au fil des jours,  société

#dénoncetoncochonou & Co

Figurez-vous que des hommes (principalement) s’inquiètent des conséquences, possiblement délétères sur les relations entre les femmes et les hommes, de la mobilisation actuelle au sujet du harcèlement sexuel. (sujet de l’émission du téléphone sonne, lundi 27 novembre 2017)

« Ouuuuiiii, vous compreneeeez, maintenant, on ne pourra même plus regarder ou adresser la parole à une femme, elles exagèèèèèèrent, c’est n’importe quoaaaaaaa »

Ce à quoaaaaaaa je répondrais, qu’effectivement, le harcèlement sexuel est pour les hommes un phénomène totalement invisible, car :

1/ soit ils se comportent normalement comme la majorité des hommes, et ne se sentent pas concernés ;

2/ soit ils pratiquent ce genre de comportements et ne voient pas où est le problème ;

3/ soit ils accompagnent des femmes dans la rue, auquel cas jamais personne ne se permettra de harceler leur compagne, dûment estampillée aux yeux des harceleurs, « ceci est ma propriété privée si t’y touches je t’éclate la gueule ». Car le harceleur considère les femmes comme un os à ronger : si un autre chien a trouvé l’os avant lui, il ne va pas chercher la bagarre.

Pour les messieurs qui s’interrogeraient sur la possibilité de continuer à tenter de séduire les passantes, je vais vous expliquer comment comprendre où placer la limite :

Votre regard rencontre, dans la rue, une jeune femme irrésistible et séduisante. Vous cherchez ses yeux avec délicatesse, et si vous parvenez à les croiser, vous osez une phrase subtile du style : « Salut beauté, est-ce-que ça te dirait de prendre un café avec moi, qu’on fasse un peu connaissance ? »

Je vais vous révéler un secret inouï qui va vous éclairer à tout jamais sur les mystères de la féminité : si elle s’éloigne à grandes enjambées, sans vous regarder, ni vous répondre, son casque sur les oreilles, vous pouvez raisonnablement considérer qu’elle n’est pas intéressée par votre aimable proposition. Fin de l’histoire, retentez votre chance avec quelqu’un(e) d’autre !

Si vous êtes intelligent, sensible et intuitif (ou un seul des trois), vous aurez décrypté que non, ça ne lui dit rien, rien du tout, et que ce n’est pas une réaction du type « elle dit non parce qu’elle pense oui, la petite coquine » (ça sort d’où ça d’ailleurs ???)

Inutile donc de lui courir après, de marcher à sa hauteur sur 100 mètres en renouvelant votre proposition de manière insistante puis menaçante, de lui intimer l’ordre de se justifier pour son non-intérêt à votre égard, de l’insulter, de lui barrer la route en vous mettant devant elle bras écartés, voire de l’attraper par le bras pour la stopper : elle n’est pas intéressée et ce comportement ne vous classera pas dans la catégorie des hommes irrésistibles.

Non, juste des gros connards.

Est-ce plus clair comme cela ?

Ne me remerciez pas, c’était avec plaisir 🙂

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :