vie personnelle

Comment je suis devenue du matin

Jamais je n’aurais cru pouvoir un jour écrire cela : je suis devenue du matin.

D’aucuns se rouleront de rire par terre en me lisant. Car vous avez devant vous une grosse dormeuse repentie. Durant des années, j’ai dormi, beaucoup, passionnément, à la folie, avec délices. Je compte sans doute, dans ma généalogie, une marmotte et un ours brun.

Poupette a hérité de cette caractéristique. Là où tout a basculé, ce fut à la naissance de Chaton (un peu) et de Lapin (terriblement). Chez moi, c’est mathématique : l’heure de réveil de chacun de mes enfants est corrélée étroitement à l’heure de sa naissance. Poupette, née le soir ; adepte de la grasse matinée depuis l’âge de 2 mois. Chaton, né en début de matinée : se lève à une heure décente. Lapin, né (sans péridurale) avec le soleil levant : me pourrit mes matins avec entrain et bonne humeur, depuis sa naissance.

Donc, fatalement, je suis devenue du matin, à mon corps défendant, une baïonnette dans le dos et un revolver sur la tempe, après une longue série de MAMAAAAAAAN, hurlés avec vigueur et enthousiasme dans la fin de la nuit. J’en avais déjà un peu parlé ici et  (je recycle, je recycle).

Mettons-nous d’accord tout de suite : j’adorerais vous faire miroiter l’image d’une mère parfaite, qui se lèverait fraîche et dispose, la chevelure sauvage et l’eye-liner impeccable, à 4h30 du matin, après une folle nuit d’amour avec son époux, pour méditer en lotus face au soleil levant, enchaîner sur des étirements et du gainage pendant une demi-heure, puis qui écrirait son journal intime comme tous les jours pour faire le tri dans ses pensées, avant de préparer des cookies bio, chauds et parfumés les jours pairs et des pancakes moelleux les jours impairs, pour le petit-déjeuner de ses enfants : une Kate Middleton mâtinée de Bree Van de Kamp, version Madame Toutlemonde.

Hélas, il n’en est rien.

D’abord parce que mon mari n’est pas là la semaine et que je me couche sage et seulette; Ensuite, – et je modère mes propos -, parce que ça m’arrache grave la gueule de me réveiller le matin très tôt. Alors pourquoi le faire, me diriez-vous ?

  • Avoir du temps pour soi le matin

Si j’attends pour me lever que Chaton et Lapin se réveillent, je suis bonne pour l’hôpital psychiatrique dans les plus brefs délais. Ils sont aux taquets dès le saut du lit, batteries rechargées à bloc. Prendre ma douche tranquille ? N’y pense même pas. Déjeuner en paix ? No way. Me maquiller sans que Lapin ne récure les joints de la salle de bain avec mon crayon à paupières ? Dans mes rêves. M’habiller sans que Chaton ne me convoque pour dessiner un château, un loup et des cochons, un hélicoptère ? Non mais allô, quoi.

Comme toutes les mères, j’ai essayé la tactique du « Je dors le plus tard possible pour être reposée ». Résultat : stress, course, hurlements de harpie avant que le coq ne chante trois fois. Et je ne suis pas la seule à rechercher la quadrature du cercle de l’organisation du matin.

Après avoir étudié toutes les hypothèses alternatives – Calvados dans le biberon du soir, voire du matin, coup de massue sur la tête pour prolonger le temps de sommeil, dépôt  discret des enfants sous le porche d’une église – J’ai fini par me ranger à l’évidence : si ne pas péter un plomb je veux, plus tôt qu’eux je me lèverai.

Ce que je fis, péniblement d’abord, puis très vite avec plaisir. Je vous zexplique pourquoi.

J’ai besoin le matin, d’un petit quart d’heure minimum, seule et au calme. Et depuis que les enfants commencent à dormir un peu plus tard le matin (grâce à 5 kg de cierges brûlés devant Sainte Rita*, et sans doute aussi parce qu’ils grandissent), j’arrive à gratter jusqu’à une heure de tranquillité. UNE HEURE.

  • Que fais-je pendant ce moment de tranquillité ?

1/ Un tête-à-tête délicieux avec mon café. Moment magique, où juste après l’avoir versé dans ma tasse, je tourne ma cuillère dedans pour le sucrer et regarde s’élever le panache de vapeur parfumée.

2/ Je regarde le soleil levant qui rosit le ciel par dessus les toits, les martinets qui reprennent leur ballet céleste, les branches des arbres qui ondulent dans le vent, les abeilles qui viennent cogner à ma vitre.

3/ Je lis, j’écris pour moi ou pour le blog, je prie, j’écoute le silence, je rêvasse en regardant le plafond.

4/ Je me douche, je m’habille.

Ensuite, Lapin couine pour son biberon, Chaton grogne pour ses legos (au p’tit-déj, parfaitement, vous comprenez pourquoi je ne me tape pas de faire des cookies ou des pancakes) et la vie reprend son cours normal de câlins et de bisous dans des petits cous chauds qui sentent bon le sommeil.

Comme cela fait 8 mois que je pratique cette routine matinale à peu près régulièrement, je peux désormais en dresser un petit bilan.

  • Examinons les bénéfices de cette nouvelle habitude.

Me concernant : je suis notablement plus cool, et ce, sans usage de drogue. J’ai eu mon temps calme le matin, et je suis vraiment disponible pour les petits  à leur réveil. Je me sens moins frustrée et moins débordée. Je m’appuie sur toute une communauté de mamans pour pratiquer ce réveil matinal, comme ça en cas de coup de mou on se remotive entre nous.

Pour les adeptes du Miracle Morning version américaine pur jus selon les préceptes de Hal Elrod, il existe également des groupes Facebook pour pratiquer ensemble.

Résultat objectif : Depuis que j’ai commencé, 1/ J’ai ouvert ce fantastique blog de haute qualité, 2/ La maîtresse de Chaton lui dit souvent qu’il a de la chance d’avoir une maman aussi cool que moi. Ouais ouais ouais. Être piédestalisée de la sorte par la maîtresse, ce n’est pas rien en terme de reconnaissance (même que parfois on arrive devant l’école en faisant des bulles).

Concernant les enfants : comme je suis disponible pour eux, la phase au réveil se passe mieux. Je ne m’énerve pas s’ils sont de sale poil, ou ne veulent pas s’habiller. J’ai le temps de jouer avec eux le matin. Nous lisons des livres ou faisons du dessin, voire des perles à repasser les  jours de grande mansuétude maternelle. Ils sont levés largement à temps, et, eux aussi, sont moins frustrés car je ne m’énerve plus sur leur dos innocent au réveil. (Le soir si, toujours, mais personne n’a encore inventé le Miracle Evening. Je suis preneuse si vous avez des tuyaux, et je ne serai certainement pas la seule). Chaton qui n’a jamais faim au saut du lit finit par réussir à ingurgiter un yaourt et une petite croûte. Ils ont même quelques instants pour faire un peu de vélo sur le palier, nus ou en slip selon le moment auquel ils prennent la poudre d’escampette. Heureusement, nos voisins sont sympathiques et ne s’offusquent pas de trouver un petit nudiste à roulettes sur leur paillasson. A huit heures, en revanche, débarbouillage rapide et habillage ferme et déterminé. C’est moi le boss, quand même.

Mais, pensez-vous sûrement, comment fais-je pour dormir suffisamment ? Car oui, le sommeil des parents et sa qualité, c’est là où le bât blesse. La bonne nouvelle, c’est que ça va en s’arrangeant : à la puberté, rares sont les enfants qui a) ne font par leur nuit, et b) se lèvent très tôt le matin. Et même, à partir de 4 ans, cela va déjà nettement mieux. Courage à vous, mères de jeunes enfants, chaque jour qui passe vous rapproche de l’instant où votre enfant aura un sommeil plus régulier.

Pour le reste, comme le dit Hal Elrod, tout est dans le mental.

  • Le réaménagement du temps de sommeil

Comme j’ai (parfois) un mental d’airain et de béton armé, je suis passée de grasse-matiniste convaincue à levée-dès-potron-ministe acharnée, mon référentiel étant l’heure de l’école, c’est à dire huit heures et demie. Dans mon cas, potron-minet signifie donc  six heures. Oui, je sais : La France Qui Se Lève Tôt est souvent debout à six heures pour aller bosser. La France Qui Est à La Retraite aussi, à cause de ses rhumatismes ou de sa prostate. Mais moi, je ne suis pas obligée, je le fais pour le plaisir. Comme Napoléon. Comme Victor Hugo (d’ailleurs, n’avez-vous pas noté quelques similitudes au niveau du style ?)

Il faut dire qu’après Lapin, grand spécialiste des réveils nocturnes pour des raisons plus ou moins fallacieuses mais toujours innombrables (tétine, cauchemar, otite, câlin, verre d’eau, pipi, toux, histoire, jouer, bref la litanie habituelle que tous les parents connaissent), le simple fait d’enchaîner six heures de sommeil consécutives me paraît déjà être un truc incroyable. J’ai donc décidé que dormir six à sept heures par nuit (soit 25 à 29 % de mon existence, tout de même) était largement suffisant pour mon corps d’athlète surentraînée, traduisez, mère de famille. Et ce lever matinal m’a même incitée, parfois, à me coucher plus tôt.

  • Ze take home message

Le Miracle Morning, pour soi et sa famille, est une excellente habitude à mettre en place avec des tout-petits enfants, surtout avec des tout-petits enfants, même si cela décoiffe au début. Laisser dormir le plus tard possible des enfants le matin pour qu’ils se reposent davantage est à mon sens une fausse bonne idée, qui part d’une louable intention mais rate complètement son but. Les enfants n’aiment pas être bousculés le matin, et je les comprends. Mieux vaut un réveil plus tôt mais dans le calme, pour qu’ils aient le temps de faire ce qu’ils veulent : jouer, s’amuser et lire. Cela apporte à tout le monde sérénité et équilibre intérieur, comme les yaourts au bifidus actif, mais en mieux.

N’oublions pas : le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, et je veux bien vous en laisser un petit morceau. A vos réveils !

*NDLR, Sainte Rita est la sainte que l’on invoque pour les causes désespérées.

miracle morning se lever tôt le matin temps pour soi Hal Elrod blog maman blog famille recomposée blog les petits ruisseaux font les grandes rivieres blog PRGR http://prgr.fr

 

 

 

 

 

34 commentaires

  • elle a 40 ans

    J ai besoin de boire mon thé dans le calme et la paix de mon esprit. Alors je me lève aussi avant tout le monde histoire d avoir au moins cet instant vital de tête à tête avec mon thé, moi et le silence. Je suis tranquille du côté de l’ado qui se lève au bas mot à 11h, après avoir fait péter une artillerie de grenades dans son antre pour qu’il se bouge. L’ado reste donc la solution pour les marmottes !

  • Majicub'

    Je suis la « Monsieur Jourdain » du Miracle Morning !!! Toujours, même avant d’avoir des enfants, j’ai aimé ce petit moment qui me semble volé aux autres (bon, finalement, vu qu’on est très nombreux, il n’est pas si volé que ça !). Le seul truc que j’ai changé depuis que j’ai des enfants : je ne commence plus par le déjeuner mais par la douche pour être opérationnelle dès qu’ils émergent.

