ondulent sous les oscillations du ventilateur, le bruit des pots d’échappement des mobylettes qui pétaradent dans le silence de l’après-midi. Je n’aime pas trop le concept du mois d’août. C’est pourquoi je vous conseille de l’occuper par la lecture des livres suivants, auxquels j’ai pensé en raison de votre diversité géographique :

Les vrais livres avec rien que des mots dedans :

« Les chroniques de l’oiseau à ressort », de Haruki Murakami

Chroniques-de-l-oiseau-a-ressort-de-Haruki-Murakami_reference

J’ai un petit faible pour la littérature nippone. Pour faire bref et efficace, je vous conseille ce livre de Haruki Murakami. C’est un ovni, difficilement descriptible, à la fois ancré dans le réel – car Murakami est un écrivain de la description minutieuse du quotidien- et un peu foutraque – car Murakami mélange sans cesse le rêve, la réalité, le passé et le présent. Toru est au chômage, et subitement il lui arrive des choses bizarres. Son chat disparaît. Il part à sa recherche, fait des rencontres, descend au fond d’un puits pour y méditer… Ce livre fut un enchantement et je le relirais avec plaisir.

Le-portail« Le portail », de François Bizot

raconte la captivité du narrateur, puis le départ des Français de Phnom-Penh lors de la prise de la ville par les Khmers rouges. Je l’ai lu il y a longtemps et ce roman autobiographique m’avait captivée. Il retrace en particulier la relation complexe entre Bizot et son geôlier Khmer rouge, un idéologue cultivé, qui sera plus tard jugé pour crime contre l’humanité. Si vous êtes un peu flemmard(e), vous pouvez regarder le film « Le temps des aveux« , qui en est une  adaptation fidèle, sensible et émouvante, avec Raphaël Personaz (plutôt beau gosse : autant joindre le plaisir des yeux à la culture). Pour le même prix, je vous rajoute le lien pour un podcast remarquable de France Inter sur la chute de Phnom-Penh : c’est ici

« Bakhita », de Véronique Olmi

bakhitaCe roman basé sur une histoire vraie raconte l’histoire d’une enfant soudanaise vendue en esclavage, et du parcours exceptionnel de la femme qu’elle est devenue. Exceptionnel non par sa réussite, mais par sa capacité toujours intacte à aimer et à s’émerveiller. Un roman, et une écriture, splendides.

beloved« Beloved », de Toni Morrison

conseillé par Maman Lempicka, que je viens de refermer (le livre, hein). C’est un roman complexe, poétique et touchant, sur le terrible secret d’une ancienne esclave et de sa famille, et sur l’amour maternel. J’ai du m’accrocher un peu au début, le style est parfois déroutant mais je me suis laissée prendre par cette histoire tragique, qui montre jusqu’où peut mener le processus de déshumanisation de l’esclavage.

 

 

 

« Marx et la poupée », de Maryam Madjidi

madjidi

Conseillé par ma copine qui se vante que son bébé soit propre tout seul et très tôt, une fille énervante donc, mais adorable et qui a de bonnes lectures donc je lui pardonne tout. Maryam Madjidi a fui l’Iran, petite fille, avec ses parents pour la France. Elle raconte la difficulté à s’intégrer sans renoncer à sa culture et son héritage familial, et la difficulté à être perçue comme quelqu’un d’autre qu’une étrangère exotique venue du pays des mille et une nuits. Elle y raconte son souhait d’être elle, tout simplement. En plus de son style poétique, charmant et décousu, cet ouvrage permet de comprendre à quel point la société renvoie sans cesse à la personne immigrée, même sans méchanceté, le fait qu’elle n’est pas « d’ici ». Instructif et indispensable.

 

Comme nous restons de grands enfants, des livres avec des images cette fois :

« Les 1001 vies des urgences », de Baptiste Beaulieu

Les-urgences

Le célèbre médecin blogueur romancier que je lis depuis plusieurs années vient d’être adapté en BD, et le rendu est très réussi. Des histoires émouvantes, cocasses, tristes, de ses rencontres avec des patients en tant qu’urgentiste. En plus, il est la preuve qu’être blogueur peut ouvrir de grandes perspectives (même s’il était déjà médecin avant, ça aide).

