• vie personnelle

    La crise de la quarantaine ne passera pas par moi

    Crise de la quarantaine ? Vous rigolez ou quoi ? Est-ce que j’ai une tête à faire des crises, moi ? La crise de la quarantaine, c’est bien connu : c’est pour les connasses qui lisent Elle en se limant les ongles. Donc ce n’est pas pour moi. Moi, je ne fais pas de crise : je m’interroge sur l’adéquation de ma vie avec mes aspirations intérieures, nuance. Car oui, le temps passe. Il passe vite, trop vite, je viens de m’en rendre compte. ***** -« Lélouménénettes ? Mama, lélouménénettes ? » me demande Lapin, ses gros yeux levés vers moi. -« Tes lunettes ? Ici mon chéri, regarde » lui réponds-je, en mode semi-automatique.…

  • au fil des jours,  vie personnelle

    Maman se fait la belle

    Bon, ça suffit maintenant ! Il y en a marre de toute cette guimauve, de cet émerveillement béat devant les niaiseries infantiles quotidiennes de mes rejetons ! Je lève l’étendard de la révolte maternelle, j’envoie tout péter et JE ME CASSE, comme Thelma et Louise (note pour moi-même : penser à regarder ce film, un jour), en laissant toute la clique de marmots avec leur parent 2, je veux dire, leur père et beau-père ! Ciao, à moi la virée en Italie, peut-être même avec des copines qui comme moi en ont ras la casquette, cheveux au vent dans une décapotable sur des routes bordées de cyprès dans le doux soleil de fin d’après-midi, et…

  • au fil des jours,  travail,  vie personnelle

    La persévérance du cactus

    Dans mon bureau, il y a un cactus. Il est impossible de s’asseooooooooir…. Pardon, je disais donc : Ce cactus était déjà là quand je suis arrivée ici, il y a… quelques années (bon, ok : vingt ans. J’ai commencé à travailler à dix ans et demi, c’est pour ça). A priori, c’est le doyen de mon boulot. Il y a vingt ans, il tenait dans un tout petit pot. Il était assez moche à vrai dire, et ne faisait que des sortes de candélabres verts à section carrée. Pendant longtemps, le petit cactus moche est resté petit, cactus, et moche, dans son petit pot. Il avait habilement élu domicile…

  • au fil des jours,  souvenir,  vie personnelle

    J’aime bien les enterrements.

    Hier, nous nous sommes retrouvés pour dire à notre tante combien nous l’aimions, et combien elle avait été importante dans nos vies. En contemplant dans son cercueil son visage blanc et émacié, je me disais qu’elle réussissait encore une fois à nous réunir autour d’elle. Selon les mots de son frère, Tante Mo était celle qui, allant chez tous, savait un peu de la vie de chacun ; et elle faisait circuler les nouvelles, les bonnes, les mauvaises, les réussites, les amours, les soucis et les changements. Nous nous sommes donc retrouvés ; cousines que je n’avais pas revues depuis très longtemps, oncles et tantes qui avancent dans la vieillesse mais sont…

  • au fil des jours,  souvenir,  vie personnelle

    Ma vie Instagram

    Parfois, quand je regarde les albums photos de mes relations FBInstaTwitt, je le confesse : je suis un peu jalouse. Je feuillette avec envie des horizons nouveaux, des chemins inconnus, des calanques et des fjords, des cieux nuageux ou des soleils insolents. Et aussi des orteils sur la plage, beaucoup d’orteils. De beaux sourires et des visages heureux, avec des enfants qui courent, patauds comme des petits chiens (enfin on ne les voit pas courir car ce sont des photos, hein ; mais j’imagine qu’ils courent comme ça). Et assise devant mon ordinateur un peu vétuste, à côté d’une pile de papiers inutiles (les papiers) et instable (la pile), un fond de…

  • au fil des jours,  souvenir,  vie personnelle

    Celle qui emmenait ses géraniums en vacances

    Cette nuit, son cœur a cessé de battre. Elle arrivait sur le rond-point dans son Renault Express blanc muni de petits rideaux aux fenêtres, klaxonnait et se garait. Puis elle ouvrait sa voiture et entreprenait de sortir toutes ses plantes –raison pour laquelle elle avait acheté cette voiture, afin de les emmener en vacances avec elle. Une profusion de géraniums, d’épiphylles, et je crois bien, quelques hibiscus. Les plantes prenaient un petit rafraîchissement dans le jardin, le long de la haie. Ensuite, elle s’installait dans un fauteuil en toile, passait une main au-dessus de son oreille pour remettre en place une mèche de cheveux et refixait une épingle à son…

  • vie personnelle

    Un peu de superflu ! Ou comment j’ai adopté une routine de soin d’inspiration japonaise

    Longtemps, je me suis couchée de bonne heure mes soins de visage ont été d’une simplicité réduite à son expression la plus essentielle, à savoir : de la crème hydratante. Oui je l’avoue, pendant très longtemps je me suis à peine démaquillée. C’est mal, je le sais. C’est très mal. Et puis, le temps passant, le yoyo hormonal post-grossesse, le PMS et le stress faisant leur œuvre délétère, à 39 ans et 10 mois : j’ai adopté une routine de soin japonaise (ou coréenne, je ne sais pas trop : bref, loin là-bas, du côté de l’Empire du Soleil Levant au Matin Calme.) Pourquoi me diriez-vous ? Parce fichtre, n’ai-je pas mérité de me…

  • vie personnelle

    Être mère et avoir du temps pour soi

    Être mère et avoir du temps pour soi… deux termes antinomiques ! Etre mère, c’est ne plus avoir de temps à soi, donner son temps, totalement, du lever au coucher. C’est être sollicitée, en permanence, pour changer une couche, moucher un nez, aider aux devoirs, consoler, ranger, cuisiner. Être mère, c’est remplir le tonneau des Danaïdes, pousser le rocher de Sisyphe, broder la tapisserie de Pénélope… et recommencer le jour suivant. L’accumulation des tâches s’assortit rapidement d’une lassitude, voire d’une exaspération croissante. Où suis-je dans tout cela ? Ai-je encore une identité propre de femme, quand je n’ai déjà qu’à peine le temps d’aller faire pipi, et encore moins celui de bouquiner…