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Que veux-tu, c’est ça de conceptualiser une pratique, tu colles un nom dessus, tu écris un bouquin, et hop, tu deviens riche 🙂 Sans doute pratiques-tu d’autres activités révolutionnaires et hautement monnayables ? 🙂

  • maman délire

    donc tu te lèves à 6 h c’est ça ? c’est l’heure à laquelle je me levais quand j’embauchais à 8h30. bon l’avantage chez moi, c’est que mes enfants ne sont pas trop du matin, surtout ma fille qui met 30 minutes à émerger ( sauf à 9h le week end, et encore !!) et mon fils, depuis qu’il sait lire, reste dans son lit à lire des BDs en attendant qu’on soit opérationnels. ( ouais je sais la classe) (enfin il a fallu 2 ans pour lui faire comprendre quand même que c’était pas la peine de nous appeler pour nous prévenir qu’il était réveillé !!!) finalement c’est mon mari qui se lève en avance. à 5h45. il fait 30 minutes de yoga, prépare le petit dej, et moi j’arrive comme une fleur à 6h45, j’ai presque plus qu’à me mettre les pieds sous la table . ( non je prête pas mon mari) ma tache à moi c’est justement de faire se lever ma fille qui a 11 ans, a du mal à se lever donc. ( sachant qu’elle est couchée entre 20h30 et 21h) bref, à l’adolescence je pense qu’elle se lèvera entre 11h30 et midi ! c’est pas gagné. mais en tout cas tu as raison, un petit dej au calme, c’est quand même top. je me souviens que c’est ce qui me manquait le plus quand j’ai eu mon fils, qui hurlait à la mort a partir de 6h pour avoir sa tétée !

  • Emma June

    Ca m’a bien fait rire c’est finalement le remix de « rien ne sert de courir, il faut partir à point  » lol
    Pour le sommeil plus long et plus durable, ici, c »était plutôt 5 ans (ouais, c’était trèèèès long)!
    bonne fin de semaine!

  • Cendra

    Je ne suis pas du matin (pour le moment en tout cas), et te lire me fait un peu rêver, j’avoue.
    Nous avons un fils qui se réveillait très tôt parce qu’il trouvait que dormir était une perte de temps.
    Mon homme a tenté de se lever plus tôt pour avoir un moment à lui sauf que notre fils, dès qu’il entendait un micro-bruit venant du salon, se levait! Mon homme a tenté de se lever encore plus tôt, et notre fils se levait donc aussi encore plus tôt dès qu’il entendait un bruit. Autant dire que mon homme ne profitait pas puisqu’il devait tout faire à pas feutrés! On à lâché l’affaire disons, maintenant il se lève bien plus tard!

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Oui, c’est un écueil en effet, les enfants qui se lèvent en même temps. J’ai aussi laissé tomber à un moment car mon dernier se réveillait 5 minutes avant mon réveil 😀 Ce sont des coquins ! Et pourtant, même juste 10 minutes de calme, cela fait tellement de bien !

  • mamanchambouletout

    Ça me donnerait presque envie d’être du matin… Sauf que comme bébé Lu dort encore dans notre chambre (papa d’amour étant très doué pour les travaux…), je risquerais de le réveiller en me levant plus tôt, annihilant ainsi l’effet escompté. Mais dès la fin des travaux, dans une dizaine d”années, je m’y mets !

  • Maman Lempicka

    Il fut un temps, quand je contribuais au fonctionnement de cette société, où je me levais aussi impérativement avant les enfants, à peu près à 6 heures, pour, tout comme toi, faire en silence et qualitativement deux choses essentielles:
    1) Petit-déjeuner. Je déteste qu’on me parle quand je mange au réveil. En parlant d’ours, j’en ai moi aussi sans ma généalogie, mais il est mal léché.
    2) Me maquiller. Bien. En soignant les détails. Pour avoir l’air fraîche même si je ne le suis pas (ce qui est le cas 9 fois sur 10, non parce que je me lève trop tôt mais parce que je me couche trop tard).
    Depuis que je suis mère au foyer, je ne me lève plus que pour le petit-déjeuner, soit 15 minutes avant le lever de mes ouailles, et j’envoie ce petit monde à l’école en pyjama et coiffée comme un dessous de bras. Et non, je n’ai pas gagné une heure de sommeil au passage, puisque ce nouveau rythme m’a fait repousser encore un peu plus l’heure du coucher.
    Moralité: Si tu veux déjeuner sans t’étrangler, et te maquiller sans te rater, opte pour le réveil sacrificiel (qui, on n’en a pas parlé, n’effleurerait jaaaaaamais la gente masculine).

  • WorkingMutti

    J’admire ta force. J’étais une leve tot assumée avant d’avoir des enfants. Maintenant je ferais bien des grasses mat pour récupérer ;). Mais en effet quand on a un petit moment pour soi avant le lever des enfants on est vraiment plus cool.

    C’est juste que 5h45 ca pique déjà en fait …. Ai-je la force mentale pour faire plus ?

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Je connais ton rythme de vie pour te suivre régulièrement, et je ne vois pas comment dans les circonstances actuelles tu pourrais faire davantage. L’urgence pour toi c’est plutôt de parvenir à te rapprocher de ton lieu de travail, pas de te lever encore plus tôt que ce que tu fais déjà :-*

  • GToch

    De longues études, deux années de concours, et maintenant le taf de prof qui se fait essentiellement quand tout le monde dors… Depuis très longtemps les nuits sont plus que courtes 😉
    Mais j’ai toujours été impressionnée par notre capacité à moitié endormie à différencier une toux sèche, une toux grasse, un raclement de gorge ainsi que le propriétaire de la toux.

    Tout comme toi, j’aime prendre mon temps le matin et profiter de mon petit déjeuner avant d’entrer dans la cage aux fauves !
    Mon homme est toujours impressionné car même en vacances je me lève à l’heure habituelle car les crottes de biques se lèvent très tôt aussi. Depuis longtemps je ne réponds plus. Si un jour il se retrouve à ma place **oh !!! qui a dit jamais !?!** il comprendra tout seul 😉

  • mamande4fr

    Merci pour ces clins d’oeil dans ton article !
    Je me dis de plus en plus qu’il faut que j’essaie car j’aime avoir ces moments à moi le matin, mais si je ne tiens mon quota d’heures de sommeil, je ne tiens pas… je devrais ressayer au la rentrée !
    Tu donnes envie d’essayer dans tous les cas !!

  • enfancejoyeuse

    Je suis fan de ton article ! Il suffit finalement de peu de temps rien qu’à soi pour être bien plus disponible ensuite et passer une bien meilleure journée ! 😉 Je t’avoues qu’étant une adepte du sommeil, ours et marmotte faisant également partie INTEGRANTE de ma généalogie, le titre de ton article m’a quelque peu donné des « frissons » :p Mais en le lisant, tu m’as convaincue! Je suis bien d’accord avec toi. Et puis ces moments précieux, rien qu’à soi, en tête à tête avec soi même sont magiques. Je prends souvent un jour par semaine pour me lever plus tôt et faire mon yoga. Et il est clair que ces matins là m’offrent des journées plus zen. Il faudrait que je m’applique à les rendre plus réguliers 😉 Merci pour ces jolis conseils et ce témoignage qui donne envie !

    • petitsruisseauxgrandesrivieres

      Merci de ton message ! Chez moi, ce fut peu spontané, mais suffisamment convaincant pour devenir adepte 🙂 et maintenant cela me manque quand je n’ai pas pris le temps de me lever tôt ! Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais.

  • Doublesix

    Depuis le temps que je rêve de me lever tôt avec le combo Yoga-thé vert-au bord d’une piscine bleu lagon. Bon le yoga ça marche (étonnament bien), le thé vert aussi, la piscine c’est quand j’ai le temps…mais se lever tôt, rien à faire, je n’y arrive pas. Je suis plutôt une adepte du Miracle Evening !

Je suis sûre que tu as plein de choses à me dire :

%d blogueurs aiment cette page :