« Les deux vies de Baudoin » de Fabien Toulmé

les deux vies de beaudoin

Baudoin mène une vie terne et monotone. Son grand frère, baroudeur expatrié qui travaille pour une ONG, va tout faire pour le sortir de cette routine abrutissante, au prix d’un gros mensonge… Une jolie BD sensible sur ce qu’est réussir sa vie, et sur le fait d’oser le changement, par l’auteur du très beau « Ce n’est pas toi que j’attendais« .

« La Lionne, un portrait de Karen Blixen » de Pandolfo et Risbjerg

Une très belle oeuvre sur la vie de la baronne Blixen, depuis sa naissance au Danemark, jusqu’à ses années africaines puis sa mort en 1962, mise en aquarelles délicates et lumineuses. En plus de ses images superbes et dépaysantes,  j’ai beaucoup appris en le lisant.

Si je ne vous ai pas déjà tous perdus, question finale, et cruciale :

Puisque je les ai déjà lus, qu’emmenai-je dans ma valise ?

Sur les recommandations de blogueuses, ou suite à mes propres errements dans les revues et sur les blogs de lecture, j’ai dressé la petite liste suivante :

  • « My Absolute Darling », de Gabriel Tallent, dont a parlé Sarah de Boots and Pepper.
  • « La petite fille sur la banquise », d’Adélaïde Bon, un récit de résilience et de guérison.
  • « L’enfant », de Maria Montessori, pour revenir aux sources de cette pédagogie.
  • « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent » de Stephen Covey (Il est noté sur la couverture que ce livre va changer ma vie; vous allez voir ce que vous allez voir)
  • « L’aubépine », d’Eulalie Gartner, découvert sur le blog « Les petits papiers d’Eulalie« 
  • « Les corps inutiles » de Delphine Bertholon, conseillé par Picou-Bulle.
  • « Tout s’effondre », de Chinua Achebe, conseillé par Maman Lempicka qui ne l’a pas chroniqué, mais a été persuasive.

Et peut être aussi Elle, Marie-Claire, Biba et Grazia, parce que y’en a marre de tous ces intellos.

Il va sans dire que j’ai trouvé tous ces livres à la médiathèque splendidement fournie de mon patelin. Aurai-je le temps de les ouvrir ? C’est une autre question.

Diantre que j’ai été bavarde ! J’en ai fini avec cet article sans queue ni tête. Voulez-vous que je vous amène un petit thé à la menthe ou une bonne grosse glace, pour agrémenter votre lecture ?

été vacances liste de lecture romans BD détente fourre-tout blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR http://prgr.fr

 

44 commentaires

  • maman délire

    ah ! je te poke, tu me pokes … j’adore ! chez nous on laisse les escargots en paix, et surtout en un seul morceau ! tu veux que je te dénonces à la spa ou quoi ??? bon. donc tu vas continuer a publier, c’est bien mais moi je serai loin, et si j’ai pris un forfait qui m’a couté 3 bras pour avoir l’internet aux states, c’est uniquement pour mettre des photos odieusement belles sur instagram, et accessoirement communiquer avec ma tante que l’on verra sur place ( faudrait pas qu’on se loupe le jour ou elle vient nous chercher !!) bref, je pourrais pas lire certainement, par manque de temps, je serai trop occupée a essayer d’appercevoir un ours dans le yello stone, tu m’excuseras (oui je me la pète) mais je me rattraperais en revenant !!!! tu m’en veux pas trop ? pour la liste de livres, juste un point de vue : j’avais commencé « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent  » mais j’ai calé assez vite. ça doit être pour ça que je ne suis pas encore richissime grâce a mon activité professionnelle haha. mais à la place tu peux lire « comment se faire des amis » je sens que tu en as besoin (ton sarcastique) non mais sans dec’ ce livre et génial ! je l’ai lu, et maintenant j’ai une file ininterrompue de gens qui veulent devenir mes potes devant ma porte.

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      pok pok ! tu l’as bien mérité ! Les escargots n’étaient plus dans les coquilles, tu penses bien 😀
      Ouais bon toi, tu as une excuse valable, je te pardonne (soit dit en passant, je fais un passage sur Bordeaux le 31 août / 1er septembre, il y aurait moyen de prendre un café ensemble ?)
      je vais rajouter de ce pas « comment me faire des amis » sur ma liste. Mais il n’est pas à la bibliothèque :-((
      N’oublie pas de NE PAS te baigner dans les jolies piscines naturelles de Yellowstone, tu sais, celles qui sont bouillantes et remplies d’acide sulfurique, OK ? Même si l’eau est d’un joli bleu et que c’est tentant.

    • maman délire

      ok pour les escargots. en même temps je dis ça mais je me souviens que ma belle mère faisait un truc avec les enfants quand ils étaient petits : elle mettait un coup de vernis sur la coquille de escargots qui se baladaient dans son jardin, pour voir si c’était les mêmes qui revenaient régulièrement !! ok pour le yellowstone je vais tenter de m’en souvenir ! et pour le 31/1er, carrément ! ça me ferait hyyyyyyperplaisir de te rencontrer, si nos emplois du temps de ministre des enfants nous le permettent ! comme ça tu pourras constater de visu que je ne suis pas un vieux pervers barbu hahahaah ( et là j’ai semé le doute dans ton esprit je le sens :-)) )

  • Madame Bobette

    Mdr mais que d’inspiration! Je te souhaite de continuer à conquérir le monde de la blogosphère cet été et encore après ;)Merci pour ces idées lectures! La BD sur les urgences me dit bien mais je crois que cet été sera studieux de mon côté ^^

  • Virginie Neleditesapersonne

    Tiens c’est marrant parce que l’autre jour je me suis posé la même question avec les animaux; en me demandant si au nom de l’égalité des sexes, de l’écriture inclusive et du partage des tâches ménagères; on ne devrait pas désormais dire un girafe, une serpent ou une escargot ?! Je ne m’étais pas penché sur la question des pays, je crois qu’il faut que l’on soumette ces questions à l’académie française dès que possible.
    Sinon ton plan est absolument parfait, méfie toi qu’on ne te le pique pas 😉
    Je piocherai bien quelques idées de lectures mais pour ça faudrait-il encore que je trouve du temps pour ouvrir un bouquin, étant donné que la période qui s’annonce risque d’être encore plus chargée qu’une période scolaire (cf enfant H24) je crois que le peu de temps disponible qu’il me restera sera consacré au sommeil 😉
    Bonnes vacances et bel été, je garderai tout de même un oeil sur la blogosphère (et si je suis fofolle je publierai peut être même un ou deux billets qui sait !) je vais en tout cas suivre ta conquête avec plaisir !

  • Maman Lempicka

    Tu sais à qui tu me fais penser avec cet article désordonné, riche et foisonnant? À GGM, oui, MON GGM, ou Gabriel Garcia Marquez pour les intimes. Rien que ça. Tu pourras le mettre dans tes listes si tu récidives en nous conseillant en mode intello. J’ai tout noté. J’ai repéré. Je retiendrai.
    Et j’ai une question: comment fais-tu pour lire autant et aussi vite? Tu as déjà fini Beloved, alors que je n’ai pas dépassé la page 119 de Philip Roth! Aurais-tu un double cerveau, l’un surveillant lapin, l’autre se cultivant?
    Oui, Beloved est déroutant, c’est comme un focus progressif qui dévoile les mêmes scènes sans cesse enrichies et affinées.
    Moi aussi j’aime bien lire Cosmo et Biba en vacances.
    Et je termine par ton plan machiavélique que j’ai vu passer en conseil mais je crois que j’ai une âme plus pure que la tienne: je ne l’ai pas retenu. Une chose est sûre: ton rayonnement aoûtien éclipsera le peu de blogueuses qui resteront.
    PS: je suis une ignare, je ne saurai répondre à ta question d’intello.

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Aaaaah Cien años de Soledad, m’en parle pas !
      Alors mon secret pour lire réside dans un concours de circonstances : Poupette en colo, Chaton et Loulou chez les grands-parents, Chéri au boulot et Lapin au lit à 20h30, sans pitié = loooongues soirées pour moi.
      Après je te rassure : je n’ai pas lu TOUS ces livres durant la semaine passée. Non non non, même si cela me ferait plaisir de te filer des complexes. Mais là les enfants grandissent, sont plus calmes, ça aide à reprendre un rythme de dégustation littéraire normal.
      Tu n’as pas retenu mon plan, mais quand même, tu seras plus ou moins là en août, toi aussi, l’air de rien et de ne pas y toucher ? Petite cachottière, va !

    • Maman Lempicka

      Mais les règles sont totalement faussées!! Moi aussi je lirais des livres à n’en plus finir dans ces conditions dignes d’une nullipare! Du coup tu m’as mise au défi: je dois réussir à lire au moins 50 pages à Majorque. Au moins.
      Ton plan est assumé et annoncé, le mien est moins éclatant, on se donne rdv à la rentrée pour déterminer la gagnante gniark gniark gniark…

  • GToch

    Et le trou du cul du monde, ha la Bourgogne ♡ Ça ne te fais pas rêver ? En tous cas ça te lis 😉
    J’avoue que le genre des pays ne me pose pas trop de problème. Je laisse à l’académie le soin de décidé quel mot ils vont discrètement retirer du Petit Robert. C’est un job à plein temps. Pour le moment je dois plutôt me concentrer pour répondre à des questions métaphysiques du style Pourquoi la mer ne se trouve qu’au bord et pas au milieu ??? Tu comprendras qu’on ne peut pas être sur tous les fronts 😀

  • madamelavande

    Je ne sais pas trop si je préfère l’article ou les commentaires 😉
    Mais je suis déçue, personne n’a encore donné la réponse pour le sexe des pays, je veux savoir moi !
    Je suis impatiente de lire ta conquête de la blogosphère dans les semaines à venir, quel plan génialement machiavélique !!

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Ce qui tendrait à prouver que mes lecteurs sont aussi ignares que moi… mais sans doute qu’une bonne âme (renseignée sur google ou wikipédia) nous donnera la réponse ce week-end ? Quel machiavélique suspense, là encore !

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Ma pauvre tu étais passée dans les commentaires indésirables ! Je viens de te libérer de cette geôle insalubre 🙂
      Merciiiii beaucoup, je suis touchée 🙂 J’attends donc ton rapport sur le genre des pays, je n’ai pas eu le temps de me pencher sur cette grave question ce week-end. A très bientôt !

  • Marcounet

    Nous aurons donc le plaisir de te lire pendant les vacances. Je ne suis pas certain de partager tes gouts littéraires sauf en ce qui concerne Murakami. Toujours amoureux des univers médiévaux fantastiques, pour ce qui est des « livres avec des images », j’ai profité de la sortie du tome 8 de « Reflets d’Acide » pour relire la série.

    La gestion du temps et de l’énergie ayant été compliquée ces dernières semaines, ce n’est que ce soir que j’ai rattrapé mon retard en matière de « Petits Ruisseaux ». Mais je sais maintenant pourquoi j’aime me lever tôt pendant les vacances. Ça me permet d’avoir la paix pendant mon petit déjeuner et de bien commencer ma journée.

    Pendant ce temps-là, les françaises ont remporté leur demi-finale de coupe du monde de rugby à 7 (finale demain matin à 4 h 47). Le Girls’ Power est en marche !

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Est-ce que les chats te laissent tranquille le matin dès l’aube à l’heure où blanchit la campagne ?

      Tu sais les livres que j’ai cités ne représentent qu’une infime partie de mes goûts littéraires. Mais contrairement à toi j’ai du mal à entrer dans les récits fantastiques. J’ai lu Harry Potter, c’était déjà très bien. J’aime aussi la littérature médiévale (ou médiéviste) mais sans composante fantastique : du bon Régine Pernoud me convient très bien.
      gros bisous 🙂

  • Marcounet

    Vois-tu, ils savent qu’on les attend ! Ils vont par la forêt, ils vont par la montagne. Ils ne peuvent demeurer loin de nous plus longtemps.

    😉

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :